Journey

[dropcaps style= »2″]Pour sa troisième création, thatgamecompany, toujours en collaboration avec Sony Santa Monica Studio, la nébuleuse créative et expérimentale du constructeur, continue de nous proposer sa propre vision du jeu-vidéo, après l’accueil unanime de Flower. Une vision qui va plus loin que le simple divertissement, la vitrine technologique ou les possibilités d’un gameplay aux prétentions et nouveautés plus ou moins discutables.

Après les confins des cieux, les profondeurs des mers et de vertes plaines, nous voilà donc dans le désert, un univers tout aussi sobre et quasiment vierge, où la nature semble avoir repris ses droits, en témoigne les ruines d’une ancienne civilisation qui habillent ça et là cette mer de sable. De ce côté là, le studio s’est approprié ce milieu hostile pour le rendre magnifique grâce à une direction artistique d’une beauté et d’une finesse maitrisée. Couleurs justement sélectionnées, design des personnages bien profilés, effets visuels détaillés, architectures étonnantes… Tout est juste beau. On remarquera également le soin apporté au sable lui même, dont les propriétés semblent changer selon les environnements visités, passant d’un état solide et volatile à une constitution plus liquide et brillante. On a souvent l’impression de marcher sur l’eau plutôt que sur du fin minéral, et parfois on s’amusera à en bousculer la régularité en sautillant dessus. L’univers de Journey s’avère donc, malgré son apparence très dépouillée, finement détaillé et particulièrement magique.[/dropcaps]

psn_journey_02

A l’instar de Flower, et quitte à en faire fuir certains, le nouveau titre de thatgamecompany propose un gameplay finalement assez simple, mais ô combien efficace. Notre avatar n’est guère agile au début de son aventure, mais il se retrouvera rapidement affublé d’une écharpe qui lui donnera différents pouvoirs comme celui de virevolter durant quelques secondes dans les airs, ou encore d’activer d’anciens mécanismes en « ravivant » de vieux morceaux de tissu mangés par le sable et le temps. On pourra également, avoir avoir plus ou moins maintenu le bouton O, lancer une petite ou grande impulsion magique qui fera réagir tout objet activable aux alentours, en plus d’avoir une utilité bien plus subtile. A noter qu’il n’y a encore une fois aucune interface à l’écran pour offrir une quelconque information. Ainsi il faudra résoudre un certain nombre d’énigmes et grimper un peu partout pour progresser, avec pour objectif final cette grande montagne qui nous attire tant. Journey est donc un jeu d’aventure dans sa plus simple forme. Une mise en avant de la découverte de ses ruines et de sa faune, de l’exploration et surtout une absence quasi absolue de toute violence. Même si on note la présence d’ennemis (en aucun cas meurtriers), notre avatar ne possède aucune arme, ni d’ailleurs de bras à proprement parler. Un parti pris propice à la contemplation et à la zen attitude plutôt qu’à action frénétique et les explosions.

Journey_PS Network_PS3_006

L’histoire qui se cache finement derrière tout cela bien va également dans ce sens. Il n’y a pour ainsi dire qu’une brève introduction et absolument aucun dialogue pour nous expliquer se qu’il s’est passé dans ce monde déchu envahi par le sable. Cependant, à chaque fin de chapitre, un être aux apparences similaires à la votre vous présentera une petite fresque animée qui vous en dira un peu plus, sans pour autant vous dévoiler le pourquoi de votre présence ici. Cela sera à vous, avec votre imagination, au grès de vos discutions avec d’autres joueurs, de vous forger une idée. Il est très rare aujourd’hui qu’un jeu laisse planer un si grand mystère autour de lui, au risque de s’attirer une certaine incompréhension. Et finalement, ce n’est pas si mal, cela crée le débat. C’est en partie ce qui lui donne cette force et en fait un titre unique qui laisse place à une véritable expérience visuelle et sonore.

