Afterschool Midnighters

Afterschool Midnighters

La japanimation est en forme. Ame to Yuki, La Colline aux Coquelicots, Voyage vers Agharta, … Afterschool Midnighters. Pourtant, ce dernier ne peut miser sur la renommée de son réalisateur puisque Hitoshi Takekiyo n’est pas réputé dans son domaine. Intéressé par la Motion Capture, il a décidé de montrer ce qu’il est possible de faire au travers d’une comédie enjouée et totalement déjantée. La révélation de l’année ? Peut-être bien.

Afterschool Midnighters met en scène une école primaire. Une école primaire dans laquelle pénètre trois jeunes filles, Mutsuko, Mako et Miko, et qui, malgré les interdits, décident de pénétrer dans la salle de sciences. Le fruit de leur visite sera la décoration complète d’un modèle anatomique au travers de dessins, décalcomanies et gamineries qui ne laisseront pas ledit modèle de marbre. Car, la nuit tombée, celui-ci s’anime pour devenir Kunstlijk. Devant l’ignominie pratiquée par les enfants, à l’aide de son compère Goth, le squelette, il décide d’inviter les trois gamines à la After School Midnight Party. Composée de trois épreuves, elle mettra l’intelligence et la force des enfants à rude épreuve. En tout cas, c’est ce que Kunstlijk se dit. C’est bien mal connaître notre trio de choc…

Si l’histoire d’Afterschool Midnighters paraît décalée, ce n’est rien en comparaison de sa galerie de personnages. Entre une mouche à merde rancunière, un poisson d’un narcissisme confondant et des lapins siciliens, le spectateur passe de découvertes en découvertes. Sans jamais se prendre au sérieux. Le déroulement du film se calque sur celui de bien des jeux de rôle, à savoir une série d’épreuves dédiées à un personnage, au sein de donjons – symbolisées par des pièces bien définies dans l’école – avec il faut bien reconnaître des caractères et univers bien distincts. Afterschool Midnighters enchaine les scènes improbables avec une facilité et surtout une gentilité déconcertante. La naïveté déborde de l’anime, sans jamais tâcher. Pas question de faire croire au spectateur qu’elle est innocente, bien au contraire, c’est de la naïveté voulue cachant des trésors d’inventivité.

Que ce soit la galerie de personnages ou l’univers, fantastique et étonnant, tout est calibré pour fournir un grand spectacle. Les couleurs éclatent à l’écran, malgré des effets 3D légèrement datés en ce qui concerne les intérieurs. Afterschool Midnighters est un anime qui donne la pêche, de bout en bout, sans jamais tenter de faire passer de messages, en force comme beaucoup d’autres. A prendre avec légèreté. Vraiment.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Lced Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Lced
Membre

ça enchaîne ! Bravo pour tout ce travail sur les Utopiales, vous assurez les amis:)