Thor

Thor

A nouvelle année, nouveau Marvel. L’entreprise américaine continue son projet Les Vengeurs (The Avengers) et propose au cinéma Thor. Adapté du comic, il fait figure de blockbuster en ce début d’année – déjà bien entamée il est vrai. Casting impressionnant, budget colossal, faisant suite à de bons films, Thor a tout pour nous plaire…

Thor est en passe de succéder à son père Odin à la tête d’Asgard. La cérémonie d’intronisation se termine quand plusieurs intrus de Jötunheim – le royaume des géants – tentent de récupérer un artefact ramené par Odin (Anthony Hopkins) lors de la dernière guerre opposant les deux peuples. Excédé, et accompagné d’une petite troupe de soldats, Thor décide de braver les ordres de son père et se rendre sur Jötunheim. Après une petite déculottée et l’arrivée in extremis d’Odin, Thor est banni du royaume d’Asgard, sans pouvoir, et se retrouve sur Midgard (la Terre). Il y rencontre le professeur Jane Foster (Nathalie Portman), en scientifique passionnée, qui va tout faire pour aider ce beau blond aux yeux bleus à retrouver Mjöllnir, son célèbre marteau. Devant la force vacillante d’Odin, une guerre entre Asgarde et Jötunheim, apparemment organisée par des « traites » d’Asgard. Thor va devoir changer de mentalité pour espérer retrouver ses pouvoirs et sauver la stabilité de l’univers…

Un scénario à la fois simple mais suffisamment bien écrit pour ne pas paraître simpliste. Ceci est essentiellement dû au personnage de Loki, aussi rusé que les légendes le laissent entendre. Et malgré ce à quoi l’on pourrait s’attendre, les affrontements ne sont pas si légion, puisque toujours dans son souci de développer ses héros torturés, Marvel insiste sur les tourments de Thor. Héros fort comme un Dieu mais finalement humain dès qu’il s’agit de sentiments et de famille. Très certainement choisi pour sa musculature – accrue pendant le tournage – Chris Hemsworth réussit plutôt bien dans ce rôle de Dieu sympa et sûr de lui. Il est fort, il le sait, il le dit et il le montre. Ses combats sont plus savoureux, et ce malgré l’aspect peu engageant du marteau (il y a plus sexy comme arme…). Il se permet bien évidemment quelques moments de bravoure, à l’américaine, à la musique héroïque, qui sauront hérisser les poils de certains, rire d’autres, mais qui, s’ils avaient été absents, auraient donné à Thor un goût de trop peu. La production n’a d’ailleurs pas lésiné sur les moyens pour modéliser Asgard et Jötunheim, splendeurs en synthèse, sans non plus paraître « too much ».

Plus que son visuel, Thor amène aussi ses légendes. Même si la mythologie nordique ne sert que de toile de fond plus que de trame principale – avec toutes les libertés que cela implique, elle reste relativement bien mise à contribution. Heimdall, Thor, Loki, Odin, et autres éléments tels que Mjöllnir, Gungnir, l’Yggdrasil ou le Bifröst sont présents, et plutôt cohérents avec les légendes. Ce n’est pas avec Thor que nous aurons une initiation aux récits scandinaves mais les scénaristes ne nous font pas croire à une histoire simple et cantonnée aux deux heures que dure Thor. C’est donc plutôt plaisant de naviguer dans cet univers, simplifié certes mais pas humilié. A cela, se rajoute les mœurs américaines actuelles. Technologie, parler, armes et principes. Thor nous offre ainsi des scènes de décalage complet entre le héros et les habitudes américaines. Les principaux aspects comiques du film reposent d’ailleurs sur ledit décalage. Mention spéciale à Kat Dennings dans le rôle de Darcy et au toujours excellent Stellan Skarsgard (Will Hunting, Mamma Mia!) incarnant le Dr Erik Selving que nous reverrons dans The Avengers.

Il ne faut tout de même pas croire que tout est irréprochable dans Thor puisque de nombreuses scènes souffrent d’incohérences assez gênantes, notamment en liaison aux pouvoirs dévoilés au fil du long-métrage. Dévoiler un héros aux pouvoirs divins est une chose, conserver ce statut et cette logique en est une autre. Nous nous retrouvons donc avec des personnages effrayés par le fait de tomber d’un précipice alors qu’ils sont capables de voler. Erreur ? Spectateurs pris à la légère ? En tout cas, c’est dommage d’assister à plusieurs reprises à ce genre de « boulettes », aussi bien conceptuelles que visuelles voire textuelles. La mise en scène et la bande sonore se font suffisamment pressants pour détourner suffisamment de nos pensées logiques, comme dans beaucoup de superproductions de la sorte. A noter pour les amoureux du projet The Avengers plusieurs références qui vous feront esquisser de grands sourires, notamment si vous avez eu la bonne idée de regarder The Incredible Hulk et Iron Man 2 juste avant.

Marvel continue sur sa lancée de transposer ses plus grands héros au cinéma. Après Iron Man, Hulk et juste avant Captain America, Thor confirme tout le bien que l’on peut penser de ces films. Le projet The Avengers, regroupant les héros de tous ces films, plus Œil-de-Faucon (aperçu dans Thor) et Black Widow (aperçue dans Iron Man 2). Thor ne vole pas la vedette au fabuleux Iron Man, et ne fait rien d’aussi torturé que The Incredible Hulk, mais il offre un beau spectacle, un héros attachant et un univers très agréable à découvrir. Il ne possède étonnamment aucune longueur, fait rare, et se laisse regarder avec plaisir. Dommage que la 3D mise en avant lors de la promotion du film ne soit absolument pas exploitée…

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des