Une expérience qui se partage dans le silence, sans avis parasites ou toute forme de nuisance extérieure qui pourrait influencer votre vision et votre implication. Vous, le jeu… Et un autre joueur. Parti pris imposé et indispensable, Journey tourne autour d’une structure hybride entre du solo et du multijoueur, à la manière de Demon’s Souls et de sa suite. Une personne rejoindra votre partie (ou le contraire, difficile à dire), sans aucune intervention de votre part. Sa présence est toujours indiquée par un halo de lumière au bord de l’écran si elle n’est pas visible de vos yeux. Cette personne, vous ne la connaissez évidemment pas, et vous ne pourrez ni obtenir son pseudo, ni discuter avec elle via un micro ou des messages. Et pourtant. Difficile de croire qu’il est possible de communiquer en lançant de petites ou grosses impulsions via le même bouton O que tout à l’heure. Et pourtant. C’est purement instinctif. On se dit « Bonjour !», « Attention! », « Regardes! », « Je suis là! » de la même manière, partout dans le monde. On exprime un contentement ou une alerte de la même façon. C’est peut être une constatation personnelle, mais après plusieurs parties avec des personnes différentes, cette manière de communiquer se réitère. Absolument bluffant. Après, chacun fait sa petite partie de son côté (sans aucune coupure si quelqu’un quitte la partie) mais il est fort à parier que si vous voulez partager votre aventure avec cet(te) inconnu(e) et que réciproquement, c’est la même idée, vous allez bien vous entendre. S’en suit, en conséquence, une bonne partie de coopération, avec un soupçon de compétition par moments, mais aussi beaucoup de « coups de mains », d’indications de choses cachées que vous ou lui n’aurait pas vu (de ce côté là, le jeu offre une replay-value vraiment bonne), et au final, pour les dernières minutes de jeu, une relation quasi-fusionnelle et indispensable. Ce « partage » de l’aventure constitue un concept original et très grisant, et évidement un des points forts de Journey. Autant le dire clairement, l’ultime partie du jeu est juste superbe, bouleversante, pleine d’émotions. A vous en faire lâcher quelques larmes. Authentique.

psn_journey_01

Journey c’est aussi ses musiques. Absolument indissociables et indispensables à l’expérience, elles savent s’inviter dans l’action et l’accompagner à merveille pour tranquillement s’estomper au juste moment. Elles s’avèrent aussi poignantes, et encore une fois, magnifiques. Cette mélodie au violon, thème principal du jeu, est juste à vous en donner des frissons. Encore et encore à chaque écoute. Chapeau bas pour son compositeur, Austin Wintory, dont nous espérons que cette expérience avec thatgamecompany sera la première d’une longue série de collaborations avec le monde du jeu-vidéo. Bref, nous tenons ici une des meilleures bande-son de l’année, assurément.

[section id= »conclusion » style= »border:1px solid white;padding:10px;overflow:auto;background-color:#00a0db;color:#FFFFFF; »]Si la prétention première de thatgamecompany est de nous offrir autre chose qu’un simple jeu-vidéo, on peut dire que Journey en constitue l’aboutissement. Un voyage certes court, mais poignant, magique, et qui nous offre une expérience encore inédite jusqu’alors, grâce à l’association de superbes visuels, une partie musicale frissonnante de beauté et surtout un multijoueur extrêmement grisant et bluffant d’originalité et d’efficacité. Et il y a tellement d’autres choses à dire, tellement de choses qui nous viennent et qui nous reviennent à l’esprit. Difficile d’expliquer comment un titre aux apparences aussi humbles peut provoquer (une fois de plus) autant d’émoi à travers le monde. Mais le fait est bien là. Journey est un superbe jeu, et il ne sera visiblement pas le seul de cette cuvée 2012. Trop de superlatifs? Pas objectif? Comment l’être. Qu’importe.[/section]

_

Journey_PS Network_PS3_004

Précédent 1 2

  1. Superbe test qui reflète exactement ce que j’ai ressenti lors de ma première partie.
    Un jeu qu’on oubliera pas et auquel on pense encore après l’avoir terminé.
    Interessant de savoir que le replay value vaut le coup. Je compte le refaire prochainement. 🙂

    Merci encore pour cette critiqeu.

