Senran Kagura Shinobi Versus
Appréciation 4

Senran Kagura Shinobi Versus est un jeu d’action sympa qui sera surtout apprécié pour son univers déjanté, le charme de sa réalisation et de ses héroïnes, mais aussi par une narration bien plus mature et passionnante qu’il n’y paraît

Résumé 4.0 Très bon

Senran Kagura Shinobi Versus

SRKSV boxart US

Senran Kagura est une série de Beat’em all un rien olé-olé originaire de la 3DS. Le relatif succès européen de Senran Kagura Burst aidant, Marvelous nous propose aujourd’hui les opus PSVita, Bon Appétit et Shinobi Versus.

Le passage du scrolling horizontal aux aires 3D ne s’est pas fait sans douleur : il faut tout réapprendre. Déjà les boss sont maintenant super-agressifs et n’hésitent pas à vous infliger de longs combos immédiatement suivis de leur ninpô (attaque spéciale), au point que même se relever peut parfois sembler difficile. Il est donc indispensable de maîtriser au moins la garde, et idéalement le contre. Seulement voilà ce dernier n’est pas aussi intuitif que dans un Metal Gear Rising par exemple, ce qui fait que l’esquive est souvent le meilleur moyen d’organiser sa contre-attaque. Pareil pour le lock qui nécessite de désigner l’ennemi sur l’écran tactile, car vous n’avez pas toujours le loisir de libérer une main pour ce faire. Enfin comme dans MGR, l’action va très vite et la caméra n’arrive pas toujours à suivre. On a donc un gameplay qui gagne énormément en nervosité mais perd un peu en précision.

Ryobi eIl est cependant dommage que la difficulté ne suive pas. Le premier Senran Kagura se finissait hyper-facilement quand Senran Kagura Burst proposait un challenge intéressant au début du chapitre 5. Shinobi Versus est encore une fois assez facile pour une raison toute bête : vous gagnez de l’expérience beaucoup trop vite. La bonne nouvelle est que vous avez maintenant un mode difficile, mais il est atrocement ardu et demande de longues sessions de levelling. Le dosage est donc au final très inégal et il manque cruellement un «juste milieu» qui permettrait d’apprécier davantage l’histoire principale. Signalons que question déroulement du jeu, il y a un boss dans la quasi-totalité des missions, éventuellement précédé/assisté de sbires plus ou moins inertes. A noter qu’il y a un mode versus en ligne que je n’ai pas pris le temps de tester.

Homura a1Les développeurs se sont un peu lâchés au niveau de l’ecchi pour ce changement de plate-forme. En effet, en plus de fonctionnalités tactiles des plus savoureuses dans le menu vestiaire (attention NSFW), vous avez maintenant 6 niveaux de déchirement des fringues des héroïnes, ceci pouvant aller jusqu’à la nudité totale. Oui, mesdames & messieurs (quoique que j’ai probablement perdu les dames à ce niveau-là du discours), votre adversaire se retrouvera à poil à la fin du combat si vous jouez bien (avec cependant du flou pour masquer les parties les plus sensibles de l’anatomie). Je vais faire mon rabat-joie mais perso je trouve que ça devient un peu too much dans le sens où cela « banalise » quelque chose qui encore hier paraissait inédit.

Yagyu fTechniquement, Shinobi Versus montre le fossé qui existe entre les deux portables : c’est beaucoup, beaucoup plus beau et plus fluide. Le cel-shading convient à merveille et le rendu graphique est tout simplement délicieux. Les ninpôs sont absolument splendides, et d’une classe… je ne m’en lasse pas. On relèvera cependant le (non)-travail sur les ombres, les décors bof et quelques ralentissements. Il n’en reste pas moins que la version 3DS, pourtant techniquement l’un des jeux les plus avancés du support, est reléguée au rang d’ébauche grossière par ce nouvel épisode. Les musiques sont assez discrètes dans l’ensemble, mais certaines parviennent à marquer. Niveau contenu, Shinobi Versus rajoute 2 écoles pour 5 scénarios, 10 persos pour un total de 22, de nouveaux modes de jeu, les trophées et un nombre impressionnant de costumes. En gros, considérez que Shinobi Versus a deux fois plus de volume que Senran Kagura Burst et que la durée de vie du jeu est prolongée d’autant.

Ikaruga tL’histoire reste dans le ton de la série avec l’habituelle juxtaposition de thèmes très sérieux et d’un humour japonais un rien basique. Les différents scénarios sont inégaux mais permettent de passer de très bons moments. On est littéralement porté par l’histoire de certains personnages, et les nombreux artworks de grande qualité illustrent les différents chapitres à merveille. Shinobi Versus s’intègre parfaitement dans la timeline de la série car il répond à beaucoup de questions cruciales restées en suspens à l’issue des épisodes 3DS (on y apprend par exemple ce qu’est un «Kagura»), ceci faisant de cet épisode PSVita une vraie suite et non un spin-off comme certains aiment à le penser. La version en anglais vont permettra enfin d’en profiter, car le niveau de langue très élevé de la version japonaise était un sacré frein.

Senran Kagura Shinobi Versus est donc bien l’épisode ultime de la série. Transcendé par la puissance de la PSVita, il profite en plus d’un contenu abondant qui le rend infiniment plus abouti que les précédents sur 3DS. Il faudra toutefois adhérer totalement à l’ambiance décalée pour passer outre les imperfections de gameplay.

Articles qui pourraient vous intéresser

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Octahedron : Transfixed Edition

Octahedron : Transfixed Edition

Frais, dynamique et un brin addictif, Octahedron est une petite perle de plateformer comme l'on en voit rarement : accessible mais pas simple à dompter, il propose un challenge des plus léchés avec sa multitude de niveaux verticaux où une bonne dose de sang froid mais aussi d'analyse seront nécessaires pour être gravis sans encombre et jets de manette..

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu'on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l'aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu'il ne perde en justesse en terme de transmission d'émotions. Et qu'importe que l'aventure soit courte, l'intensité justifie pleinement qu'on s'y penche..

2
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Ryuzaki57Vidok Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Vidok
Admin

J’ai vite testé cet épisode Vita ayant pu l’acheter à tout petit prix mais je n’ai pas (encore) poussé l’aventure à cause de la barrière de la langue nippone, très forte comme tu le dis. L’édition américaine est donc tentante, mais ne prive-t-elle pas des DLC ? (sauf si compte US j’imagine)