Concert Cécile Corbel

Dans la charmante ville d’Angers et le merveilleux cadre, architectural et acoustique, de la Collégiale Saint-Martin, se tenait, le samedi 4 mai 2013, un concert de Cécile Corbel. La charmante trentenaire bretonne nous a offert une représentation d’environ 2h, organisée grâce à l’association Torii Time – dont nous avons déjà évoqué les actions dans le billet sur le festival Soleil Levant 2013 – avec la complicité et la présence de la librairie AZUManga – elle vendait les billets et tenait un stand sur place, proposant de nombreux goodies nippons et en particulier du Studio Ghibli.

concert_cecile_corbel_07

Cécile Corbel est, une harpiste, auteur, compositeur, interprète, originaire du Finistère. Cette jolie rousse, fière de ses origines gaéliques, a pour domaine de prédilection la musique celtique, s’inspirant largement de l’univers asturien et des balades irlandaises. Suite à la sortie de son album Songbook volume 2, elle adresse au Studio Ghibli un exemplaire, en remerciement de la source d’inspiration qu’il représente pour elle. Cet album arrive au Studio au moment de la recherche de la B.O. du projet en cours : Arrietty : le petit monde des chapardeurs (借りぐらしのアリエッティ, Karigurashi no Arrietty). L’équipe du film et notamment Toshio Suzuki, le producteur en chef, sont séduits par les compositions de la jeune femme et vont jusqu’à envoyer une délégation dans le Berry. En décembre 2009, le Studio Ghibli annonce officiellement la collaboration de Cécile Corbel pour le thème musical du film. Grâce à cette Bande Originale, Cécile Corbel obtiendra de nombreux prix de 2010 à 2012 allant du Disque d’or aux Awards.

concert_cecile_corbel_09 karigurashi_no_arrietty_anime_004 concert_cecile_corbel_08

À Angers, c’est un charmant quartet, porté par la voix de Cécile Corbel et Pascal Boucaud, qui nous a transporté dans un autre monde, peuplé de fées, de sorcières, de marins amoureux de la mer et de femmes pleines de tristesse … Bien sûr, nous nous sommes égarés en terre nippone avec quelques morceaux tirés d’Arrietty’s song. Et d’une chanson inspirée par le folklore japonais, évoquant les esprits magiques polymorphes, que sont ces renards se changeant en femmes et vis-et-versa….

concert_cecile_corbel_03 concert_cecile_corbel_04

Composition du quartet du concert du 4 mai 2013, à Angers :

  •  Cécile Corbel : harpe et voix
  •  Cyril Maurin : guitares
  •  Pascal Boucaud : basse et chœurs
  •  Julien Grattard : violoncelle

concert_cecile_corbel_01

À la fin du concert, une séance de dédicaces s’est rapidement organisée. Dans une ambiance bonne enfant, nous avons pu nous procurer les différents albums de l’artiste, puis les faire dédicacer par la charmante harpiste, qui s’est prêté avec bonne humeur et gentillesse au jeu des autographes et des photographies, avec toujours un petit mot pour ses fans.

Si d’aventure, vous souhaitiez de plus amples informations sur Cécile Corbel, n’hésitez pas à visiter son site, vous pourrez, entre autres, vous informer des dates de concerts et évènements à venir proche de chez vous, ou tout simplement vous enquérir de ses différents albums et carnets de partitions.

  1. Merci pour ce compte-rendu. Je suis ravi que vous ayez apprécié cet évènement. Le cadre de la Collégiale Saint-Martin a, je le crois, fait honneur au talent de Cécile Corbel. Par contre, le groupe s’est déplacé en quartet (4 musiciens) et non en quintet, et le violoncelliste était Julien Grattard (et non Éric Zorgniotti).

  2. Au final, il manque quelque chose d’important dans ce compte-rendu… Et le concert en lui-même, c’était comment ?

    En tout cas, merci pour la découverte lors de la dernière IRL. Du coup, depuis que je suis rentrée, je me suis un peu penchée sur ses albums hors Arrietty et il faut admettre que sa musique est vraiment enchanteresse. On comprend aisément pourquoi Ghibli a pris la peine d’envoyer une petite délégation sur ses terres pour lui quémander de participer à une bande-son d’un de ses films. Et pour la peine, malgré un prix un brin élevé par rapport à la moyenne du marché, je m’en vais me procurer sa discographie ^^

  3. Bah je l’ai dit : on a décollé pour un autre monde peuplé de petits êtres magiques ^^ . L’acoustique était juste magique grâce a l’architecture, et la bretonne d’adoption que je suis n’a pu qu’être conquise par cette merveilleuse finistérienne.

  4. Je n’ai pas eu l’occasion de voir ce Ghibli mais c’est vrai qu’après avoir écouté quelques pistes lors de notre dernière IRL sur Nantes, c’est très surprenant de voir associés l’animation japonaise et des thèmes à l’identité digne d’un bagad breton. Merci pour cette découverte intéressante ^^.

  5. Ce que je trouve très agréable, c’est que Cécile Corbel chante la version Jap’ du coup quand tu vois Karigurashi no Arrietty en VOSTF (ou en VO tout court d’ailleurs pour les plus … puristes/hardcore/fou…) bah c’est sa voix, avec son texte mais en japonais!! et l’autre point fort, c’est que la chanson en français veut dire quelque chose! Les sonorités des mots s’accordent très bien avec la musique, du coup la mélodie qu’elle soit en Français ou en Japonais à une très jolie harmonie.
    Maintenant, Cécile Corbel, écrit de très jolie balade en breton ou en irlandais, même si les chants sont dans une autre langue, pas besoin de comprendre le texte (et oui malgré mon chauvinisme breton, je ne parle pas breton hormis quelques mots de base, il en va de même pour l’anglais d’ailleurs) pour ressentir l’émotion de la mélodie. Tu fermes les yeux, et tu te laisse transporter d’univers en univers…(ouais ça fait un peu Ulyss 31 mon truc… ^^’) D’ailleurs le retour sur la terre ferme a été un peu dur pour moi… je serais bien resté encore quelques heures de plus!!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.