Torico
Appréciation 4

Au delà des articles élogieux et des conseils d’utilisateurs avisés, la découverte d’un bon jeu est parfois l’affaire d’un pur hasard. Par exemple, un achat peu onéreux lors du plus paumé des vides-greniers, un premier essai perplexe et une mise au placard durant quelques mois… Jusqu’au moment où, lors d’une nouvelle tentative plus pointilleuse, la qualité jusqu’alors insoupçonnée du jeu se révèle alors aux yeux du joueur médusé, qui se dit qu’il a finalement bien fait de s’y frotter une seconde fois. Mais pourquoi je parle de cela ? Parce que j’avais besoin d’une introduction un peu pertinente, et aussi parce que c’est exactement ce qui m’est arrivé avec Torico, sur Sega Saturn.

Résumé 4.0 Très bon

Torico

torico_saturn_cover

Au delà des articles élogieux et des conseils d’utilisateurs avisés, la découverte d’un bon jeu est parfois l’affaire d’un pur hasard. Par exemple, un achat peu onéreux lors du plus paumé des vides-greniers, un premier essai perplexe et une mise au placard durant quelques mois… Jusqu’au moment où, lors d’une nouvelle tentative plus pointilleuse, la qualité jusqu’alors insoupçonnée du jeu se révèle alors aux yeux du joueur médusé, qui se dit qu’il a finalement bien fait de s’y frotter une seconde fois. Mais pourquoi je parle de cela ? Parce que j’avais besoin d’une introduction un peu pertinente, et aussi parce que c’est exactement ce qui m’est arrivé avec Torico, sur Sega Saturn.

Développé par System Sacom, surtout « connu » chez nous pour ses Yumemi Mystery Mansion et Le Manoir des âmes perdues, respectivement sur Mega CD et Saturn, Torico est trouvable aux États Unis sous le nom de Lunacy et Gekkamugentan Torico (月花霧幻譚~TORICO~) au Japon. Nous y suivons les péripéties de Fred, un jeune homme amnésique. Enfermé dans une prison au début de son aventure, il fait rapidement la connaissance d’Anthony, son étrange compagnon de cellule. Ce dernier lui souhaite la bienvenue dans la Cité des Brumes, petit village où sévit un maléfique lord dont il fera rapidement la connaissance et qui sommera notre héros de retrouver la mystérieuse Cité de la Lune s’il veut garder la vie sauve. Pourquoi notre héros? On le découvrira bien assez tôt, mais pas parmi ces lignes. Coincé dans ce village fantôme et sans arrêt épié par l’homme de main du lord, sa quête pour retrouver son passé et découvrir son avenir commence donc… Entre les mains du joueur.

A l’instar de D, Torico se présente comme un jeu d’aventure où l’on progresse par la découverte d’objets que l’on trouvera ça et là et dont on se servira aux moments et aux endroits opportuns. Aucune trace de polygones gérés en temps réel, les actions et dialogues sont entièrement simulés par des cinématiques en 3D pré-calculée. Il n’y a en gros qu’à appuyer sur une touche du pavé directionnel pour que le personnage se déplace automatiquement jusqu’au prochain écran fixe, tourne son regard ou examine un élément du décor. Le joueur a également à sa disposition un inventaire lui permettant d’utiliser les objets ou pour tout simplement sauvegarder. De manière générale, le jeu n’est pas vraiment compliqué, le seul obstacle pouvant être un élément du décor ou un dialogue que l’on aurait raté. Ce gameplay, très proche du film interactif, est simple et plutôt passif ne manquera pas de diviser les joueurs : certains s’ennuieront rapidement devant l’attente entre chaque séquence animée et le manque d’action, tandis que d’autres invoqueront un côté contemplatif propice à savourer l’excellente ambiance du jeu.

Difficile en effet de ne pas être happé par l’atmosphère obscure et mélancolique de Torico. Plutôt discret, le scénario évolue tranquillement au gré des dialogues avec les habitants du village qui, asservis et apeurés par le lord, ne se confiront que très rarement, mais aideront tout de même le héros après un petit coup de main, avant de disparaître dans leurs habitations. On ère donc seul dans un village pratiquement désert. Mais ceci est amplement suffisant pour maintenir le joueur en halène et le pousser à en savoir plus. Visuellement parlant, le titre a, comme bon nombre de ses collègues, plutôt mal vieilli. L’animation des personnages est raide, leur modélisation a pris de l’âge et le tout accuse de quelques ratés. Certes, mais System Sacom n’avait pas la puissance de frappe d’un Squaresoft, et la sombre palette de couleurs, l’étrange éclairage des décors à l’architecture biscornue donnent un cachet indéniable.

Malheureusement, on remarquera également la qualité catastrophique des vidéos, qui gâche un peu l’expérience : résolution ridicule, pixelisation à outrance, artefacts de compression… Ceci est peut-être dû au hardware de la Saturn ou à la volonté du développeur ou/et de Sega d’avoir voulu loger le jeu sur deux disques. Mais c’est bien au niveau de la bande originale que les équipes de System Sacom marquent un énorme point : les musiques, composées par Hideo Suzuki, Naoaki Jimbo et Yuji Nomi (Le Royaume des Chats) sont vraiment excellentes et poignantes, de la très belle introduction (ici à droite →) au très beau dénouement final. C’est d’ailleurs ce qui ressort le plus quand on lit les commentaires de nostalgiques internautes. Un tout qui participe à l’ambiance décalée et magique que dégage le titre. On notera que Torico propose plusieurs fins différentes selon vos actions dans la seconde galette, et que jeu est entièrement doublé en anglais. Un doublage plutôt convaincant mais qu’on se le dise : il n’y a aucun sous-titre, et quelques fois l’équilibrage entre les musiques et les dialogues rend la compréhension parfois difficile.

torico_saturn_08 torico_saturn_07

torico_saturn_06 torico_saturn_05

torico_saturn_02 torico_saturn_01

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=V3fCwibFd4k[/youtube]

Malgré son âge et ses défauts, Torico demeure une petite perle trop méconnue de la 32 bits de Sega, qui prouve avec brio que les jeux d’aventure en cinématiques n’étaient pas que des nanars ou des bouses infâmes. Bien qu’un peu court, le jeu propose une expérience solide et magique, à condition de ne pas avoir peur de l’anglais ou encore d’être allergique à un gameplay qui repoussera les joueurs les plus impatients ou amateurs d’action à outrance.

_

torico_saturn_04 torico_saturn_03

Articles qui pourraient vous intéresser

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Octahedron : Transfixed Edition

Octahedron : Transfixed Edition

Frais, dynamique et un brin addictif, Octahedron est une petite perle de plateformer comme l'on en voit rarement : accessible mais pas simple à dompter, il propose un challenge des plus léchés avec sa multitude de niveaux verticaux où une bonne dose de sang froid mais aussi d'analyse seront nécessaires pour être gravis sans encombre et jets de manette..

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu'on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l'aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu'il ne perde en justesse en terme de transmission d'émotions. Et qu'importe que l'aventure soit courte, l'intensité justifie pleinement qu'on s'y penche..

2
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
MizakidoVidok Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Vidok
Admin

Il s’agit d’un jeu qui m’a toujours intrigué. De par l’ambiance graphique que je trouve extrêmement intrigante. Bien que court, il faut tabler sur combien d’heures pour l’achever ? Ayant ressorti ma Saturn, je me verrais bien le faire.