Nights of Azure 2
Appréciation 1

Gust a eu beau le repousser de huit mois, rien n’y fait. Appauvri sur le plan du gameplay et souffrant d’une narration sans substance, Nights of Azure 2 ne transforme pas l’essai. En sortant un jeu aussi peu abouti, qui rejette les qualités du premier sans apporter des innovations fortes, Gust et KoeiTecmo portent un coup d’arrêt très net à une licence prometteuse. L’éditeur et sa filiale doivent revoir la façon avec laquelle ils travaillent, il serait dommage que Atelier Lidy & Soeur pâtisse d’un développement aussi chaotique

Résumé 1.0 Pauvre

Nights of Azure 2

Un des plus gros lancements de ces dernières années pour Gust avec près de 90’000 exemplaires vendus en quelques jours, Nights of Azure a immédiatement pris beaucoup d’importance dans le portefeuille de licences de KoeiTecmo. Une suite est bien entendu mise en chantier, mais le report sine die de Nights of Azure 2 fin 2016 fait naître certaines interrogations. Egalement occupé sur la série Atelier et Blue Reflection, le développeur de Nagano pouvait-il mener à bien trois licences en simultané ?

Nights of Azure 2 a une relation chaotique avec le premier épisode. Il commence exactement de la même manière : Aluche reçoit le titre de Templier avec pour mission d’escorter la prêtresse Liliana vers son lieu de sacrifice. Aluche n’est évidemment pas tranquille à l’idée de sacrifier son amie d’enfance, même s’il s’agit là de sauver le monde de la très menaçante Reine de la Lune. Dès lors, Aluche ira à l’encontre des ordres donnés par l’Eglise et cherchera à détruire la Reine de la Lune par ses propres moyens.

Le joueur ayant terminé le Nights of Azure original risque d’être perdu par l’histoire de cette suite. Car le fait est que si Nights of Azure 2 imite sa préquelle, il en est relativement déconnecté. L’histoire de ce deuxième volet fait un très mauvais travail d’explication sur les liens qui existent entre les deux épisodes : d’où vient la Reine de la Lune ? Comment Arnice, l’héroïne du précédent titre, en vient-elle à passer du côté « obscur » ? De très nombreux éléments sont peu ou pas précisés par la narration. Il faut souvent se rabattre sur l’encyclopédie interne dans le menu pour comprendre un peu mieux…

Indépendamment du premier épisode, c’est en réalité l’ensemble de la narration qui pêche par un manque de richesse manifeste. Le scénario ne va guère plus loin que la recherche et la confrontation avec la Reine de la Lune, tous les autres éléments abordés au long de l’aventure étant notoirement sous-utilisés : l’Ordre de Rurune agit à peine, l’Eglise n’a plus aucun rôle et l’histoire des alliés manque de détails. L’intrigue torturée et l’univers riche du premier n’est plus qu’un souvenir. On sent qu’il y a un excellent socle narratif sur lequel on pouvait bâtir une histoire qui prend aux tripes, mais il n’y a pas assez de travail en amont pour donner corps à l’histoire dans un ensemble où tout arrive beaucoup trop vite. Par exemple, le lien qui unit Aluche et Muveil est quelque chose de fort, mais aurait mérité plus de cutscenes et bien davantage de background pour que l’on puisse vraiment suivre leur relation avec passion. Long d’une vingtaine d’heures, Nights of Azure 2 paraît tout simplement trop court pour conter une grande histoire de RPG.

Limité dans son scénario principal, Nights of Azure 2 joue donc la carte des histoires secondaires à vivre pour chaque personnage. En plus de Liliana, ce ne sont pas moins de 6 autres filles qui vont partager leurs sentiments avec Aluche, puisque le thème de la série reste le yuri, à savoir l’attirance entre femmes. C’est relativement nouveau par rapport au premier qui était totalement concentré sur Arnice et autorisait peu de contenu annexe. On pourra donc périodiquement avancer sur l’une ou l’autre des histoires propres à ces partenaires en validant différentes quêtes qu’elles vous demandent. Ces quêtes restent assez banales, à savoir emmener ledit personnage à tel endroit ou aller éliminer quelques démons avec elle. Ce ne sont que des prétextes pour faire avancer la relation entre Aluche et son alliée, relation qui malheureusement la plupart du temps n’est pas très étoffée et on ne peut que soupirer devant l’insuffisance des dialogues. Comme dit plus haut, il manque toute une dimension de prologue ainsi qu’éventuellement plus de flashbacks mieux placés pour donner une sensation épique.

Côté gameplay, on retrouve les combos mélangeant les touches carrée et triangle déjà présents dans le premier, et du reste maintenant communs à de nombreux Action-RPGs japonais. Cependant, on note un peu plus de variations possibles dans ce nouvel épisode, et donc une action un peu plus riche. Les boutons sont en outre paramétrables, idéal pour ceux qui voudrait retrouver leurs habitudes d’autres jeux. Le joueur a toujours à sa disposition d’autres armes : l’épée à deux mains, l’épée de cristal, le grand bouclier et le bouclier-miroir. Hélas, l’épée à deux mains et l’épée de cristal sont absolument identiques (Aluche fait les mêmes mouvements). Les deux boucliers sont eux aussi étrangement semblables… En outre, le système de changement d’arme n’est pas pratique (voir plus bas), ce qui empêche de profiter pleinement de ces épées vraiment puissantes. Donc au final au niveau de l’armement, on est là encore moins bien loti que dans le premier. Mais le gros problème qui subsiste, et là depuis le précédent, est que les coups manquant toujours grandement d’impact, débouchant sur une action molle qui risque de démotiver le joueur. Mêmes les combats de boss présentaient fort peu d’intérêt, ce qui est une grosse déception par rapport à Nights of Azure qui avait su proposer des mécaniques de combats originales à ce niveau-là.