  2. J’abonde moi aussi dans le sens de ta très bonne critique Mizakido. On aura sans doute des esprits chagrins et ayatrollesques qui vont nous dire que ce n’est pas vraiment du jeu vidéo eu égard à la durée de vie, à la simplicité d’un gameplay qu’on ne peut pas enfermer dans la petite case d’un genre bien identifié et à l’image arty du jeu.

    Mais comme tu dis, qu’importe quand on voit à quel point ces quelques heures de jeux sont intenses, maîtrisées de bout en bout et bourrées de bonnes idées. Je crois que jamais un jeu n’aura si bien porté son titre tant on est totalement happé dans l’univers de Journey et tant le plaisir de la découverte est grand. D’ailleurs, je te rejoins sur la dimension online du jeu qui m’a quelque peu réconcilié avec cet aspect du jeu moderne m’ayant toujours paru inutile ou inintéressant : ici, la relation avec les autres joueurs s’intègre tout naturellement et simplement. La communication n’est présente que dans sa forme la plus basique mais elle permet de faire passer tant de choses…

    A la limite, le seul regret que j’ai eu, c’est que l’expérience était trop courte. Pas trop courte dans le sens « c’est une honte de faire payer 15 euros une poignée d’heures de jeux » (il n’y a qu’à voir Asura’s Wrath pour voir que Crapcom arrive encore à faire bien pire), mais dans le sens « c’est dommage que ça s’arrête si tôt ». Maintenant, le format choisi permet de garder une intensité constante de l’expérience de jeu, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas avec quelques niveaux de plus. Donc quand on y réfléchit, il n’y a pas vraiment de regret à avoir ^^.

  3. Très bon article qui me motive encore plus pour me prendre le jeu.

    Ayant pas mal apprécié Flow, et Flower, Je serai certainement séduit par Journey. Peut être le seul jeu qui me motivera à brancher online ma PS3 pour jouer avec des inconnus

  4. Rei: C’est vraiment indispensable le online pour ce jeu. Si tu joues en offline, tu perds une grande partie de l’experience.

  5. Et bien merci pour vos commentaires, cela me rassure dans ma vision du jeu, vision que j’ai essayé au mieux de retranscrire ici :)… Même si il y a encore beaucoup de choses à dire!

    @Steeve : en effet, il possède une petite replay-value assez intéressante, notamment pour ses petits trucs cachés, comme semble l’indiquer la liste des trophées. Puis c’est toujours une occasion pour se replonger dans ce superbe univers.

    @Hyades : j’ai bien fait d’insister pour que tu vérifies tes fonctions online :D. Pour le reste, je rejoins ton avis. Journey reste un jeu vidéo, mais sans doute d’une forme que nous ne sommes pas encore habitués. Et franchement, je veux en voir plus de ce genre.

    @pipasrei : il est évident que si tu as apprécié le concept de Flower, tu risques d’adorer Journey, qui va encore plus loin dans le « trip ». Et oui, la fonction en ligne est indispensable pour en profiter à 100%!

  6. Jolie critique. D’ailleurs, le contre-avis de Vidok, il en est où ? Autrement, je dois bien admettre que plus je lis de critiques sur Journey (autant positives que négatives), plus il me tente. En plus, je le trouve vraiment magnifique graphiquement parlant (la modélisation de l’air m’avait l’air juste sublime d’après les vidéos que j’ai vu vite fait).

    1. Il en est qu’il attend un second run pour être confirmé (ou pas). Il paraît que le refaire peut tout changer. Dans le doute, on ne coupe pas des têtes, paraît-il. Je compte le refaire la semaine prochaine.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
Short Peace