L’Indépendant #4 – Spéciale Wadjet Eye Games

L’Indépendant #4 – Spéciale Wadjet Eye Games

independant_4_titre

Bienvenue à vous, imprudents lecteurs, dans l’Indépendant, le petit supplément d’Archaïc !

Si je devais remonter à ma vraie découverte du jeu indépendant, à l’article qui m’a fait découvrir le potentiel d’un pan qui m’était jusque-là inconnu du monde vidéoludique et qui m’a grandement donné envie de m’y plonger, il ne faudrait pas aller chercher trop loin dans le temps et dans les entrailles d’Internet. Cet article se trouve ici-même sur Archaic, et était signé Mizakido. Son sujet ? Gemini Rue. Qu’on puisse ressusciter par les canaux parallèles les plus éloignées de l’industrie mainstream un genre à l’époque aussi moribond que le Point & Click était à mes yeux une révolution. Qu’on le fasse par le biais de gros pixels à l’ancienne flattait l’indéfectible nostalgique qui existe depuis toujours en moi. Mais ce sont les possibilités entrouvertes par le jeu qui m’avaient soufflé. Un jeu à l’univers mi-polar noir, mi-cyber-punk qui titille autant la dystopie qu’un questionnement sur la réalité, l’identité et la mémoire que n’aurait pas renié Philip K. Dick… Où avais-je déjà vu ça récemment dans l’industrie vidéoludique ? Avais-je seulement vu ça récemment dans l’industrie vidéoludique ?

Derrière l’édition de Gemini Rue, on découvre Wadjet Eye Games, le genre d’éditeur de taille réduite qui a une vision et une patte, comme Psygnosis en son temps ou les fous furieux de Devolver actuellement. Fondée en 2006 par Dave Gilbert pour publier son premier jeu (The Shivah, qui a depuis été réédité dans une version remasterisée), Wadjet Eye Games a depuis principalement servi de fenêtre ouverte sur un monde plein de nostalgie en mettant en lumière les productions d’autres développeurs. Ce monde de jeux, c’est celui du Point & Click à l’ancienne, souvent motorisé sous AGS.  De la série typiquement new-yorkaise des Blackwell au post-apocalyptique biomécanique et robotique de Primordia en passant par le thriller scientifique façon Resonance, nous avons décidé de vous proposer un petit panorama des univers mis à l’honneur par Wadjet Eye Games en répondant pour chacun de ces jeux à nos trois questions devenues rituelles :

  • A quoi ça ressemble ? (qui développe la patte graphique, la musique, l’esthétique générale, etc…)
  • Comment ça se joue ? (qui s’intéresse au gameplay et aux idées souvent ingénieuses qu’ont les développeurs indépendants dans le domaine)
  • Pourquoi on en parle ? (qui est au fond le cœur du sujet : ce qui dans le jeu a happé notre intérêt et nous fait nous dire que ça serait cool qu’on partage notre découverte avec vous)

Nous espérons que ce petit hommage au milieu de l’édition dans ce qu’il a de meilleur (et malheureusement de plus rare) vous plaira, et nous attendons comme chaque fois vos commentaires, vos critiques et/ou (soyons fous) vos compliments.

Hyades

 independant_4_lien_1 independant_4_lien_2 independant_4_lien_3

Articles qui pourraient vous intéresser

The Adventure Pals

The Adventure Pals

Même si The Adventure Pals aurait pu être mieux optimisé et se renouveler davantage, on ne pourra pas lui retirer qu'il dégage une aura très sympathique. C'est mignon, coloré, plein d'humour, avec un bon capital fun immédiat et des mécaniques piochées à droite et à gauche peu développées certes mais qui marchent très bien. Encore faut-il savoir le distiller au compte-goutte sur de courtes sessions afin de ne pas s'en voir lassé ou dégoûté..

Hatoful Boyfriend

Hatoful Boyfriend

Vous ne saviez pas que vous fantasmiez sur le beau plumage de nos beaux pigeons des villes ? Qu'à cela ne tienne, Hatoful Boyfriend est fait pour vous ! Plus sérieusement, si la première partie de dating sim douteux amusera dans les quelques premiers dénouements, elle finira vite par lasser. Mais il serait dommage de ne pas s'accrocher afin de voir la véritable histoire qui se cache derrière le grotesque. Parce qu'il ne faut pas se fier aux apparences, c'est plus sérieux que ça en a l'air, intéressant, palpitant et étrangement crédible, quand bien même cela semble profondément surréaliste. Et même si vous en avez marre de voir ces piafs chier sur votre voiture, croyez bien que vous risquez de vous y attacher un peu à ces pigeons, qu'ils soient malades, hautains, amateurs de pudding ou psychopathes..

Toby : The Secret Mine

Toby : The Secret Mine

Toby : The Secret Mine montre qu'on peut ajouter de la couleur à un Limbo-like sans que ça ne perde en charme visuel. Bien au contraire. En revanche, il rappelle que dans ce genre, être visible dans son level design et trouver un équilibre qui ne rend pas le jeu trop injuste est le nerf de la guerre. Ce qu'il n'a malheureusement pas réussi à faire. Encore une fois, n'est pas Limbo qui veut...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des