Le Livre d’Eli

Le Livre d’Eli

Les films décrivant la fin du monde ont fait un impressionnant retour sur le devant de la scène ces dernières années. Predictions, 2012, La Route, … Le Livre d’Eli. Les frères Hughes, responsable notamment de l’adaptation cinématographique de From Hell, réapparaissent après 8 ans de silence radio dans les salles obscures. Pour marquer à nouveau les esprits, ils se sont lancés dans un univers saturé, bien particulier, à même de marquer les esprits en ce début 2010. A sa sortie, Le Livre d’Eli est passé devant Avatar aux Etats-Unis, preuve qu’il a le potentiel pour ameuter les foules. Mais est-ce à juste titre ?

Le_livre_d_eli_07

D’autant que des univers comme celui dépeint ici sont monnaie courante. Il est d’ailleurs amusant de noter les évidences références aux œuvres marquantes du genre telles que Mad Max. La civilisation humaine semble s’être quasiment éteinte ; les mégalopoles ne sont plus ; le droit n’est plus. Seules des bourgades au look de bidonvilles servent encore de logis aux survivants. Depuis 30 ans, l’humanité est aux abois. Depuis 30 ans, un homme marche. Eli (incarné par Denzel Washingtion) se dirige vers l’ouest. Son seul but tient dans le livre qu’il transporte et qu’il lit tous les soirs, sans exception. Se sentant investi d’une mission divine, Eli ne se détourne sous aucune façon de son chemin, pas même pour sauver une femme d’un viol. Jusqu’au jour où Carnegie (Gary Oldman), le dirigeant auto-proclamé d’une ville naissante, découvre que notre être messianique est en possession du dernier exemplaire du livre qu’il recherche. Il va alors tout tenter pour non seulement le récupérer mais aussi mettre fin au voyage d’Eli, voyage durant lequel notre héros fera la connaissance de Claudia, la mère esclave et aveugle, ainsi que sa fille, Solara, curieuse du monde extérieure.

Le_livre_d_eli_02 Le_livre_d_eli_01

La première demi-heure de pellicule nous amène dans un monde ravagé, enclin au doute et à la survie. Nul ne sait de quoi demain sera constitué ; mise à part peut-être les bandes de voyous, agressant, volant, violant et tuant les voyageurs. La plupart tombent sur des hommes et femmes sans défense, d’autres sur Eli. L’occasion pour nous d’admirer les très bonnes chorégraphies du film, alors que les bandes annonces ne nous laissaient pourtant pas en espérer autant. Denzel Washington a visiblement pris quelques cours d’arts martiaux, et nous l’en remercions. Son personnage intrigue. Calme, puissant, presqu’omniscient, et semble-t-il protégé par un pouvoir divin, il occupe très bien l’écran. Peu habitué aux rôles aussi musclés, il paraît tout à fait à l’aise. Ni trop sûr de lui, ni hésitant, il est détaché des autres protagonistes, sans les écraser et sans faire tâche. Il vit grâce à sa foi, sans non plus tenter de la promulguer autour de lui. Un héros seul.

Le_livre_d_eli_12 Le_livre_d_eli_14

Cette image est brillamment mise en valeur par les somptueux plans du film. Les décors sont pour la plupart renversants. L’ambiance post-apocalyptique est très bien retranscrite au point que l’on s’y croirait. Le climat est plus que pesant. Ce sentiment est très bien appuyé par la bande son d’Atticus Ross, tout à fait à propos. A la fois lourde et saturée, elle attise cette impression qui pèse sur les épaules du héros tout au long de son périple. Le Livre d’Eli nous entraîne donc dans ce monde dévasté sans l’once d’un remord et d’une censure. Les combats se veulent violents, les allusions morbides nombreuses, les cœurs noirs. Au milieu de tout cela, Eli est montré comme la lumière qui éclairera bientôt le monde, superbe métaphore quand on regarde Denzel Washington d’un peu plus près. Malheureusement, ce sauvetage se veut un peu trop religieux pour être fascinant. A l’inverse du film sus-cité, La Route, avec Viggo Mortensen, Le Livre d’Eli propose une véritable propagande au profit de la religion. Eli passe très vite pour le messager de Dieu, à deux doigt de représenter le Christ du futur. Si tant est que la fin, bien que proposant un twist absolument génial et pouvant être interprété de plusieurs façons, en est lourdingue de tant de catéchisme imposé. Les frères Hughes ne laissent pas le choix des convictions et offrent une vision étriquée de l’espoir, passant nécessairement dans une foi aveugle.

Le_livre_d_eli_13

Après Je suis une Légende, le cinéma hollywoodien nous fournit, une fois de plus, un message bien trop imposant, sapant tout le travail de forme pratiqué pendant le restant du film. La première demi-heure, fabuleuse entrée en matière, annonçant clairement un film de genre, ainsi que les fusillades et confrontations très bien mises en scène sont sabotées par le fond, trop lisse et sans réelle saveur. Le Livre d’Eli est une œuvre superbe, sur un plan purement visuel, le fond est au fil du visionnage noyé par un message qui aurait gagné à être plus fin.

[wptab name=’Bande Annonce VF’][youtube]http://www.youtube.com/watch?v=l4aGAqlfIMo[/youtube][/wptab] [wptab name=’Bande Annonce VO’][youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ubCa7IG4uHU[/youtube][/wptab] [end_wptabset]

Articles qui pourraient vous intéresser

Untitled Goose Game

Untitled Goose Game

Tout à fait charmant, Untitled Goose Game s’avère savamment bien orchestré dans son exécution, avec des objectifs variés et drôles à accomplir, et derrière suffisamment de quoi se creuser la tête afin de parvenir à leur réussite, avec de temps à autre quelques soupçons d'infiltration et d'action pour accompagner cela. Tranquille et pas du tout prise de tête..

My Brother Rabbit

My Brother Rabbit

Si vous aimez en secret les jeux d'objets cachés mais que vous n'osez pas l'avouer, de peur des railleries qui pourraient vous tomber dessus, nul doute que My Brother Rabbit est un soft sur lequel vous devez vous pencher. Mieux encore, vous pouvez même arrêter de vous cacher tant la direction artistique très réussie et son allégorie plutôt touchante le placent un brin au-dessus du panier de la concurrence facebookienne casu par excellence. Bon certes, on regrettera l'absence de tactile pour le mode nomade de la Switch et son prix basique un peu élevé... enfin, des promos sur Steam, Gog, le PSN, et autres eShops, ce n'est pas si rare que cela après tout..

Overpass

Overpass

Simple. Efficace. Overpass se résume finalement à cela. Un gameplay déjà entraperçu, avec une charnière originale, de bien belles inspirations, une terrible soundtrack et pas mal de contenu. On le parcourra avec un certain plaisir, on pestera devant la difficulté de certains niveaux, mais on finira, à condition d’être un peu insistant, à le maîtriser, et surtout à apprécier l’expérience trippante procurée..

S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Plus anciens
Plus récents Plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gellé
6 années plus tôt

Bonne surprise avec Denzel Washington convainquant dans son rôle.
la fin était bien surprenante également.
Un film pour lequel je ne me suit pas endormit :-D