You’re next

You’re next

Il est intéressant de constater que les modes horrifiques changent régulièrement en fonction du succès rencontré. Ainsi après avoir eu droit à la vague des torture-porn puis des remake/reboot/prequel/sequel(…), on se retrouve en ce moment face à une tendance à financer des projets à faibles budgets, d’où le raz de marée de found-footage. Partant de cette observation, retrouver dans les salles obscures des œuvres horrifiques plus classiques, en apparence, est quelque chose qui ne se refuse pas ! Quand bien même celles-ci ne font pas dans l’originalité.

Pour cela, il aura fallu attendre l’arrivée de You’re next sur nos écrans, un film réalisé en 2011 ! Acheté à l’époque par Lionsgate, l’œuvre commença par faire le tour des festivals générant ainsi un buzz. Il terminera sa tournée en remportant le prix du jury Syfy à Gérardmer cette année.

youre-next-5

  Aux manettes de ce home-invasion sanglant, on trouve Adam Wingard. Si vous ne connaissez pas l’homme cela est normal, seules deux de ses œuvres ont franchi l’Atlantique jusqu’à nos contrées : sa participation dans V/H/S et You’re next. Pourtant l’homme est productif, il a déjà réalisé sept autres longs-métrages ainsi que quatre courts-métrages. On est loin du réalisateur fraîchement débarqué répondant à une commande d’une production.

On ressent d’ailleurs son expérience dans cette œuvre. L’homme sait mettre en place son décor et nous présenter les différents personnages succinctement mais en réussissant à créer de l’empathie. Classé R au USA, cela permet à l’auteur de pouvoir mettre en place son jeu de massacre sans se limiter dans ses débordements sanglants ou dans la nudité. En découle une scène d’introduction regroupant les éléments précités et donnant ainsi le ton adopté par le réalisateur.

 

youre-next-7

 

Une fois cette séquence passée, on suit donc les prochaines victimes et leur aptitude à survivre ou a mourir. Une bonne idée est de choisir des protagonistes majoritairement proches de la trentaine. Il est ainsi intéressant de voir comment ils réagissent en fonction d’expériences vécues. On peut par contre regretter que certains agissent de façons parfois stupides. En effet, là où la logique serait de se barricader dans la bâtisse, certains préfèrent tenter l’aventure à l’extérieur ! En découlent des choix que l’on peut difficilement défendre mais offrant ainsi des moments bien sanglants. C’est un des points forts du film : les mises à mort sont bien orchestrées et offrent ainsi des plans joliment morbides à l’image d’un des tueurs qui s’assoit sur le canapé afin d’admirer son œuvre. La personnalité des victimes va permettre de corser la tache des intrus et va offrir ainsi des retournements de situations inattendus.

On a d’ailleurs par moment l’impression d’assister à une relecture sanglante de Maman j’ai raté l’avion tant les pièges « fait maison » en font l’écho. De même dans la mise en place de ceux-ci et la façon dont les personnes se font avoir.

 

Concernant le récit, l’évolution est assez linéaire avec certains twists quelque peu prévisibles. Pour autant, l’histoire se suit sans souffrir de longueurs et les notes d’humour permettent de détendre une atmosphère chargée en tension. Le soin apporté aux différents personnages est un autre point fort. En effet, dès les premiers instants on se met à haïr certains membres de la famille tandis qu’on est pris d’affection pour d’autres. Ces sentiments vont évoluer au fil du temps. Les premières impressions sont souvent trompeuses dans ce long-métrage. Une nuance qui permet d’éviter les clichés propre au slasher.

youre-next-1

  Au final l’œuvre remplit son contrat, c’est-à-dire divertir sans pour autant tomber dans la facilité. Certes You’re next n’est pas exempt de défauts mais sa générosité en moments sanglants et sa touche d’humour permet de passer outre. Une bonne chose donc que le film ait trouvé le chemin de nos salles obscures, trop de bobines de ce genre sont condamnées à remplir le rayon DVD dans l’anonymat le plus total. Mise à part ses contributions dans The ABCs of death et V/H/S 2, tous deux inédits en France, Adam Wingard se concentre sur d’autres projets. Il réalisera notamment un thriller narrant un militaire qui s’immisce dans la famille d’un de ses frères d’armes décédés.

 

[wptab name=’Bande annonce’][youtube]http://www.youtube.com/watch?v=LMh4E2xAkLo[/youtube][/wptab][wptab name=’Bande annonce VOST’][youtube]http://www.youtube.com/watch?v=N9OkOHCJ8AA[/youtube][/wptab] [end_wptabset] [end_wptabset]

Articles qui pourraient vous intéresser

Darksiders III

Darksiders III

Loin d’être aussi exemplaire que le premier volet en son temps, Darksiders III n’en demeure pas moins une valeur sûre du jeu d’action. Pouvant être pris seul, il ne faudra pas oublier qu’il s’inscrit dans une saga plus large : les quelques clins d’oeil nécessitent de parcourir les aventures de Guerre et Mort. Un chouïa répétitif et au scénario chancelant, sans compter les bugs maintenus 1 an après sa sortie, le jeu de Gunfire Games offre tout de même une belle introduction au personnage de Fury. Une fois le spin-off Darksiders Genesis ingurgité, nous serons normalement prêts à une aventure avec les quatre cavaliers. Reste à voir si THQ Nordiq et Gunfire Games en ont décidé ainsi…

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

En loose et en vrac : Gorogoa et Donut County

En loose et en vrac : Gorogoa et Donut County

Il y en a deux pour être exacte. Que je prends la peine de compiler en un même article – qui donnera peut-être lieu à une série d'articles typés « vrac » selon mes itérations vidéo-ludiques – sans forcément que je n'en vienne en prendre la peine d'en faire une critique en bonne et due forme...

4
Poster un Commentaire

avatar
2000
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
VidokTzametiMizakido Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mizakido
Editor

Voici un film que j’ai malheurement raté, et intrinsèquement un de mes regrets gorifiques de cette année, avec American Nightmare (dont je ne sais pas vraiment les retours). Visiblement le contrat a l’air bien rempli pour ce film, enfin, en tout cas tu m’as donné envie d’aller visiter les rayons des DVDs anonymes :-D

Dans la lignée du bon « classique », je retiendrais cette année The Conjuring, qui est franchement prévisible et déjà vu, mais qui propose une ambiance tellement délicieuse et une histoire rondement menée que j’ai bien apprécié le trip.

Vidok
Admin

Je veux voir You’re Next. Il s’agit également d’un de mes regrets de cette année, hésitant à y aller en espérant ne pas être déçu : la bande annonce et l’affichent promettaient beaucoup. Apparemment, elles avaient raison de promettre. Ta critique m’a fichtrement donné envie de le voir dans mon salon maintenant (à défaut d’un plus grand écran).