Samurai Spirits! 2 Pocket Fighting Series
Appréciation 5

Après un premier épisode réussi, SNK récidive à peine cinq mois plus tard sur Neo Geo Pocket, Color cette fois. Disponible depuis un petit mois sur le marché nippon, la mise à jour de la console portable de SNK reçoit déjà un nouveau volet de Samurai Spirits. De nouveau, le maître étalon Samurai Spirits IV, ..

Résumé 5.0 Extra

Samurai Spirits! 2 Pocket Fighting Series

Après un premier épisode réussi, SNK récidive à peine cinq mois plus tard sur Neo Geo Pocket, Color cette fois. Disponible depuis un petit mois sur le marché nippon, la mise à jour de la console portable de SNK reçoit déjà un nouveau volet de Samurai Spirits. De nouveau, le maître étalon Samurai Spirits IV, dernier volet en 2D disponible sur Neo Geo, sert de modèle mais l’histoire emprunte de nouveau la mythologie des épisodes 64.

Chibi Samurai

Pas question toutefois de singer maladroitement le gameplay des épisodes salon et en l’occurrence 3D. Samurai Spirits! 2 est dans la continuité du premier volet à savoir une utilisation intelligente des deux boutons. Les directions et la notion de maintien les épaulent afin de constituer une palette de coups suffisante. Nous disposons toujours de quatre techniques par personnage, en complément des combos aux commandes partagées. Chaque combattant se présente sous sa forme Slash ou Bust. Au delà de définir la couleur des habits, ce choix détermine les quatre techniques. Nous faisons donc bien face à 2 configurations par personnage, ce qui donne en réalité 28 façons de jouer. Le roster a légèrement grossi depuis Samurai Spirits! puisque nous avons à faire à pas moins de 16 guerriers, contre 14 auparavant.

Une grande partie du casting du premier est de retour, Haomal compris (merci la version européenne), seuls Shizumaru et Zankuro – respectivement boss et personnage caché – cèdent leur place. Shiki, autre personnage caché et arrivée avec Samurai Spirits 64, est ici sélectionnable dès le départ. Asura, personnage central de 64 Warrior’s Rage, répond lui aussi à l’appel, ainsi que  Taizan, un nouveau venu, toujours de 64 Warrior’s Rage que l’on ne reverra plus dans aucun jeu. La grande absente de Spirits!, Charlotte, est désormais présente, ravissant les joueurs français. En guise de boss, nous sommes logiquement confrontés à Yuga The Destroyer, dans ses deux formes, Slash et Bust. A noter qu’en mid-boss, Gandara répond présent. Et bien présent : un bonheur de se retrouver face à pareil monstre avec des personnages à très courte allonge…

Cartes à l’envi

Le premier volet permettait de passer quelques heures, en solo comme en multi, mais était finalement assez limité en modes de jeu. Samurai Spirits! 2 ne fait guère mieux puisqu’il n’aligne toujours que des modes Arcade, Versus et Survival. En revanche, une entrée Collection a fait son apparition. Au fil des parties, nous débloquons des cartes, jusqu’à 8 par héros, à hauteur de 4 par forme. Ces cartes peuvent être équipées lors de la sélection du personnage afin de lui octroyer un bonus : Power Up, Defense Up, Special Move 1 ou Special Move 2. Les deux premiers se veulent explicites, les deux suivants permettent l’utilisation d’une technique non prévue indiquée au dos de la carte. Ornées de jolies illustrations, elles sont, une fois remportées, consultables à tout moment dans la Collection. Elles sont offertes de manière aléatoire : il faut donc jouer un certain temps pour réussir à toutes les débloquer. Même Yuga en possède huit.

Publié seulement cinq petits mois après son grand frère, Samurai Spirits! 2 améliore tous les éléments que nous avions déjà adoré. Il réussit à proposer un gameplay aussi pointu que profond malgré les deux seuls boutons de la console. Plus beau, plus rapide, plus long, il représente l’un des ténors de la console et restaure l’image un peu écornée de SNK avec son passage compliqué à la 3D.

Articles qui pourraient vous intéresser

Fire Emblem Three Houses

Fire Emblem Three Houses

Un JRPG au contenu gargantuesque mais qui ne lasse pas un seul instant grâce à un rythme soutenu, un gameplay parfait et une grande variété d'action.

Detroit : Become Human

Detroit : Become Human

Detroit : Become Human s'avère être le rejeton le plus abouti de Quantic Dream. On sent que le studio a passé un cap dans ses digestions d'influences, de maîtrise de la mise en scène qui envoie du rêve et de ses différents outils technologiques tant le rendu visuel impressionne. Le tout, en se tenant scrupuleusement à la formule Heavy Rain en terme système de jeu qui fonctionnait déjà très bien. Et en oubliant, fort heureusement, les tentatives de proposer un simili-gameplay standard comme Beyond : Two Souls essayait ponctuellement de le faire (pas forcément très bien). Bref, un excellent jeu narratif, une dystopie intéressante qui ne manquera pas de toucher et de troubler..

Lost Eden

Lost Eden

Lost Eden n'a rien d'un grand jeu, c'est indéniable, mais a tout de la petite œuvre sans prétention qu'il est bon de découvrir par hasard pour réajuster ses attentes en matière de jeu-vidéo. Avec son gameplay pas des plus exceptionnels, le jeu de Cryo Interactive demeure encore aujourd'hui un titre simple, efficace, sans fioritures, rapidement terminable et avec suffisamment d'atouts pour être parcouru..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des