Journey – Avis de Vidok
Appréciation 2

floW et Flower avaient déjà défrayé la chronique de par leur singularité. Journey se voulait le titre le plus attendu du Playstation Network (SEN comme disent les milieux autorisés) des semaines avant sa sortie. Les joueurs semblaient être une fois de plus prêts à vivre un trip inédit. Ils ne risquent pas d’être déçus… Journey ..

Résumé 2.0 Passable

Journey – Avis de Vidok

floW et Flower avaient déjà défrayé la chronique de par leur singularité. Journey se voulait le titre le plus attendu du Playstation Network (SEN comme disent les milieux autorisés) des semaines avant sa sortie. Les joueurs semblaient être une fois de plus prêts à vivre un trip inédit. Ils ne risquent pas d’être déçus…

Journey vous met dans la peau d’un personnage totalement inconnu et mystérieux, en burqa rouge, à l’objectif tout aussi obscur. Pourtant, une montagne se détache de l’horizon. Faute de repère, vous n’aurez de meilleure idée que d’en prendre la direction. Les commandes se voulant intuitives, le didacticiel ne dépasse pas les trois instructions au démarrage de l’aventure, mettant fin à toute trace d’interface à l’écran. Thatgamecompany a d’ailleurs tout fait pour que le joueur achève son périple puisqu’il n’est pas possible de mourir ou de se perdre en raison d’un chemin tout tracé jusqu’au générique de fin. Seule caractéristique de notre petit héros (ou héroïne, c’est comme chacun le souhaite) : une écharpe ornée de multiples symboles, symboles qu’il est nécessaire de recharger auprès de parchemins volants. Rechargés, ils vous permettent de voler un certain laps de temps. Vous avez également l’opportunité de pousser un cri, appelant ainsi les parchemins à vous aider ou de longs tapis volants – l’univers de Journey étant, je le rappelle, très particulier. A l’aide du stick analogique droit, ou en inclinant la Sixasis (possibilité anecdotique bien vite oubliée), vous dirigez la caméra libre du jeu, permettant d’admirer les somptueux environnements de Journey.

Difficile de ne pas être sidéré devant la splendeur des décors. Epurés, ils s’autorisent des effets de profondeur et de lumière rarement aperçus sur console. Le Phyre Engine – moteur de jeu utilisé par les trois jeux de thatgamecompagy mais également Dark Souls de From Software, Amy de VectorCell ou encore Malicious d’Avion – semble faire encore des merveilles et vous réservent des panoramas parmi les plus beaux jamais vus sur console. Techniquement, Journey n’est pas très impressionnant, il lui arrive même de proposer quelques ralentissements sous certains angles, mais esthétiquement, il met une baffe à toutes les productions PS3 et Xbox 360 parues avant lui. Chaque chapitre se veut un peu plus « beau » que le précédent, vous donnant envie de vous arrêter quelques instants, rien que pour admirer le paysage, vous faisant regretter qu’il n’y ait pas une option appareil-photo ou capture d’écran. Votre fond d’écran aurait bien apprécié. Mère Nature n’est pas figée et il vous faudra contempler mais surtout affronter les tempêtes de sable et les courants d’air. Les environnements varient du tout au tout d’un chapitre à l’autre, partant de l’infernal désert et se dirigeant vers les cimes enneigés.

Et si sur le chemin vous croiserez diverses créatures, tels que des tapis volants mais aussi de gigantesques gardiens que n’aurait pas renié Fumito Ueda pour son Shadow of the Colossus, il est possible d’activer le coop en ligne, fait nullement obligatoire mais fortement suggéré à la fois par le jeu et son créateur Jenova Chen. Il vous arrivera alors de croiser d’autres joueurs voyageant en même temps que vous. Aucune interface ne vous permettra de réellement communiquer avec eux, seuls vos mouvements, voire vos cris, pourront leur mettre la puce à l’oreille sur vos intentions. Libre à vous de les suivre, de les guider ou de méditer avec eux. La moindre déconnexion se fait sans l’ombre d’une information et chacun disposant du même avatar, il vous faudra attendre les crédits finaux pour savoir combien de joueurs différents vous avez réellement croisés. Journey se veut à la fois minimaliste et gigantesque puisque si tout est réduit à son plus simple apparat – maniabilité, possibilités, énigmes, interfaces, scénario – il espère vous faire rêver et miroiter une aventure personnelle ébouriffante… Et c’est peut-être là que le bat blesse puisque le jeu se voulant tellement atypique, qu’il ne sera pas du tout perçu de la même façon par les joueurs, au point de provoquer des points de vue extrêmes…

