L’Indépendant #6

L’Indépendant #6

Voilà le début du second mois de cette année 2015, une date plutôt importante pour le petit supplément d’Archaïc puisqu’il s’agit de son premier anniversaire! Pas question cependant, comme pour le redesign du site en général, de changer la formule : des avis éclairs par des gens éclairés, une mise en page qui semble convenir à tout le monde, mais toujours cette volonté de vous faire découvrir, ou redécouvrir, de petites perles provenant du vaste monde du jeu-vidéo indépendant. Pour ce numéro, un petit peu de changement tout de même, puisque se cache entre ses lignes un avis pour une fois négatif, mais parfaitement argumenté. Il sera facile à débusquer, parmi la petite sélection du mois, avec des titres pour tous les goûts : du portatif Murasaki Baby, le spatial The Swapper, le végétal Botanicula, le déprimant LIMBO et enfin, le sportif Lethal League

Brothers : A Tale of Two Sons

Brothers : A Tale of Two Sons

Voilà de nouveau un jeu que j’ai fait par accident. Un « truc » de dimanche après-midi flemmard. De ceux lors desquels on lance un indé réputé pour être court car on a même la paresse de débuter quelque chose de trop long. 3 heures plus tard j’en tremblais encore. Il m’est donc apparu impossible de ne ..

Limbo

Limbo

Un jeu se doit-il d’avoir un scénario pour marquer ? Un vaste débat qui divisera et où chacun peut avoir légitimité. En attendant, dans le cas de Limbo, l’absence de scénario se voit compensé par d’autres qualités, telles que la direction artistique, l’ambiance et la transmission d’émotion en plus d’être inventif dans ses situations. Ce qui lui apporte intérêt. C’est d’ailleurs dans cette part de mystère qu’on peut lui reconnaître un cachet supplémentaire non négligeable dans notre expérience de jeu

Bilan de l’année 2011 [Margoth]

Bilan de l’année 2011 [Margoth]

A peine rentrée dans l’équipe que je me vois déjà conviée à la petite sauterie organisée pour fêter la première bougie de ce site ô combien rudimentaire. Qu’il soit bien clair, poser ses valises ici, ce n’est pas synonyme de suite cinq étoiles où les femmes de chambre se voient abusées par d’immondes politiciens sans scrupule, toute langue pendante. Non, ça ressemble plus à une vieille bâtisse insalubre où l’austérité n’a d’égal que le manque de chaudière et d’isolation