Pilotwings Resort
Appréciation 4

A l’image des premiers, Pilotwings ne fera pas l’unanimité au sein des joueurs. L’intérêt qu’il met en avant n’est pas le leitmotiv de beaucoup de passionnés de nos jours. Pourtant, bouder son plaisir devant pareille fraîcheur serait dommage. Bien que le challenge ne soit pas spécialement relevé, ne comptez pas décrocher de votre 3DS tant que vous n’aurez pas réalisé un parcours sans faute. Un peu à l’image de ces jeux d’antan et d’arcade qui demandaient rigueur et persévérance pour afficher votre nom dans le tableaux des scores, Pilotwings Resort est un titre de scoring, qui sous couvert d’accessibilité et de « tout public » risque de vous surprendre par sa richesse

Résumé 4.0 Très bon

Pilotwings Resort

Enfin ! Nintendo a enfin décidé de continuer la licence Pilotwings. Après deux épisodes plébiscités par tout un pan de la population gamer, cette fabuleuse série sort de l’oubli pour le lancement de la 3DS. Quoi de mieux qu’un simulateur de vol pour montrer les bienfaits de la 3D relief. Mais il ne s’agit pas d’un simulateur comme les autres puisque les véhicules ne sont pas les plus communs qui soient…

En effet, Pilotwings Resort vous propose de prendre part à diverses épreuves aux commandes de trois appareils : le deltaplane, le jet-pack et l’avion. Trois se débloqueront plus tard, à savoir l’avion supersonique, le super jet-pack et le vélo volant. Chaque épreuve consiste à se poser sur une cible finale. Entre temps, le parcours vous demande de passer aux travers d’anneaux, de ballons et de récupérer un maximum de points. Il arrive que des objectifs plus originaux surviennent comme prendre en photo un phare. L’intégralité du jeu se déroule sur une île paradisiaque, Wuhu. Les habitués des précédents ne seront ainsi pas dépaysés puisque tout ce qui a fait le succès des premiers se retrouve dans ce troisième volet.

S’adressant à tous les publics, Pilotwings Resort se veut particulièrement accessible : les commandes sont simples et leur description est rappelée depuis le menu de pause. Et si traverser l’intégralité des épreuves ne requiert pas spécialement de doigté, obtenir trois étoiles à chaque épreuve pour ainsi débloquer l’étape diamant – faisant suite à Novice, Bronze, Argent, Or et Platine – constitue une autre paire de manche. Au total, ce sont plus d’une quarantaine de défis qui vous attendent, soit une demi-douzaine d’heures de jeu. Malheureusement. Pilotwings Resort a beau posséder un énorme capital sympathie, sa difficulté relativement basse, notamment pour les amoureux de Pilotwings et Pilotwings 64, fait qu’après deux recharges de 3DS la boucle est bouclée… Heureusement, déboule sans crier gare le mode de vol libre, laissé un peu à l’abandon au profit du principal, à tort. Il permet de prolonger l’expérience encore quelques heures à la recherche d’éléments cachés sur l’île et ce sans contrainte, si ce n’est de temps, vous obligeant à faire de nombreuses sessions de vol.

Car si l’expérience de jeu n’est pas ce qui se fait de plus long, l’expérience visuelle est, elle, bluffante. Vitrine technologique de la 3DS aux côtés de Super Street Fighter IV 3DS, Pilotwings Resort provoque l’effet Waouh vendu par Nintendo. Peut-être un peu difficile à diriger le slider 3D à fond, il en est tout autrement une fois l’effet légèrement diminué. Les sympathiques graphismes, nous rappelant que la 3DS est bel et bien une nouvelle console, sont épaulés par une profondeur autorisant une meilleure approche de la perspective et des distances. Autant vous dire que vous poser au centre d’une cible à l’aide du jet-pack s’en trouve grandement facilité, et apparaît comme un moment bien plus impressionnant que s’il avait été « à plat ». Le jeu s’appuie sur l’envie de réussite et de bien faire qui n’est pas forcément l’apanage de tous les types de joueur.

A l’image des premiers, Pilotwings ne fera pas l’unanimité au sein des joueurs. L’intérêt qu’il met en avant n’est pas le leitmotiv de beaucoup de passionnés de nos jours. Pourtant, bouder son plaisir devant pareille fraîcheur serait dommage. Bien que le challenge ne soit pas spécialement relevé, ne comptez pas décrocher de votre 3DS tant que vous n’aurez pas réalisé un parcours sans faute. Un peu à l’image de ces jeux d’antan et d’arcade qui demandaient rigueur et persévérance pour afficher votre nom dans le tableaux des scores, Pilotwings Resort est un titre de scoring, qui sous couvert d’accessibilité et de « tout public » risque de vous surprendre par sa richesse.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

8
Poster un Commentaire

avatar
2000
8 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
DgiVidokLinanounetteBababaloo Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Bababaloo
Invité

+1 pour le Gameplay & le scoring typiquement Arcade que de nombreux sites ne semblent pas avoir compris !

Linanounette
Invité
Linanounette

On est d’accord, je trouve que ce jeu a été sévèrement accueilli alors que sa fraîcheur en fait un titre plus intéressant qu’il n’y parait

Linanounette
Invité
Linanounette

N’ayant pas joué à l’épisode 64 (moi j’ai connu le titre sur supernes…), je ne peux pas dire… Mais au final est-ce qu’un challenge relevé rend le jeu meilleur? A mon avis, ça se discute.

Dgi
Invité
Dgi

Pour le pilote, le jeu utilise notre mii perso ou c’est des mii prédéfini? Parce j’aurais quand même préférer des perso un poil plus réaliste.

Dgi
Invité
Dgi

Ouais c’est dommage…je l’avais essayer à la fnac la semaine derniere, il avait l’air pas mal, mais il ce fait tellement démonter que j’hesite à mettre 45€ dedans.

Par contre meme si elle est zonée la 3ds, je me demande si elle ne serait quand meme compatible avec des jeux uk et tout les jeux européens, parce chez nos amis les roastbeef c’est quand meme moins cher. :)