Scooby Doo Qui regarde Qui ?

Scooby Doo Qui regarde Qui ?

Scooby Doo Qui regarde Qui ? est jusqu’à maintenant un très bon titre. Offrant une réalisation des plus honnêtes, un gameplay qui sait se diversifier et une ambiance fidèle au dessin animé, il paraît parfait. Et bien non, comme vous vous en doutez. La durée de vie ne suit malheureusement pas. Les enquêtes sont très simples à mener et l’endurance en prend forcément un coup. Les cinq émissions se bouclent en à peine plus de quatre heures sans forcer. Néanmoins, il faut aussi replacer le jeu dans le cadre des titres destinés au jeune public. Par conséquent, la difficulté se devait d’être baissée… Il s’agit pourtant bien là du seul réel défaut de Scooby Doo si l’on occulte les quelques bugs de collision auxquels j’ai fait allusion plus haut. Le moins que je puisse dire, c’est que j’ai passé un très bon moment aux côtés de la Mystère et Cie, trop court, certes, mais tout à fait plaisant. Même s’il ne justifie probablement pas les 36€ affichés dans le commerce, il reste un bon divertissement d’occasion

Seiken Densetsu : Children of Mana

Seiken Densetsu : Children of Mana

Square Enix a donc sorti un produit pour sortir un produit. Seiken Densetsu donne cette impression de jeu facile à développer : on fait une partie de jeu et on la copie-colle une douzaine de fois pour faire un jeu. Le paradoxe dans tout ça, c’est qu’on accroche tout de même. On se laisse berner et on joue quand même jusqu’à voir la fin. Certains pourraient appeler les joueurs aveugles des fanboys, oui, mais Children of Mana demeure un bon jeu. La déception est là, c’est sûr, mais il fait tout de même partie des meilleurs D-RPG de la console. Le problème vient peut-être du fait qu’il était trop attendu. Il permet de passer un agréable moment en tout cas, même si l’on peste souvent contre la répétitivité de l’action. Children of Mana est donc à découvrir mais n’est pas le messie que les fans d’Action-RPG attendaient

Sonic Rush

Sonic Rush

Dans ce nouvel épisode, Sonic, alors qu’il se promène tranquillement, revoit Robotnik (nommé Eggman dans le jeu, oubli de traduction…) avec en sa possession des émeraudes légèrement différentes des émeraudes du Chaos habituelles. C’est alors que l’émeraude est subtilement dérobée par Blaze the cat, nouvelle dans la série. Sonic part donc en quête de vérité…(ça paraîtrait presque passionnant dit comme ça…). Comme vous l’aurez deviné, Blaze est également jouable. Ne vous inquiétez pas, elle est capable d’aller elle-aussi très vite grâce aux mini-réacteurs incrustés sous ses chaussures. Vous pourrez suivre leurs pérégrinations et l’avancée des scénarios à l’aide de dialogues entre les niveaux que vous traverserez. Un aspect aventure a donc été inséré dans Sonic Rush, apportant un semblant de logique dans l’enchaînement des niveaux. Petite déception sur plan là par contre : ceux-ci ne changent pas, que vous les arpentiez avec Sonic ou Blaze, juste leur ordre varie, ce qui est fort dommage. Le deuxième bémol, cette fois-ci récurrent aux Sonic, est la durée de vie assez courte. Il vous faudra moins d’une dizaine d’heures pour retourner le jeu dans tous les sens et tenter de battre vos meilleurs scores. Cependant, le plaisir est tellement intense dans Sonic Rush que l’on refait les stages du jeu avec plaisir

Soroeru Puzzle Dôwa Ôkoku

Soroeru Puzzle Dôwa Ôkoku

Avec ses personnages aux trognes adorables et ses aires de jeu hautes en couleurs, Soroeru Puzzle Dôwa Ôkoku possède un capital sympathie certain. Le principe est simple mais accrocheur. Tout serait allé pour le mieux si la durée de vie avait suivi. Malheureusement, Success a oublié de promouvoir son jeu d’un contenu très endurant. Un bon petit soft toutefois qui vous amusera très certainement. A noter que son prix réduit en Europe, comme la majorité du catalogue DS de 505 Games, peut constitué un argument plus que convaincant..

Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Star Wars Episode III La Revanche des Sith, en plus d’être un monument du monde cinématographique (avis personnel), s’offre une adaptation sur Nintendo DS tout à fait agréable à jouer et à découvrir. Pas bien difficile à terminer, il demeure un bon divertissement

Suikoden Tierkreis

Suikoden Tierkreis

Que retenir de ce volet DS : un spin off honorable, à la réalisation technique plutôt brillante, si l’on exclut les quelques ralentissements en combat absolument pas pénalisants. Son orientation plus grand public n’a pour autant pas eu que de bonnes conséquences. Facilité déconcertante, personnages peu fouillés, dialogues énervants, conflits mal mis en valeur, Suikoden Tierkreis ne peut pas prétendre à se hisser du niveau d’un opus de la série.

Taiko no Tatsujin DS : Touch de Dokodon!

Taiko no Tatsujin DS : Touch de Dokodon!

Pour un premier essai sur la portable de Nintendo (deux autres suites ont été développées dessus), Taiko no Tatsujin DS: Touch de Dokodon est un sympathique portage sur Nintendo DS, même si il n’est pas aussi défoulant qu’une version PlayStation 2 ou arcade, compte tenu évidente du support.

Tales of the Tempest

Tales of the Tempest

Tales of the Tempest a profité d’une époque où l’absence de gros titres dans le genre lui a permis de se faire remarquer. Beau, intéressant, au gameplay bien huilé et accessible à tous, il dérape pourtant sur la durée de vie qui emporte avec elle le scénario. C’est à se demander si Namco n’a pas été pressé par le temps… Ceux qui auront mis trop d’espoirs dans le titre seront irrémédiablement déçus ; les autres profiteront d’un bon RPG mais à l’endurance plus limitée qu’à l’accoutumée.

The Rub Rabbits

The Rub Rabbits

Très agréable à l’œil, plus long, plus convivial et encore mieux pensé, il constitue l’un des tout meilleurs jeux de la console et utilise de façon tout à fait intéressante la DS. Aucun jeu sur ce support ne peut se vanter d’en faire autant. Sans être une révolution, il poursuit l’œuvre de son aîné et fait honneur à la DS de la meilleure des façons

Touch de Rakushou! Pachi-Slot Sengen : Rio de Carnival

Touch de Rakushou! Pachi-Slot Sengen : Rio de Carnival

Touch de Rakushou! Pachi-Slot Sengen : Rio de Carnival se destine donc à un public particulièrement restreint (et encore…). Pour apprécier réellement le soft à sa juste valeur, il est nécessaire d’être passionné par les machines à sous et d’être friand de jeunes demoiselles au fort potentiel. Quelques connaissances en japonais peuvent accessoirement aider. Si vous ne remplissez pas toutes les conditions, orientez donc votre regard vers d’autres titres bien plus intéressants.

Valkyrie Profile : Covenant of the Plume

Valkyrie Profile : Covenant of the Plume

La notion de pacte, retranscrite par le terme anglais « covenant », semble porter bonheur aux séries de RPGs. Elle a offert aux Shadow Hearts un opus magistral et elle a offert à la série Valkyrie Profile un excellent troisième épisode, après l’immense déception scénaristique qu’aura constitué Valkyrie Profile 2 : Silmeria. Et c’est un jeu édité par Square-Enix sur DS qui n’est pas un remake ! Comme quoi, un miracle n’arrive jamais seul

Wario Ware Touched !

Wario Ware Touched !

Wario Ware Touched ! se révèle être une excellente vitrine sur les capacités techniques de la Nintendo DS. S’il y avait bien une franchise made in Big N qui peut se targuer de s’adapter comme un gant à tout l’aspect tactile et microphonique, c’est bien Wario Ware. Mieux encore, cela lui colle à la peau comme si ça avait toujours fait partie de son identité, faisant passer ses prédécesseurs comme de vulgaires mises en bouche. Alors certes, le vilain bouffeur d’ail nous exhibe de la connerie en barre de plomb par palettes entières mais il faut reconnaître qu’il est vraiment facile de franchir le cap tant la frénésie s’avère prenante, pour ne pas dire addictive