Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed
Appréciation 3

Comme les spin-off précédents, cet épisode 100% action de la licence est assez perfectible mais s’octroie des qualités décisives. Le gameplay aurait sans doute nécessité plus soin, mais il est tellement sublime et drôle par ailleurs que les aficionados craqueront assurément

Résumé 3.0 Correct

Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed

HN U boxart EU

Raillerie bien sentie à l’égard de la dernière machine de Nintendo avec son U tout bleu, Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed est, comme son nom l’indique, la première déclinaison action de la série de Compile Heart.

Plus précisément, le jeu rentre dans la catégorie Action/RPG, car les personnages ont des niveaux et montent en stats à mesure de l’expérience accumulée et du nombre de monstres vaincus. Ces derniers lâchent des médailles qui servent plus tard à débloquer des hausses de stats pour tout le monde, des accessoires ou des armes.

kishaHyperdimension Neptunia U Action Unleashed compte 10 personnages, à savoir les 4 déesses et leurs petites soeurs respectives, plus deux nouvelles venues que sont Dengekiko et Famitsu. Les habitués de l’actualité du jeu vidéo japonais l’auront compris, ces dernières représentent les deux grands magazines spécialisés de l’Archipel. Plus que la guerre des consoles, c’est la guerre de la presse qui est évoquée dans ce spin-off : les deux journalistes se détestent cordialement et suivent les héroïnes pour écrire le meilleur article possible. Une idée bienvenue mais malheureusement un peu sous-exploitée, les scènes de dialogues étant rares. Dengekiko n’en est pas moins un excellent nouveau personnage, pour moi le meilleur qui soit arrivé dans la série depuis longtemps. Sa doubleuse Ryô Hirohashi effectue une interprétation juste exceptionnelle.

db a

Compile Heart n’a pas choisi Tamsoft par hasard, car avec ce titre la série Neptunia vient chasser sur les terres de Senran Kagura en reprenant son fameux costume break désormais très à la mode. En clair, les vêtements ont une certaine résistance et si vous prenez trop de dégâts, vous êtes récomp… euh, pénalisés par la destruction partielle de ceux-ci. Le jeu plaisante allègrement sur cet aspect et pas mal de blagues assez géniales viennent agrémenter les cut-scenes.

bo aMais avant tout, ce jeu, il est BEAU au-delà de tous les rêves les plus fous! Vous le voyez sur ces images, rares sont les jeux portables qui affichent un tel rendu. En plus, Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed est un Musô-like, c’est à dire qu’il vous met face à des dizaines d’ennemis, comme dans le récent Dragon Quest Heroes. Là encore, le produit de Tamsoft est irréprochable : malgré le festival de couleurs, d’effets, la modélisation parfaite, la minutie des animations, le framerate ultra-confortable n’a été pris en défaut qu’une seule fois! Mais ce n’est pas tout, car ce jeu, il a un mode photo! Comme dans vos replays de Dead or Alive 5, vous pouvez a tout moment cadrer/zoomer à l’envi et vous constituer une collection de clichés. C’est INEPUISABLE, autant vous dire que les boutons Home et Start de ma Vita ont souffert…

gp eLe revers de la médaille, c’est que le titre est plutôt chiche en termes de gameplay. Une demi-douzaine de skills/combos par personnage (en comptant les transformations), c’est vraiment trop peu pour éviter la routine qui s’installe donc très vite. Il manque aussi cruellement de variété : alors qu’un Dragon Quest Heroes ou un Samurai Warriors ont des cartes étendues et des objectifs variés, Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed se résume à éradiquer l’adversaire dans des arènes étroites. Il y a bien quelques missions «mystère» dont les conditions de victoires changent un peu, mais pas assez pour faire la différence. En outre, le jeu est beaucoup trop facile : la version 1.01 a un peu modifié les dégâts mais pas les patterns d’attaque des ennemis qui restent simplistes, à l’exception peut-être du boss final. L’environnement musical aussi est raté, Tamsoft ayant repris des morceaux de la série un peu au hasard et dont la plupart ne collent pas du tout au genre action.

col jvc

Après le scénario vous débloquez un mode Budokai, dont l’inspiration est assez évidente, dans lequel les filles vont se fritter entre elles. On est donc là dans le schéma type d’un Senran Kagura, la finition en moins. En effet, la caméra qui suit l’action parfaitement dans les missions classiques se révèle trop peu réactive pour ces duels rapides. De plus, le 1.01 ne rééquilibre pas non plus la difficulté correctement, WhiteHeart étant beaucoup plus forte que les autres pour une raison inconnue… le mode normal reste trop simple, le mode impossible clairement impossible même au niveau 99! Relativement peu à faire après ça, le jeu est plutôt court et la chasse aux trophées ne m’a paru guère enthousiasmante.

On est donc là devant un titre clairement sublime mais hélas un peu contemplatif. Si son gameplay pauvre le disqualifie auprès des amateurs de jeu d’action au sens large, les fans de licence apprécieront sans doute son univers, ses nouveautés et sa plastique de rêve.

Articles qui pourraient vous intéresser

Light FairyTale Episode 1

Impossible de ne pas avoir de la sympathie pour Light FairyTale. Non seulement ce RPG français a tout ce qu’il y a de plus japonais, dans son histoire, son design, ses mécaniques de jeu et son humour, mais en plus il le fait bien et de manière humble. Même s’il pêche au niveau de son écriture, sa technique peaufinée et son univers prometteur laisse augurer le meilleur pour sa suite..

State Of Mind

State Of Mind

State Of Mind n'est pas un mauvais jeu : il fait plutôt partie de la catégorie des laissés pour compte qui souffrent d'un très gros manque d'aboutissement. Malgré tout, si les aventures narratives singulières sur fond de dystopie vous intéressent, il serait dommage de le snober pour autant. Car à défaut de nous marquer et nous émouvoir par sa mise en scène, son rythme ou encore par le côté accrocheur de ses personnages, il y a quelque chose dans l'univers, son atmosphère, ces péripéties et thématiques qui marche très bien. Un bon travail de fond en somme. En ce qui concerne la forme, il y a beaucoup plus à redire....

Asura’s Wrath

Asura's Wrath

Asura’s Wrath ne ressemble à aucun autre jeu. Ainsi, impossible de le comparer. Voire, difficile de le recommander. Quoique, il peut être présenté aux amoureux de shonen. Passée la touchante histoire d’Asura, les fans de Dragon Ball Z se mettront à rêver d’une adaptation de leur oeuvre préférée avec la même mise en scène. Cette dernière, superbe, n’a d’égale que les incroyables compositions de Chikayo Fukuda, toujours pertinentes et galvanisantes. Avec les DLC - car l’achat de la véritable fin est malheureusement indispensable pour mettre un point final au jeu - quitter Asura se fait en un peu moins de 9 heures. Même si 3 niveaux de difficulté sont présents, la résistance est assez faible et les récompenses bien maigres - des bonus dans le mode galerie. Les autres, amoureux des bourre-pifs 16 bits à la Final Fight et la Streets of Rage, passez votre chemin. Ici, nous ne parlons pas gameplay, mais narration. L’un n’est pas meilleur que l’autre, ils n’attirent juste pas de la même façon. Reste qu’Asura’s Wrath restera une oeuvre marquante pour ceux qui se laisseront happés par ce récit vengeur.

Laisser un commentaire

:|: :wink: :twisted: :sweat: :roll: :roll2: :oops: :o: :nerd: :napo: :mrgreen: :love: :love2: :lol: :jap: :idea: :happy: :fou: :evil: :cry: :bye: :book: :baby: :arrow: :?: :/: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)