Jeunes Mariés

Jeunes Mariés

Jeunes Mariés, de son titre original Hanayome sama wa 16 sai (花嫁さまは16歳) , est un shojo, des plus classiques. Initialement pré-publié dans le magazine bimensuel Shōjo Comic (少女コミック, Shōjo Komikku – abrégé en Shō Comi, 少コミ, Shōkomi), il sera broché par Shōgakukan (株式会社小学館, Kabushiki kaisha Shōgakukan), en 3 volumes. Les éditions Soleil Manga nous offrent en 2010 ce shojo romantique et drôle…

manga_jeunes_mariés_11 manga_jeunes_mariés_06 manga_jeunes_mariés_05

Ce titre est le premier Manga de Ryu Yuuhi, dessinatrice et scénariste de shojo, essentiellement One Shot, depuis les années 2000, date de publication dans Shōjo Comic de son premier titre Amore !. Jeunes Mariés, en 3 volumes, nous fait vivre les aventures de Tamaki, âgée de 16 ans.

La Jeune Tamaki, âgée de 16 ans, vient de perdre sa mère suite à une maladie, cette dernière étant le dernier membre de sa famille, elle se retrouve donc seule. Aussi, suit-elle les recommandations de sa mère, laissées au travers de son testament, en se rendant dans la famille Ootori, où on l’attend. Dans une superbe demeure, elle fait la connaissance de Shinga, le jeune, beau et très riche maître de maison, en réalité égoïste et capricieux. C’est ce dernier qui lui annonce leur union planifiée et organisée des années plus tôt par ses parents…

manga_jeunes_mariés_01

manga_jeunes_mariés_03

Tamaki Shimizu

Jeune élève de 2ème année, honnête et droite, elle a un fort caractère et refuse la défaite. Orpheline de père depuis sa tendre enfance, elle vit seule avec sa mère, qui, malgré ses moyens modestes, fait en sorte que sa fille puisse faire de bonnes études. La jeune adolescente croit en l’amour, et refuse qu’il se passe quoique ce soit avec ce nouveau mari tombé du ciel tant qu’elle ne l’aimera pas….

 

Shinga Ootori

Beau jeune homme de 21 ans, il a fini le lycée et la fac à 19 ans en sautant plusieurs classes. Après ses études au Etats-Unis, il a repris l’entreprise familiale au décès de son père, survenu 2 ans plus tôt. Shinga est aujourd’hui à la tête d’une grosse société de cosmétiques : Ootori Cosmetic Japan, qui est une des plus célèbre marque de cosmétiques au Japon. Il nourrit un fort ressenti contre Tamaki et sa mère dans un premier temps et cherche d’ailleurs uniquement à la dominer, et lui vole ainsi son premier baiser dès leur première rencontre.

 

Jeunes Mariés est un shojo des plus classiques, qui n’émoustillera probablement pas les habitués du genre. En effet, c’est une histoire sans surprise que nous sert ici Ryu Yuuhi. Dès le départ, on devine le déroulement de l’intrigue, les pérégrinations possibles, l’évolution des personnages et le dénouement de l’histoire… Tamaki est typiquement le genre d’héroïne modeste, qui, suite à une tragédie quelconque, voit sa vie changer radicalement. Jeune innocente, pour ne pas dire un peu cruche, elle est séduisante et fait tourner la tête des garçons sans jamais s’en apercevoir… Le tout de façon agaçante pour ne pas dire franchement horripilante… Que c’est dur de se marier surtout à un beau, riche et influent jeune homme ! Shinga, derrière son égoïsme et ses caprices, se révélera très épris de Tamaki, et un garçon plein de fragilité, fruit d’une enfance pas si dorée que cela…

manga_jeunes_mariés_10

Au détour de ce scénario vu et revu, Ryu Yuuhi aborde certains sujets, certes classiques, comme la mort, au travers de celle de la mère de Tamaki, et le respect des volontés du défunt. En effet, Tamaki respecte les dernières volontés de sa mère même si pour cela, elle doit, dans un premier temps, abandonner ses rêves d’histoire d’amour… Elle aborde également les contraintes familiales au travers, de cet amour contrarié entre le père de Shinga et la mère de Tamaki, qui conduira à cette situation, et contribuera à rendre Shinga légèrement aigri et rempli d’une convoitise limite malsaine.

 manga_jeunes_mariés_04 manga_jeunes_mariés_02

Bref, vous l’aurez compris, avec un scénario dénué d’originalité, Jeunes Mariés est un shojo bien banal, mais avec un joli trait… Si vous êtes un habitué du genre, passez votre chemin, vous risqueriez d’être déçu… En revanche, si vous êtes un grand novice, c’est une petite histoire qui vous plaira sûrement… en attendant de lire d’autres histoires plus bien plus intéressantes.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

En loose et en vrac : Gorogoa et Donut County

En loose et en vrac : Gorogoa et Donut County

Il y en a deux pour être exacte. Que je prends la peine de compiler en un même article – qui donnera peut-être lieu à une série d'articles typés « vrac » selon mes itérations vidéo-ludiques – sans forcément que je n'en vienne en prendre la peine d'en faire une critique en bonne et due forme...

Wilmot’s Warehouse

Wilmot's Warehouse

Étrange sur le papier, étonnant manette en main, Wilmot’s Warehouse s’avère être une expérience des plus solides en plus d’être, mine de rien, plutôt tranquille. Rigolo, bon pour la mémoire, pas stressant, il saura occuper les amateurs d’ordre et d’organisation pointues pour une dizaine d’heures, voir davantage pour celles et ceux qui veulent se frotter aux challenges offerts par son mode expert, seul ou à deux..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des