Drive attaqué en justice

Drive attaqué en justice

Drive a surpris. Nul ne s’attendait réellement à un polar de son genre. D’autant qu’à l’origine, le film devait être bien plus musclé, avec pour héros Hugh Jackman – à l’affiche le même mois dans Real Steel. Ryan Gosling et surtout du réalisateur Nicolas Winding Refn ont tout chamboulé. A l’exception peut-être de la campagne marketing et ses bandes annonces.

C’est ce que déplore une citoyenne américaine, Sarah Deming. A la vue des trailers diffusés aux Etats-Unis, et persuadée de retrouver en Drive un Fast and Furious like, celle-ci se précipite au cinéma. Quelle ne fut pas sa déception de découvrir que Drive n’a pour ainsi dire rien en commun avec la série de Vin Diesel.

Sarah Deming décide alors d’entamer une procédure judiciaire contre la production pour « publicité mensongère ». Selon elle, FilmDistrict, le distributeur du film, « a assuré la promotion du film Drive de manière similaire à Fast & Furious ainsi qu’à des films et séries du même genre. Mais Drive n’avait que très peu de similarités avec un film de poursuite ou de course. » En effet, les rares courses-poursuites du film sont abordées dans la bande annonce… ainsi que les nombreuses scènes plus calmes, permettant de développer les relations entre les deux voisins, comme le laisse également entrevoir la bande annonce…

Sur sa lancée, notre américaine de choc surenchérit en précisant que Drive « contenait des scènes de racisme gratuit, diffamatoire et déshumanisant à l’encontre des juifs, et faisait la promotion de la violence à l’encontre des membres de la foi juive. » Autrement dit, l’un des truands du film est juif, élément qu’il ne mentionne qu’un court instant et qui n’a aucune incidence sur le récit…

En raison de ces griefs, elle demande le remboursement de sa place de cinéma, mais aussi une interdiction pure et simple de ces bandes annonces qu’elle juge mensongères. Elle mise sur l’engagement d’une Class Action, une action en justice autorisant plusieurs plaignants ayant subi des préjudices individuellement en provenance de la même origine/entreprise, pour obtenir gain de cause.

Décidément, les Etats-Unis continueront encore longtemps à nous faire sourire de leurs déboires judiciaires…

Sources :

Le Nouvel Observateur
PurePeople

Articles qui pourraient vous intéresser

Preview : Final Fantasy VII Remake

Preview : Final Fantasy VII Remake

Au jour où j'écris ces lignes – le 3 mars – on aurait au préalable pu enfin découvrir, savourer et poncer Final Fantasy VII Remake. Malheureusement, on attendra encore quelques semaines de plus. Mais comme Square Enix reste bon prince, il nous a enfin lâché sa démo sur le PSN. Histoire...

Noël 1996 : La PlayStation

Noël 1996 : La PlayStation

Tout est parti d’une discussion avec l’ami Mizakido. Assis à l’un des deux comptoirs de bar des Utopiales, nous nous sommes souvenus, non sans émotion, de nos consoles vendues. La dure loi de beaucoup de jeunes dans les années 90 pour espérer découvrir la nouvelle génération. La Megadrive pour...

L’Histoire de Nintendo vol.4

L'Histoire de Nintendo vol.4

222 pages couleur, par Florent Gorges L'Histoire de Nintendo vol.4Florent Gorges222 pages Florent Gorges prend son temps entre chaque volume de l’Histoire de Nintendo, et il faut avouer qu’une fois le livre entre les mains, il est difficile de lui en vouloir. Ce volume 4, de plus de 220...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des