Red Dead Redemption

Red Dead Redemption

Red Dead Redemption est un jeu à essayer. Même si l’on n’est pas spécialement fan de western, il suffit d’être un peu friand d’Histoire pour comprendre le propos de Rockstar. Après des années de reconnaissance pour le politiquement incorrect et la provocation, le studio démontre un savoir faire unique en terme de narration et de gameplay. Des artisans précieux dont le talent mérite d’être promu haut et fort. Red Dead Redemption c’est une époque, un territoire en mutation, une révolution industrielle qui s’immisce de force. Un instant de l’Histoire des Etats-Unis masterisé à notre disposition, et ce avec le talent et l’humour que l’on connaît de Rockstar. Le dosage avec l’aspect dramatique de l’histoire, finalement très dure, est parfait. Le final : magistral de simplicité. Dieu que c’était bon !

Ridge Racer 6

Ridge Racer 6

Ridge Racer 6 est donc un concentré de fun et de bonheur. Alliant une plastique exemplaire, une durée de vie impressionnante et un confort de jeu optimal, il serait dommage de s’en priver. Les accros à la simulation peuvent tout de suite l’oublier, ils n’y survivront pas. Les autres adoreront

Sherlock Holmes : Crimes & Punishments

Sherlock Holmes : Crimes & Punishments

Quand on voit le passé de la série de Frogwares, il n’était pas forcément évident de miser sur elle. Et pourtant, nous y voilà, Sherlock Holmes version 2014 se montre convaincant et montre beaucoup de potentiel. Et même si quelques problèmes techniques demeurent encore, il serait bête de le bouder à cause du virage grand public amorcé depuis le précédent opus. Car franchement, jamais Sherlock n’aura paru si charmant et authentique. Et que ça vaut bien ce petit cran en moins dans la difficulté générale du soft qui ne change en rien que ce Crimes & Punishments s’avère agréable et sympathique à parcourir. Autant pour les férus du genre qui trouveront en lui un passionnant et serein repose-méninges que pour les débutants.

Silent Hill Downpour

Silent Hill Downpour

Vatra games n’aura pas réussi à se hisser au niveau de la Silent Team, mais propose tout de même un véritable jeu de passionnés au travers de ce Silent Hill Downpour. Les références sont nombreuses et agréablement amenées, l’histoire, sans être parfaite, se laisse suivre et reste dans le haut du panier des derniers Survival Horror sortis sur consoles HD, et l’ambiance reprend tout de même en grande partie ce qui a fait le succès de la série. A côté de cela, la jeunesse de Vatra résonne dans l’irrégularité technique, l’écriture un ton en dessous de celle de la série et ses monstres à côté de la plaque. Le blason de la série est redoré, en attendant un prochain épisode qui corrigerait ces défauts ramenant alors la série sur les rails des épisodes PS2

Spec Ops : The Line

Spec Ops : The Line

Dans sa globalité, Spec Ops : The Line est un jeu solide, et évidemment de loin le meilleur de sa série. Malgré des maladresses dans son gameplay, une campagne solo très courte (un peu rattrapée par un multi correct) et des petits défauts techniques, il est tellement audacieux dans le fond qu’on ne peut que s’incliner. Une oeuvre définitivement marquante, qui chamboule l’idée pré-reçue que l’on se faisait des jeux de guerre en proposant une réflexion aussi puissante que brillante. Bravo Yager !

Spiderman 3

Spiderman 3

Spiderman 3 n’étonne plus comme le premier mais ne déçoit pas comme le second. Il offre une aire de jeu tout à fait honorable et sa durée de vie saura tenir en haleine les plus fervents fans de l’araignée. Néanmoins, nul ne sera capable d’occulter ses défauts de maniabilité et de caméra qui se veulent très présents et réellement gênants pour la progression du joueur. Une réalisation réellement en demi-teinte ne lui permet pas de se sauver du paquet des jeux à licence un peu trop vite achevés

Star Ocean : The Last Hope

Star Ocean : The Last Hope

Star Ocean : The Last Hope est un pur J-RPG à l’ancienne, avec de longs donjons, beaucoup de combats, des quêtes annexes nombreuses… On pourra lui reprocher un démarrage peu convaincant, ou encore une construction de l’aventure lourde à certains moments, mais ne négligeons pas la vraie valeur du jeu, sa grande richesse et une profondeur certaine que les plus téméraires pourront apprécier à juste titre !

TMNT : Les Tortues Ninja

TMNT : Les Tortues Ninja

Qu’il est donc dommage de voir ce sympathique TMNT plombé par une durée de vie minable et un challenge inexistant. Ubisoft Montréal a visiblement voulu rendre son jeu trop grand public, ce qui, finalement, l’amène à ne se destiner qu’aux très jeunes joueurs. Eux seuls auront la chance d’échouer quelques fois. Pour information, le nombre de continus est illimité..

Tomb Raider

Tomb Raider

Tomb Raider version 2013, tout un débat qui aura de quoi diviser les foules. Reconnaissons honnêtement que Lara Croft new-look et new-gen fait les yeux doux du côté de chez Nathan Drake. Il serait néanmoins malvenu de dire pour autant que Crystal Dynamics ne fait que piocher pour mieux cracher en l’état. Non, le studio a préféré mastiquer méthodiquement afin de façonner leur propre truc. Une variante d’Uncharted en somme. Qui n’invente peut-être rien mais qui a au moins le mérite de se tailler son bout de gras intelligemment au point de jeter un sacré bout d’ombre à son modèle. Si ce n’est carrément une mandale tant il arrive à le surplomber via diverses optimisations des éléments qu’il a pu lui emprunter

Vampire Rain

Vampire Rain

Vampire Rain avait pour un lui un fabuleux concept : la survie en milieu vampirique ; mais cela ne suffit pas à sauver le titre de la noyade. Sa technique digne d’une Xbox première du nom n’attirera déjà pas l’œil du badaud, ni même la pauvreté de son design. Artoon a pondu un titre dans lequel on s’ennuie fermement et dont on se serait bien passé. Préférez lui donc les aventures de Sam Fisher, moins occultes mais diablement plus accrocheuses et soignées

Wartech : Senko no Ronde

Wartech : Senko no Ronde

L’originalité a du bon mais le contrecoup est la division d’opinion que cela entraîne. Le titre ne fera pas l’unanimité en raison de son type très particulier. Ce mix entre deux genres entraîne forcément une limitation des deux côtés : la liberté est moins grande que dans un shoot et les coups sont plus limités que dans un jeu de baston classique. Mais si vous accrochez au style, alors vous êtes parti pour des heures de combats interstellaires intenses