L’Indépendant #4 – Spéciale Wadjet Eye Games

L’Indépendant #4 – Spéciale Wadjet Eye Games

independant_4_titre

Bienvenue à vous, imprudents lecteurs, dans l’Indépendant, le petit supplément d’Archaïc !

Si je devais remonter à ma vraie découverte du jeu indépendant, à l’article qui m’a fait découvrir le potentiel d’un pan qui m’était jusque-là inconnu du monde vidéoludique et qui m’a grandement donné envie de m’y plonger, il ne faudrait pas aller chercher trop loin dans le temps et dans les entrailles d’Internet. Cet article se trouve ici-même sur Archaic, et était signé Mizakido. Son sujet ? Gemini Rue. Qu’on puisse ressusciter par les canaux parallèles les plus éloignées de l’industrie mainstream un genre à l’époque aussi moribond que le Point & Click était à mes yeux une révolution. Qu’on le fasse par le biais de gros pixels à l’ancienne flattait l’indéfectible nostalgique qui existe depuis toujours en moi. Mais ce sont les possibilités entrouvertes par le jeu qui m’avaient soufflé. Un jeu à l’univers mi-polar noir, mi-cyber-punk qui titille autant la dystopie qu’un questionnement sur la réalité, l’identité et la mémoire que n’aurait pas renié Philip K. Dick… Où avais-je déjà vu ça récemment dans l’industrie vidéoludique ? Avais-je seulement vu ça récemment dans l’industrie vidéoludique ?

Derrière l’édition de Gemini Rue, on découvre Wadjet Eye Games, le genre d’éditeur de taille réduite qui a une vision et une patte, comme Psygnosis en son temps ou les fous furieux de Devolver actuellement. Fondée en 2006 par Dave Gilbert pour publier son premier jeu (The Shivah, qui a depuis été réédité dans une version remasterisée), Wadjet Eye Games a depuis principalement servi de fenêtre ouverte sur un monde plein de nostalgie en mettant en lumière les productions d’autres développeurs. Ce monde de jeux, c’est celui du Point & Click à l’ancienne, souvent motorisé sous AGS.  De la série typiquement new-yorkaise des Blackwell au post-apocalyptique biomécanique et robotique de Primordia en passant par le thriller scientifique façon Resonance, nous avons décidé de vous proposer un petit panorama des univers mis à l’honneur par Wadjet Eye Games en répondant pour chacun de ces jeux à nos trois questions devenues rituelles :

  • A quoi ça ressemble ? (qui développe la patte graphique, la musique, l’esthétique générale, etc…)
  • Comment ça se joue ? (qui s’intéresse au gameplay et aux idées souvent ingénieuses qu’ont les développeurs indépendants dans le domaine)
  • Pourquoi on en parle ? (qui est au fond le cœur du sujet : ce qui dans le jeu a happé notre intérêt et nous fait nous dire que ça serait cool qu’on partage notre découverte avec vous)

Nous espérons que ce petit hommage au milieu de l’édition dans ce qu’il a de meilleur (et malheureusement de plus rare) vous plaira, et nous attendons comme chaque fois vos commentaires, vos critiques et/ou (soyons fous) vos compliments.

Hyades

 independant_4_lien_1 independant_4_lien_2 independant_4_lien_3

Articles qui pourraient vous intéresser

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

Framed Collection

Framed Collection

Framed Collection ne paye pas de mine forcément tant tout paraît simple dans la théorie. Mais tout est si malin, qu'elle soit dans sa DA, sa narration, son concept ou la mise en pratique de ses mécaniques, que ce diptyque n'a aucun mal à accrocher le joueur en quête d'un petit moment tranquille de triturage de méninges. Que ce soit pour meubler une soirée calme qu'une poignée de minutes erratiques lors des trajets en transport en commun ou autre moment creux de la vie quotidienne..

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des