Sam & Max : Saison 2 – Au-delà du Temps et de l’Espace

Sam & Max : Saison 2 – Au-delà du Temps et de l’Espace

Même si l’on pourra noter un côté recyclage paresseux, Telltale Games arrive heureusement à nous le faire oublier très vite en le mettant au service du fan service. Et comme c’est totalement débile et délirant, on ne s’étonne même plus de voir des événements/lieux/personnages de la première saison resurgir sans crier gare. Et en terme de délire décapant, les ex-Lucas Arts n’ont pas perdu la main. Ils se sont même payés le luxe de pousser le bouchon plus loin d’ailleurs. Et ce, pour notre plus grand plaisir

Yesterday

Yesterday

Une déception. On aura beau être touché par toute la sympathie que Pendulo peut bien nous inspirer, cela ne change pas le fait que Yesterday est un coup de bâton dans l’eau. Sorti un an après son grand frère, il paraît assez net que ce dernier né a été développé trop vite. Et lorsqu’on se décide à sortir de sa zone de confort en adoptant une nouvelle approche, un délai aussi court n’est clairement pas suffisant. Trop court, trop compressé, pas assez abouti, préférez-lui sans conteste les grands noms qui ont servi cette fois d’inspiration à ses géniteurs, à savoir les premiers Broken Sword et Gabriel Knight. Une plantade qui arrive à un bien mauvais moment pour le studio espagnol qui se retrouvait déjà en pleine perte de vitesse avec l’échec commercial du non moins excellent The Next BIG Thing…

The Next BIG Thing

The Next BIG Thing

Voilà qui montre un fait fort ironique. Fort d’un engouement excessif en 2004, c’est pile poil lorsqu’il réussit à sortir un soft véritablement à la hauteur de l’étiquette qu’on lui a collé à la peau que les gens boudent Pendulo Studios. Voilà qui est très bête car il s’avère que The Next BIG Thing est aussi gros que son intitulé. Dommage que sa progression soit trop expéditive et compressée car il aurait obtenu le sans-faute. Tsssss, sacré Dan !

Runaway Trilogie

Runaway Trilogie

A n’en point douter, l’engouement quant à Runaway était un brin excessif. Même si l’épisode clôturant cette trilogie est une véritable réussite, les deux autres se montrent, chacun à leur manière, trop immatures pour convaincre. Il demeure néanmoins intéressant de s’y pencher car la trilogie est révélatrice des progrès des Espagnols de Pendulo Studios au fil du temps… des premiers balbutiements timides à une véritable maturité maîtrisée et assumée.

Last Window : Le Secret de Cape West

Last Window : Le Secret de Cape West

Last Window a beau être une suite recyclage qu’on pourrait presque catégoriser de paresseuse, la magie qu’avait introduit Hotel Dusk : Room 215 est par ailleurs encore présente. Même si certaines énigmes se révèlent franchement mal foutues et même si le rythme est encore plus mollasson que son prédécesseur, on finit malgré tout par se laisser charmer de la même manière. En tout cas, Cing nous signe ici un chant du cygne plus que séduisant, signe que le défunt studio était loin d’être manchot dans son domaine

Ace Attorney : Phoenix Wright – Trials & Tribulations

Ace Attorney : Phoenix Wright – Trials & Tribulations

Must-have de la série si ce n’est carrément de la DS, Trials & Tribulations est tout simplement la crème de la crème de la série Ace Attorney. S’il n’y a qu’un seul opus que vous deviez toucher, c’est bel et bien celui-ci !

Another Code : Mémoires Doubles

Another Code : Mémoires Doubles

Another Code est la définition même du jeu où il est difficile de conclure. Au sortir de son parcours, on se dit que c’est un bon jeu. Malheureusement, sa faible durée de vie, une certaine sensation venant se greffer avec le recul que le potentiel présent n’est pas pleinement exploité ainsi qu’un facteur de rejouabilité plutôt faible fait basculer l’aiguille de la balance vers le milieu avec l’affectueuse mention « Peut mieux faire ». Ce que Cing a sagement et judicieusement fait avec son jeu suivant, un certain Hotel Dusk. Il n’empêche que par-delà ses défauts, cet Another Code nous plonge dans une expérience (trop) courte, certes, mais surtout belle et touchante

Syberia 2

Syberia 2

Reprenant directement les choses là où son prédécesseur l’avait laissé, ce second volet se révèle tout aussi réussi que son aîné. Si ce n’est plus. Si Syberia 2 n’apporte aucune nouveauté sur le plan technique, c’est davantage sur son approche et son atmosphère qu’il faut se pencher pour trouver amélioration. Plus d’exotisme, plus de poésie, plus d’onirisme, la machine s’emballe et on sent qu’on est passé à un niveau supérieur au récit des pérégrinations de Kate Walker qui auraient très bien pu s’achever là. Ce qui n’est à priori pas vraiment le cas

Syberia

Syberia

Un grand voyage plein d’onirisme qui n’a pas fini de marquer les esprits. Fascinant tout simplement !

Memoria

Memoria

Daedalic, développeur allemand de son état, enchaîne les point’n click de manière presque indécente. Un an après Les Chaines de Satinav, premier épisode issu des romans L’œil Noir, le studio propose une seconde aventure, véritable suite directe reprenant exactement après l’épilogue précédent. Autant dire que les allergiques au spoiler sont fortement invités à passer au ..

Sam & Max : Saison 1

Sam & Max : Saison 1

Cette première saison de Sam & Max a beau être à la ramasse sur plusieurs plans tels que la technique ou bien la trop grande accessibilité rendant le jeu plutôt simplissime, Telltale nous gratifie là d’un jeu doté des meilleures intentions du monde. Ce qui nous sensibilise beaucoup et nous fait apprécier le jeu à sa juste valeur : celui d’une suite tardive d’un jeu culte fait dans les règles de l’art en terme de fidélité de l’esprit originel. Avec en bonus, une bonne première incursion dans le concept de l’épisodique, modèle devenu par la suite récurrent pour le studio des ex-Lucas Arts

Ace Attorney : Phoenix Wright – Justice For All

Ace Attorney : Phoenix Wright – Justice For All

Justice For All est peut-être l’épisode le moins bon de la trilogie Phoenix Wright, la faute à un fil conducteur inter-affaires moins évident que les deux autres, il n’en demeure pas moins solide. Toujours aussi savoureux en rebondissements, personnages loufoques avec en bonus, une plus grande place laissée au mysticisme avec l’arrivée du magatama qui prendra encore plus d’importance pour le point d’orgue qu’est sa suite, Trials & Tribulations. C’est d’ailleurs dans l’optique de mieux comprendre les subtilités de ce dernier, meilleur volet de la trilogie et de toute la série, qu’il serait bien judicieux de votre part de vous pencher sur Justice For All