Il faut dire que son rythme n’aide pas à garder l’oeil ouvert. Si le démarrage vous galvanise puisque c’est le départ d’une belle épopée, se dit-on, après deux ou trois chapitres, la sacro-sainte question survient : Et ? Le jeu a beau être une baffe visuelle, il n’en demeure pas moins vide de sens. Annonciateur de la poursuite d’une vérité oubliée – au travers de fresques à découvrir – Journey en oublie très vite son but et nous présente plutôt la courte histoire d’un inconnu gravissant une montagne. Ce destin aurait pu être intéressant à suivre, et à vivre, s’il y avait eu ne serait-ce qu’un doute quant à sa conclusion. Malheureusement, l’impossibilité de trépasser annihile toute inquiétude et toute motivation. A quoi bon progresser dans une aventure où vous ne pouvez échouer ? Comble du malheur, le mode en ligne, à défaut de rendre le voyage intéressant, irrite, puisque voir un joueur déboulant dans sa partie, sans crier gare, sans demander l’autorisation et en effectuant les rares interactions souhaitées en vous laissant sur le carreau est le meilleur moyen d’ôter le restant d’immersion qui vous restait. Le jeu ne requérant pas d’être deux pour avancer, il est donc préférable d’oublier les intrusions étrangères, les laisser aux beaux wallpapers qu’elles génèrent comme ci-dessous, et rester dans SON voyage. Mais encore une fois : quel était l’objectif de Journey ? Que chacun y vive une expérience personnelle ? Pourquoi avoir mis du online. Que chacun y tente une expérience à deux ? C’est penser que les joueurs pensent à l’unisson. Pour raconter une histoire ? Elle disparaît très vite au profit d’une triste ascension. Pour vivre une histoire ? Encore aurait-il fallu imposer un minimum de challenge. Journey donne l’impression d’un jeu lisse où les créateurs auraient tout miser sur la simplicité pour que les joueurs s’imaginent monts et merveilles prétextant à qui veut l’entendre puissance de récit et poésie. A ne pas confondre avec le vide.

Journey est difficilement recommandable, comme il est tout aussi impossible de l’interdire. Il s’agit d’une aventure singulière, qui a le mérite d’exister, mais qui ne fera pas l’unanimité. A ne pas vouloir imposer un objectif clair, Journey ennuiera ceux dont les jeux bacs à sable – et c’est le cas de le dire – laissent de marbre. Jenova Chen semble avoir oublié qu’un jeu doit aussi disposer d’un but et d’un challenge pour captiver le joueur. Sans compter que l’univers de Journey a trop vouloir être passe-partout en devient quelconque. En revanche, les rêveurs, ceux capables de rester des heures devant un beau paysage, seront émerveillés tous les dix pas. Car si le titre de Thatgamecompany est bien irréprochable sur deux points, ce sont bien évidemment sa bande son – téléchargeable sur le réseau de Sony – et son esthétisme à tomber par terre. Un véritable jeu papier-peint. C’est déjà ça.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

8
Poster un Commentaire

avatar
2000
8 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
LcedVidokSteeveHyades LuineSylvain Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sylvain
Invité

Tu es vraiment passé à côté de l’intérêt du titre, à priori. Le but du voyage (Journey, donc) est de le vivre avec cet autre personnage, pas de faire SON aventure dans SON coin. Tu n’as pas eu de bol, tu es tombé sur des gens qui n’ont pas joué le jeu. Après peut être n’as tu pas fait l’effort de savoir avec qui tu jouais, ses réactions, sa façon de jouer ? Tu as vu que quelqu’un t’avait « envahit » (ce qui n’est pas le cas, mais ce que tu racontes m’a fait pensé à ce mot) et tu t’es… Read more »

Hyades Luine
Membre

Tout pareil que Sylvain en ce qui me concerne mais je suppose que tu t’en doutais Vidok ^^. Je ne sais pas si c’est l’accueil dithyrambique du jeu qui fait que tu en as attendu une réflexion hautement profonde ou philosophique, mais Journey c’est un jeu qui mise intrinsèquement sur la simplicité. Il y a le voyage du joueur, les rencontres qu’il peut faire, l’histoire relatée dans les bas-reliefs et basta. Ce qui ne veut pas dire que le jeu ne peut pas provoquer chez le joueur des interrogations sur des sujets sérieux ou qu’il ne peut pas l’interpeler (au… Read more »

Steeve
Invité
Steeve

Je vais pas en rajouter une couche mais tout pareil que Sylvain et Hyades. (surtout pour le online)
:(

Lced
Membre

Bon…. Mon avis qui sera publié incessamment sous peu proposera une autre vision finalement. J’ai trouvé Journey plutôt explicite moi, et ce qu’il véhicule m’a dérangé, et a fait que j’ai trouvé l’ensemble plutôt pompeux.
On en discute après publication?:)

Sylvain
Invité

Ouais, publie !

Vidok > mais je comprends ton point de vue, tu viens d’ailleurs de réexpliquer ta review dans ce commentaire :)
Mais, à mon sens, tu es passé à côté de l’intérêt du jeu. Ça arrive hein, c’est dommage mais ce qui est fait est fait !

Hyades Luine
Membre

Je ne dirais pas que tu es passé à côté du jeu, mais que tu y projetais peut-être des attentes qu’il n’avait jamais vraiment promis de satisfaire (au niveau du scénario, du gameplay, du online…). Ensuite, je crois que c’est surtout une question de goûts personnels. C’est un peu la beauté du JV en ce moment par rapport à ses débuts, c’est que l’offre n’est plus monolithique et qu’il y a une diversité assez folle dans ce qu’il offre. Un même jeu peut tout à fait proposer à un joueur tout ce qu’il aime alors qu’un autre y sera totalement… Read more »