Wartech : Senko no Ronde
Appréciation 3

L’originalité a du bon mais le contrecoup est la division d’opinion que cela entraîne. Le titre ne fera pas l’unanimité en raison de son type très particulier. Ce mix entre deux genres entraîne forcément une limitation des deux côtés : la liberté est moins grande que dans un shoot et les coups sont plus limités que dans un jeu de baston classique. Mais si vous accrochez au style, alors vous êtes parti pour des heures de combats interstellaires intenses

Résumé 3.0 Correct

Wartech : Senko no Ronde

La parution des jeux typiquement nippons en Europe est chose rare. Pourtant, en partie à cause, ou plutôt grâce, aux faibles ventes de la console au Japon, de nombreux éditeurs et développeurs tentent d’exporter leurs jeux afin de les rentabiliser au maximum. Un an après sa sortie japonaise, voici que Senkô no Ronde a débarqué sous nos latitudes. Pour l’occasion, il a vu son titre légèrement modifié en Wartech : Senkô no Ronde. Malgré un nouveau titre et une jaquette revue, nous nous retrouvons bel et bien en face du même soft que celui auquel les japonais ont eu droit. Ubisoft avait-il raison de l’éditer chez nous ? La réponse se trouve dans les lignes qui suivent.

Le Shoot-Baston, kezaco ?

Senkô no Ronde introduit sur console un nouveau genre de jeu : le Shoot-Baston. Les connaisseurs savent sûrement que G-Rev est une société réputée pour ses shoot’em up de qualité tels qu’Under Defeat. Ses petits gars ont décidé d’adapter le genre à celui du combat. Il est dans un premier temps difficile d’imaginer ce mix, pourtant, la symbiose se fait à la perfection.

Chaque affrontement oppose deux robots (des Rounders), chacun situé de part et d’autre de l’écran. Le combat se fait alors via canons laser et armes à plasma. A l’instar de tout jeu de baston, il est possible de pratiquer des enchaînements et d’alterner différentes techniques pour mettre hors-jeu votre adversaire. Chaque personnage dispose de deux cercles en permanence autour de lui. Ceux-ci désignent la portée des attaques de corps à corps (le plus proche) et celle des attaques à distance. Lorsque les cercles sont verts, vous pouvez attaquer ; et tant qu’ils ne redeviendront pas couleur gazon, vous ne pourrez user de l’attaque associée. Simple et nécessitant un bon doigté pour éviter les assauts adverses le temps que les cercles changent de couleur.

Mais il ne faudrait pas penser que le gameplay de Senkô no Ronde se résume à cela : il y a également l’Overdrive et le BOSS. Le premier vous permet de booster toutes vos caractéristiques le temps de quelques secondes mais tout dégât reçu se verra décuplé. Une véritable épée de Damoclès en somme, qu’il sera préférable de n’utiliser que dans les cas de force majeure, à l’inverse du BOSS. Par simple pression sur le bouton LT, votre Rounder peut se transformer en gigantesque vaisseau, toujours durant un temps limité, capable d’inonder l’écran de tirs et autres boules d’énergie. Vu l’analogie, le nom du mode y trouve toute son explication…

Et pour exercer vos talents de combattant-pilote, G-Rev vous propose un mode Story, un Score, un Versus et un Live. Même si les noms sont explicites, arrêtons-nous quelque temps sur chacun d’entre eux.

Mais c’est qu’ils parlent ?!

Le mode story vous mettra dans la peau d’un des 8 Rounders et vous proposera de suivre l’histoire dudit personnage. Concrètement, vous aurez le droit à quelques dialogues en début de confrontation et à une cinématique de fin spécifique. La mise en scène ne semble pas le point fort des développeurs et comprendre le scénario sera un véritable challenge aux yeux de beaucoup de joueurs. Chaque chemin vous mène à un boss et parfois à un ultime combat pour les besoins du récit.
Une fois ceci achevé, vous pourrez continuer de jouer à travers le mode Score, qui n’a de différent par rapport au classique mode Arcade que le nom. Vous serez confronté à tous les personnages du jeu, plus deux boss, qu’il n’est pas nécessaire de réussir à vaincre mais dont la défaite ramène énormément de points.

