Golden Sun

Golden Sun

Il est considéré comme une référence sur GBA. Bien que le scénario soit le gros point noir du soft, avec la durée de vie minimaliste, Golden Sun n’en reste pas moins un titre tout à fait plaisant, à faire au moins une fois afin de se lancer dans The Lost Age aussitôt après. Ce dernier en corrige d’ailleurs la plupart des défauts..

Eyeshield 21 Max Devil Power

Eyeshield 21 Max Devil Power

Il y avait de grandes choses à faire avec pareille licence. Les fanatiques s’imaginaient déjà courir à toute allure évitant les joueurs adverses qui déboulent de toutes parts. Ce ne sera pas le cas mais ne soyons pas trop médisants, le coche n’est pas complètement loupé non plus, loin de là. On prend plaisir à jouer malgré l’extrême facilité du jeu. Disons que le passionné de la série sera ravi de voir une adaptation presque réussie, les autres n’y verront qu’un soft à l’ambiance japonaise exacerbée et au principe répétitif au possible. A vous de voir dans quelle camp vous vous situez

Conversation Notebook For Travel America

Conversation Notebook For Travel America

Tout cela pour vous dire que Conversation Notebook est un logiciel éducatif pour japonais désireux de se rendre aux Etats-Unis et non pour jeune français voulant connaître la langue de Musashi. Vous apprendrez bien mieux et vite avec un bon vieux bouquin que grâce à ce « jeu ». En revanche, si Nintendo a la bonne idée d’adapter le concept à l’Europe et nous sort une version français/japonais, cela deviendra fort intéressant…

Yoshi Touch and Go

Yoshi Touch and Go

Yoshi Touch and Go a donc tout pour plaire au jeune public : une ambiance enfantine, une prise en main immédiate et un plaisir visuel évident. Pourtant, il plaira également aux plus vieux tellement il peut se révéler difficile par la suite. Ce Yoshi est réellement à part, il peut en rebuter certains à cause de son concept assez novateur mais il ne laissera personne indifférent

Chôsôjû Mecha MG

Chôsôjû Mecha MG

Edité par Nintendo au Japon, Chôsôjû Mecha MG mériterait de fouler d’autres terres tellement il apporte de la fraîcheur au genre. La Nintendo DS se prête parfaitement à l’exercice. Les commandes sont plus qu’instinctives et n’importe qui, même réfractaire au japonais arrivera à se débrouiller. Les menus sont par ailleurs minimalistes, on ne passe que plus de temps à « jouer ». Pour finir, je vous ferai remarquer la très bonne réalisation technique. Sans aucun extra, certes, les graphismes vont à l’essentiel : un environnement en 3D, des robots très bien modélisés et… c’est tout. Les effets pyrotechniques, mis à part les explosions et la fumée, répondent aux abonnés absents. Ici, les mechas sont rois et le décor dépouillé permet de les mettre en valeur. L’animation suit sans sourciller également et chaque robot dispose de sa propre façon de se mouvoir, encore un détail qui ne trompe pas : Chôsôjû Mecha MG a été bichonné

Rhythm Paradise

Rhythm Paradise

Derrière une ambiance bien japonaise, distillée à travers une musique des visuels plutôt délirants, se cache un très bon jeu musical au concept aussi simple que le célèbre Simon mais à la difficulté bien abrupte et parfois mal dosée. C’est sur ce point qu’on pourra lui faire des reproches, surtout pour un jeu qui semblait adressé à l’ensemble du public possédant la console à double écran. Cependant, cette montagne n’est pas insurmontable, loin de là, il faut juste faire preuve d’acharnement et la récompense n’en saura que plus bénéfique. Une très bonne surprise en import qui se confirme avec son arrivée sur notre continent