Child of Light
Appréciation 5

Plus que d’imiter le JRPG, Child of Light en sort du cadre et définit sa propre voie. L’excellence graphique et musicale, couplée à l’écriture intelligente et au gameplay original en fait un trésor à chérir pour les générations futures

Résumé 5.0 Extra

Child of Light

CoL

J’ai lu que Child of Light s’inspirait du JRPG. Peut-être, ça se ressent. Mais cela n’a en réalité pas tellement d’importance tant le jeu d’Ubisoft Montréal dépasse de loin les conventions du RPG, comme celles du jeu vidéo d’ailleurs.

A première vue, Child of Light ne diffère en rien d’un conte pour enfants : la princesse Aurora, projetée dans un monde étrange, cherche à rejoindre son royaume et son père. Mais la comparaison s’arrête là, car dès les premières minutes de ce jeu, on comprend que l’on a à faire à une œuvre unique.

Car Child of Light, c’est tout d’abord une claque artistique sans précédent. A la manière d’un Journey ou d’un The Unfinished Swan, le jeu d’Ubi charme immédiatement par son design venu de nulle part. Comme d’habitude c’est une affaire de perception, mais il y a vraiment une âme dans les traits de crayons qui donnent vie aux créatures, aux personnages et aux décors, les jeux d’ombre et de lumière sont exquis. Tout est magnifique. A chaque arrivée dans un nouvel environnement, il faut remonter sa mâchoire tombée devant la grandeur de l’art. C’est bien simple : on pourrait ouvrir un musée entier avec que du Child of Light dedans.

Child of Light_20140506220327Mais en fait le musée ne serait pas assez, car il faut vraiment voir le tout bouger! Visiblement pas à cours de génie, les petits gars d’Ubisoft Montréal ont créé des animations à la fois fluides et remarquables d’inventivité. Les mouvements donnent une impression de théâtre ou de spectacle de marionnettes qui sied parfaitement à l’ensemble. Comment dire… c’est en 2D, mais c’est beaucoup plus vivant, beaucoup plus immersif que la plupart des jeux «photo-réalistes». Mention spéciale à l’animation dans laquelle Aurora pert sa couronne, la ramasse puis la remet, qui est vraiment le must du kawaii.

Tout cela est complété par une mise en scène qui encore une fois là défie l’ordinaire et impressionne sans détour. Je parlais de théâtre juste au-dessus. Il se trouve que Child of Light emprunte autant aux belles lettres qu’aux beaux-arts : les dialogues shakespeariens aux rimes impeccables respirent l’intelligence et le raffinement (en anglais, j’ignore ce que ça donne en français). Les développeurs ont pris un malin plaisir à glisser et à déformer quelques références littéraires ici et là : la méchante sœur Cordélia, l’Odyssée d’Achille… Les dialogues tout comme l’histoire sont tour à tour drôles et touchants, ce qui effectivement est la marque des grands JRPGs, et reprennent très adroitement des thématiques clé comme le courage, l’honneur, la fraternité, la pitié filiale etc.

Child of Light_20140508202357« Et le gameplay alors? » me direz-vous. Parlons-en, car encore une fois celui-ci est créé ex-nihilo plutôt que de reprendre un système existant. Certes, la progression est majoritairement linéaire, mais on s’amuse vraiment à farfouiller dans les tableaux et dénicher tous les trésors cachés et à résoudre les énigmes parsemées au fil de l’aventure. De plus, une dizaine de quêtes additionnelles vous feront revisiter les tableaux, et certaines demandent davantage de recherche que certains JRPGs récents dans leur entièreté.

Les combats sont très originaux. Vous partagez avec les ennemis une timeline divisée entre wait et cast. Si vous touchez un ennemi alors qu’il est en cast, vous le privez de son tour. Mais attention! Cela vaut aussi pour vous. Anticiper méticuleusement les mouvements de la timeline est donc l’une des clés de la victoire, et en cela le joueur possède un atout : votre petite fée Igniculus (dirigée avec le stick droit) peut ralentir les ennemis et ainsi vous permettre de passer devant. La demi-douzaine de personnages jouables ont chacun leurs spécialités, encore complexifiées par la possibilité d’équiper des Oculi. Ce derniers sont des pierres précieuses (à looter ou à forger) qui peuvent renforcer les armes, armures et accessoires de différentes manières (attaque élémentaire, défense+, XP+, etc.). Les combats sont réellement prenants dans la mesure où ils mettent vraiment l’accent sur les buffs et debuffs, que les adversaires eux-mêmes ne sont gêneront pas pour utiliser. A vous de les contrer en adoptant une stratégie de soin/couverture défensive quand la situation l’exige, ou une offensive hardie pour déjouer les pièges de l’ennemi.

Child of Light_20140509210836Car les monstres et surtout les boss ont des comportements ainsi que des forces et faiblesses très variées, vous obligeant à faire passer le témoin entre vos personnages. Soulignons les combats de boss qui trouvent instantanément un caractère épique qui n’a rien à envier aux JRPGs les plus efficaces. Les «méchants» sont ignobles et retors, les créatures sont gigantesques et les affrontements sont sublimés par l’extraordinaire boss battle theme. Ah oui, mon Dieu, LA MUSIQUE! L’orchestration est magnifique, la mélancolie qui s’en dégage prend aux tripes, c’est absolument sensationnel. Du côté des défauts, on aurait aimé une trophy list un peu plus conséquente, et puis le jeu a planté deux fois, voilà.

Child of Light est exactement ce qu’il faut au jeu vidéo d’aujourd’hui : un titre unique, beau, qui flatte autant les sens que l’intellect et qui émerveille comme jamais. C’est une oasis au milieu d’un désert de titres plats et convenus, une œuvre d’art perdue dans la froideur de la production de masse. Child of Light est l’un de meilleurs jeux de la génération qui se termine et de celle qui commence, et il ne coûte que 15€.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des