Le Versus ne nécessite pas d’explication, sachez juste qu’il oppose au maximum deux opposants. En revanche, le principal intérêt du jeu repose dans sa pratique en online. En effet, il vous est proposé de vous confronter à des adversaires de tous bords, aussi bien français que japonais. Ces derniers sont d’ailleurs de véritables bêtes de jeu qui sauront vous faire comprendre à quel point Senkô no Ronde peut être un soft technique.

Même s’il peut paraître plus simple d’accès que les titres habituels de G-Rev, Senkô no Ronde n’en reste pas moins un jeu exigeant. Le mode Very Hard saura vous le rappeler au même titre que les fameuses têtes nippones citées précédemment. Le joueur lambda, aimant jouer seul, trouvera l’intérêt de ce Senkô no Ronde des plus limités, ne pouvant comprendre l’utilité de refaire des dizaines de fois le mode Score et des centaines de combats sur le Live. Pourtant, l’intérêt est bel et bien là pour celui qui adore battre des records et apprendre toutes les particularités du soft.

Du Shoot en France !

Senkô no Ronde est donc à titre atypique dont l’intérêt échappera probablement à beaucoup de joueurs. Ses délires psychédéliques et son ambiance toute japonaise saura attirer les amateurs de shoot et ils auront raison de s’y plonger. La substantifique moëlle du soft ne se révélera qu’aux plus acharnés ainsi qu’aux heureux possesseurs d’un compte Gold.

L’originalité a du bon mais le contrecoup est la division d’opinion que cela entraîne. Le titre ne fera pas l’unanimité en raison de son type très particulier. Ce mix entre deux genres entraîne forcément une limitation des deux côtés : la liberté est moins grande que dans un shoot et les coups sont plus limités que dans un jeu de baston classique. Mais si vous accrochez au style, alors vous êtes parti pour des heures de combats interstellaires intenses.

Articles qui pourraient vous intéresser

Astroneer

Astroneer

Avec son rythme à la cool, Astroneer parvient, via ses quelques partis pris – univers coloré, interface utilisateur réduite au minimum, terraforming – se présente comme une expérience solide et spatiale, dans tous les sens du terme. En tant que jeu de survie, il offre un sympathique système de crafting ainsi qu’une grande modularité dans les options possibles pour construire sa base ou personnaliser ses véhicules..

Frontier : Dead or Alive

Frontier : Dead or Alive

Au moment où une console n’est plus produite et soutenue par son constructeur, les fans doivent s'en remettre à la scène homebrew. Malgré ses quarante ans au compteur, la Vectrex continue de voir des jeux arriver, et notamment grâce au studio indépendant, et britannique, Vector Republic ...

The Darkside Detective

The Darkside Detective

Bien entendu, The Darkside Detective n'est sans doute pas le jeu du siècle. Mais reconnaissons que l'on passe un bon moment, à retrouver à la fois ce charme des point'n click loufoques d'antan sans qu'on aille se prendre la tête avec les contraintes frustrantes de l'époque. Ici, on avance de façon fluide, sans fracture du cerveau, tout s'amusant du ton délicieusement grotesque du soft. Un bon jeu pour se divertir un dimanche morne où l'on sent la fatigue et/ou la maladie arriver, une boisson chaude à la main..

S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Plus anciens
Plus récents Plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Yama
9 années plus tôt

Le côté épileptique de ce jeu donne vraiment envie.
Merci pour cette découverte, il faut que je m’en procure un de toute urgence ^_^
Le mix des deux est effectivement un pari risqué mais si ça fait mouche on doit vraiment passer un excellent moment.