Love

Love

Après plus de quatre années de gestation, Love, œuvre de l’américain William Eubank, tente d’apporter sa pierre à l’édifice de la science-fiction. Monsieur Eubank signe ici son premier coup d’essai en tant que réalisateur puisque directeur de la photographie de formation et sur de nombreux tournages depuis 2006 (Crossfire et le prochain Clint Eastwood). L’occasion pour nous de découvrir les talents de l’homme dans un rôle qu’il expérimente…

Pour l’accompagner dans ce test, il convie Gunner Wright (G.I. Joe) dans le rôle principal, et pour ainsi dire seul rôle du film puisque Love nous emmène dans une station spatiale. Lee Miller y est astronaute et attend fébrilement son retour sur Terre. Pour tenir le coup, il ne manque pas d’entretenir son physique d’athlète et de dialoguer avec ses proches au travers de messages vidéo asynchrones. Il est également tous les jours en contact avec la station terrestre par radio, jusqu’au jour où les communications cessent complètement. Un message arrive finalement lui apprenant qu’il est arrivé quelque chose à la Terre et que les communications sont rompues pour une durée indéterminée. De plus en plus anxieux, l’astronaute se bat pour rester saint d’esprit, même s’il cultive des discussions et flirts imaginaires avec une photo d’astronaute…

La volonté du réalisateur est claire : nous faire partager la solitude de Lee Miller. La caméra, toujours fort bien placée, suit les faits et gestes du protagoniste insistant sur l’exiguïté des lieux et le caractère singulier des situations. Nous nous faisons en effet très vite aux prises de vue à 90° et aux mouvements de traveling extrêmement lents, simulant l’apesanteur. Le savoir-faire de William Eubank ressort donc clairement via cette pellicule superbe, aux jeux de lumière irréprochable et aux effets marquants. Nous sommes dans la station. Les spectateurs que nous sommes n’en sachant pas davantage que Lee Miller, nous conjecturons, nous faisons attention au moindre bruit, nous perdant dans nos pensées. Malheureusement, si le schéma narratif est extrêmement ambitieux et intéressant, il n’en demeure pas moins qu’il nous perd très vite et nous plonge dans un ennui qui semble sans fin. Très vite nous partageons la même envie que le personnage de sortir de la station, mais pour la mauvaise raison de nous concentrer sur une activité plus intéressante.

Love cumule les maladresses de narration, et ce dès l’ouverture avec son prologue présentant des bribes de la guerre de sécession, au ralenti, avec pour fil conducteur la voix d’un narrateur monotone. Césure et saut en 2039 pour le récit de l’aventure de Lee Miller. Non content de nous avoir perturbés en début de bobine, William Eubank récidive avec des interviews inopinées et une fin assez nébuleuse. Les briques ont beau s’imbriquer plus facilement après l’heure et demie de film, elles ont depuis longtemps perdu les spectateurs qui ont eu droit à un spectacle impressionnant mais terriblement ennuyeux. Love n’est pas à suivre, uniquement à voir.

[wptab name=’Trailer VO’][youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kht1OSQjY6Y[/youtube][/wptab] [end_wptabset]

Articles qui pourraient vous intéresser

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

Wilmot’s Warehouse

Wilmot's Warehouse

Étrange sur le papier, étonnant manette en main, Wilmot’s Warehouse s’avère être une expérience des plus solides en plus d’être, mine de rien, plutôt tranquille. Rigolo, bon pour la mémoire, pas stressant, il saura occuper les amateurs d’ordre et d’organisation pointues pour une dizaine d’heures, voir davantage pour celles et ceux qui veulent se frotter aux challenges offerts par son mode expert, seul ou à deux..

Judgment

Judgment

Après le premier Yakuza sur Playstation 2 dont les ventes étaient trop faibles pour justifier le fait de proposer une traduction française de opus suivants, Judgment arrive en portant sur lui comme un doux parfum de miracle et de revanche sur la vie. De quoi se plonger sans contrainte dans cette formule de Shenmue-like bien rodé au fil des opus de sa franchise principale, sachant très bien manier ce ton typiquement nippon de « jeu sérieux qui ne se prend pas toujours au sérieux, faut aussi savoir rigoler et se détendre » et proposant une excellente immersion dans la culture japonaise telle qu'elle peut l'être réellement, sans détour ni paillettes. Le tout rehaussé par un scénario captivant, bien écrit, d'une justesse et d'une maîtrise sans équivoque. Un spin-off rondement bien mené qui a de quoi donner envie de se plonger dans la série des Yakuza..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des