Chôsôjû Mecha MG

Chôsôjû Mecha MG

Edité par Nintendo au Japon, Chôsôjû Mecha MG mériterait de fouler d’autres terres tellement il apporte de la fraîcheur au genre. La Nintendo DS se prête parfaitement à l’exercice. Les commandes sont plus qu’instinctives et n’importe qui, même réfractaire au japonais arrivera à se débrouiller. Les menus sont par ailleurs minimalistes, on ne passe que plus de temps à « jouer ». Pour finir, je vous ferai remarquer la très bonne réalisation technique. Sans aucun extra, certes, les graphismes vont à l’essentiel : un environnement en 3D, des robots très bien modélisés et… c’est tout. Les effets pyrotechniques, mis à part les explosions et la fumée, répondent aux abonnés absents. Ici, les mechas sont rois et le décor dépouillé permet de les mettre en valeur. L’animation suit sans sourciller également et chaque robot dispose de sa propre façon de se mouvoir, encore un détail qui ne trompe pas : Chôsôjû Mecha MG a été bichonné

Force de Défense Terrestre 2017

Force de Défense Terrestre 2017

Graphismes dépassés, technique boiteuse, gameplay simplissime, bourrin et répétitif… Qu’est-ce qui pourrait bien sauver ce jeu aux bases si négatives? Le second degré, assurément. Contexte débile, ennemis kitschs, dialogues hilarants, côté visuel obsolète, le jeu de SANDLOT arrivera à captiver cette petite niche de joueurs indulgents et avant tout amateurs de bonnes poilades et d’un gameplay oldschool ô combien fun, jouissif et addictif.