Heart of Darkness
Appréciation 4

L’ambition affichée dès 1992 par Chahi et son équipe transpire toujours dans les deux galettes qui composent Heart of Darkness. Une approche résolument cinématographique qui se remarque dès la longue introduction du jeu, présenté ici comme un générique de film lancé après avoir choisi une nouvelle partie : démarrage du fond musical, logos animés des ..

Résumé 4.0 Très bon

Heart of Darkness

playstation_heart_of_darkness_jaquette

Sorti en 1991, Another World marqua au fer rouge l’industrie du jeu-vidéo par (entre autres) ses innovants graphismes, sa narration novatrice et sa mise en scène cinématographique. Une réussite qui propulsa son créateur, Eric Chahi, au panthéon des plus grands de l’industrie, et qui l’amena à créer sa propre société après avoir officié quelques temps chez Delphine Software. Cette entité, Amazing Studio, n’aura vu son logo appliqué que sur sur un seul et unique titre, à savoir Heart of Darkness, plateformer 2D dont l’ambition était de continuer le chemin tracé par Another World. Le développement débuta en 1992 pour finalement s’achever six ans plus tard, après moult couacs et retards, dont une exclusivité sur Saturn mise au tiroir et une version 3DO annulée, le succès des supports n’ayant pas aidé. L’objet de ce modeste article finira par sortir en 1998 sur PC et PlayStation, au moment où la popularité des jeux 2D commençait à décroître face à l’arrivée de titres majeurs en trois dimensions, malgré les sorties plutôt récentes – en Europe – d’excellents titres comme Alundra ou Oddworld : L’Odyssée d’Abe. Le jeu d’Amazing Studio fût cependant accueilli modestement et ne permettra pas au développeur de se remettre correctement sur les rails, celui-ci fermant discrètement ses portes à l’aube du nouveau millénaire, avec un temporaire retrait de la part d’Eric Chahi du monde vidéoludique jusqu’en 2010 où il présenta From Dust, édité chez Ubisoft. Une triste et courte destinée pour Heart of Darkness donc, un titre sorti juste sorti trop tard, et surtout pas vraiment au bon moment. Car les atouts étaient bien là…

playstation_heart_of_darkness_04 playstation_heart_of_darkness_03 playstation_heart_of_darkness_02

L’ambition affichée dès 1992 par Chahi et son équipe transpire toujours dans les deux galettes qui composent Heart of Darkness. Une approche résolument cinématographique qui se remarque dès la longue introduction du jeu, présenté ici comme un générique de film lancé après avoir choisi une nouvelle partie : démarrage du fond musical, logos animés des compagnies, arrivée dans l’espace, présentation textuelle et avec effets visuels des producteurs exécutifs et principaux créateurs, montée en puissance de la musique composée par Bruce Broughton (s’il vous plait !), puis titre sérigraphié lors de l’apothéose orchestrale. Petit frisson garanti. Puis la caméra voyage dans notre système solaire, passe Saturne, arrive sur Terre, une zone urbaine, et finit sur le fracas qu’un coup de règle en bois sur le pupitre d’école d’Andy, notre héros. S’en suit plusieurs péripéties que l’on va résumer rapidement : Andy est menacé d’une sévère punition (une mise au placard) mais est sauvé par la sonnerie. Il s’empresse de sortir de l’école où l’attend au dehors son chien Whisky (?!), et voilà les deux partis au parc pour aller voir une éclipse solaire. Sauf que pendant l’événement astrologique, une force des ténèbres chien-nappe Whisky. Passé le choc de l’enlèvement soudain, Andy accourt chez lui et prépare le sauvetage : fin bricoleur, il avait conçu une machine volante et un fusil éclectique à partir de bric et de brocs, et c’est maintenant le moment de s’en servir. Partant pour l’étrange monde des ténèbres, son vaisseau heurte une créature volante, ce qui l’obligea à se poser en catastrophe dans la corniche d’un canyon. Et… Sans crier gare, le premier écran de jeu s’affiche : c’est à nous de jouer. Ce genre de transitions sera monnaie courante dans le Heart of Darkness, prenant souvent la main après une séquence de jeu pour y appliquer une appliquer une cinématique, ce qui donne une véritable impression de fluidité… Comme un film en fait. Si ce concept n’avait finalement rien d’innovant – citons juste Final Fantasy VII, il est fort bien appliqué dans Heart of Darkness.

Passé l’introduction, on se retrouve face au jeu, qui n’est autre qu’un plateformer façon ”die and retry“, avec aucune barre de vie et pas la moindre interface. Les premiers tableaux vont permettre de s’approprier les contrôles et commencer à savourer la difficulté toute particulière du genre, où quand la possibilité de pouvoir recommencer rapidement permet de se passer de Game Over sans exploser le challenge tout en restant amusant. L’essence même d’Another World est une fois encore bien présente, et elle n’hésitera pas à nous le rappeler dès le début, avec des morts brutales mais mine de rien prévisibles. Andy a pourtant tout ce qu’il faut pour se mouvoir et agir sur son environnement : il peut sauter, se baisser, courir, grimper ou encore pousser des objets. De l’autre côté, la conception des niveaux est un véritable bonheur : variés, vicieux et parfaitement aiguisés pour être un tantinet retors sans pour autant être frustrants. Le nombre de façons de mourir dans le jeu est d’ailleurs aussi admirable que malsain. Oubliez Limbo : outre les chutes, Andy pourra être écrasé, avalé, liquéfié, carbonisé, dépecé ou encore écartelé. Il faudra donc évidemment se méfier de tout : des pièges et des trous bien évidemment, mais également de la flore locale mais surtout de ces étranges créatures qui peuplent de monde des ténèbres, sortes d’ombres aux yeux luisants, dont les voix rigolotes ont tendance à faire oublier qu’elles sont dangereuses, et parfois très nombreuses.

Les trois premières minutes de jeux permettront d’en faire justement le constat, avec cette première et marquante vague d’ennemis, bien décidée à dévorer Andy, qui lui est heureusement – bien que temporairement – armé. C’est l’occasion de s’apercevoir que pour un titre 2D qui date de 1998, c’est mine de rien EXTRÊMEMENT bien animé. Difficile de nier tout le travail accompli par les équipes artistiques sur les sprites des monstres et surtout d’Andy, avec beaucoup, mais alors beaucoup d’étapes d’animation. Genre 2000 frames. En résulte une fluidité encore bluffante, et une intégration très convaincante, le jeu s’autorisant même parfois à incruster des vidéos directement dans les décors pour rendre l’univers entre plus vivant. Univers d’ailleurs superbe, avec des mondes aux designs et ambiances différentes. On est limite – encore une fois – presque en présence d’un film d’animation, un peu hydride du coup, avec ce mélange de 2D et de cinématiques 3D. L’ensemble n’a pas spécialement vieilli, surtout sur PlayStation, où les graphismes sont balancés dans une résolution supérieure à la version PC, au détriment d’une qualité sonore revue à la baisse, mais rien de méchant. On pourra apprécier les compositions de Bruce Broughton sans que nos oreilles tiquent sur un faible encodage.

playstation_heart_of_darkness_01 playstation_heart_of_darkness_06 playstation_heart_of_darkness_05

Bon du coup. Heart of Darkness vaut-il encore le coup ? Oui. Il l’a toujours valu, surtout si on met de côté sa durée de vie digne… D’un film. Qu’on se le dise : il s’agit là d’une évolution pure et dure d’Another World, avec une montée encore plus poussive et réussie d’un jeu ”cinématographique“, avec une fluidité exemplaire dans son rythme, son animation géniale et ses musiques orchestrales. Bon après, le scénario sent bon les années 90 – avec un fond plus poussé qu’il n’en a l’air – et le challenge offert par le titre pourra quelquefois frustrer les plus impatients, mais l’ambition était là, et le cahier des charges plutôt bien respecté. C’est l’essentiel.

Articles qui pourraient vous intéresser

Detroit : Become Human

Detroit : Become Human

Detroit : Become Human s'avère être le rejeton le plus abouti de Quantic Dream. On sent que le studio a passé un cap dans ses digestions d'influences, de maîtrise de la mise en scène qui envoie du rêve et de ses différents outils technologiques tant le rendu visuel impressionne. Le tout, en se tenant scrupuleusement à la formule Heavy Rain en terme système de jeu qui fonctionnait déjà très bien. Et en oubliant, fort heureusement, les tentatives de proposer un simili-gameplay standard comme Beyond : Two Souls essayait ponctuellement de le faire (pas forcément très bien). Bref, un excellent jeu narratif, une dystopie intéressante qui ne manquera pas de toucher et de troubler..

Lost Eden

Lost Eden

Lost Eden n'a rien d'un grand jeu, c'est indéniable, mais a tout de la petite œuvre sans prétention qu'il est bon de découvrir par hasard pour réajuster ses attentes en matière de jeu-vidéo. Avec son gameplay pas des plus exceptionnels, le jeu de Cryo Interactive demeure encore aujourd'hui un titre simple, efficace, sans fioritures, rapidement terminable et avec suffisamment d'atouts pour être parcouru..

Samurai Spirits! Pocket Fighting Series

Samurai Spirits! Pocket Fighting Series

SNK respecte son public en offrant à sa portable un deuxième jeu de baston de qualité, après King of Fighters R1. Bien pensé, plutôt joli, sans fausse note, Samurai Spirits! pourrait paraître indispensable à la ludothèque de la console si l’épisode 2 ne faisait pas tout encore mieux.

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des