Le gros plus de Nights of Azure 2 est le tag battle, en ce sens que vous allez choisir une alliée pour vous seconder à chaque sortie. Chacune a ses propres capacités spéciales, partagées entre attaque et défense. Liliana peut par exemple réanimer Aluche d’un KO, bien utile quand on sait que celui-ci coûte très cher étant donné le temps limité. Elle peut également augmenter les stats offensives pour une dizaine de secondes. Plus centrée sur l’attaque, Veruschka peut achever un ennemi d’un seul coup au hasard ou causer de gros dommages aux alentours. A cela il faut ajouter deux jauges qui autorisent des attaques plus puissantes : le Double Chase et le Lily Burst, deux types d’attaques combinées qui causent un maximum de dégâts dans le camp d’en face.

L’univers est composé de plusieurs environnements indépendants les uns des autres eux-mêmes découpés en petits secteurs assez plats, si l’on excepte les rares pièges qui de toute façon ne sont jamais très pénalisants. Une progression assez banale et un level design sans idées qui tranche avec le monde de Nights of Azure qui était lui davantage interconnecté. Le temps à chaque sortie de l’hôtel est toujours limité : vous avez 10 à 20 minutes pour avancer dans le monde extérieur, exactement comme dans le premier. Mais le gros changement ici et que vous êtes également limités en jours, comme dans la série Atelier! Chaque sortie consomme un jour, marqué par les phases de la lune. Si celle-ci atteint le stade nouvelle lune (face entièrement sombre), la partie est terminée. Il est donc nécessaire de bien organiser ses sorties, en particulier si l’on veut compléter le plus possible de quêtes annexes, et de guerroyer efficacement, car chaque KO vous ramène à la base.

Fort heureusement, chaque boss principal vaincu fait reculer les phases lunaires et dans le pire des cas, le jeu propose de recommencer le chapitre en cours afin de ne pas avoir à tout refaire depuis le début. Le souci est que, comparativement à Atelier, il y a très peu de marge de manœuvre et atteindre le niveau d’amitié maximal n’est pas facile. Sans connaître les conditions à l’avance, ceci vous envoie tout droit vers la mauvaise fin. Il faut alors tout recommencer en new game +, car les erreurs dans Nights of Azure 2 ne se rattrapent pas.

Nights of Azure 2 réintroduit les Servants, ces monstres gentils vous accompagnant sur la carte pour vous seconder, mais avec encore là des changements drastiques pas forcément en bien. Déjà, vous n’avez plus que deux Servants au lieu de quatre groupes de quatre dans le précédent! Le deck de monstres n’existe donc plus, et tout l’aspect stratégique qui en découlait s’est complètement évaporé : vous ne pouvez plus répartir les rôles de manière aussi inventive que dans Nights of Azure.Et ceci d’autant plus que les Servants ont maintenant des nouveaux rôles : libérer le passage en neutralisant certains obstacles et se transformer eux-mêmes en arme pour Aluche. Les Servants sont cachés dans plusieurs recoins des cartes, souvent derrière un obstacle. Par conséquent, pour récupérer tous les Servants, il faut obligatoirement avoir en permanence les Servants capables de déblayer le passage, ce qui fait que les autres sont de facto inusités. C’est particulièrement embêtant pour le système d’armement, puisque qu’on aura rarement sur soi les Servants se transformant en les armes sus-citées, qu’au final on aura peu l’occasion d’utiliser. Autre conséquence de l’abolition du deck de monstres, Aluche ne peut pas se transformer comme le faisait Arnice. Cette particularité qui était une des grandes forces du gameplay de Nights of Azure est partie dans la corbeille avec le reste…

Cette version PS4 est assez proche de la version portable sur certaines scènes, si qu’on en vient à se demander si c’est la version PSVita qui est particulièrement performante ou la version PS4 qui est particulièrement décevante. On pencherait plutôt pour la deuxième solution : même si le rendu des combats est nettement meilleur et du reste assez satisfaisant, notamment avec la présence de nombreux effets lors des attaques, le bilan technique global reste mitigé. C’est là qu’on s’aperçoit que lors dans les bande-annonces, les développeurs ont surtout montré des cinématiques pré-calculées ! Chose qui n’est plus dans l’ère du temps mais elles sont au demeurant assez nombreuses dans cet action-RPG. Pas très honnête… Dans le jeu en lui-même, la modélisation des personnages est plutôt médiocre, les expressions faciales inexistantes. Nights of Azure 2 sur PS4 est considérablement moins bon graphiquement que Blue Reflection, pourtant sorti 6 mois avant du même studio.

Les réclamations ne s’arrêtent pas là car le jeu a planté sur les deux supports et présente de nombreux bugs de son : les voix et les effets sonores sont parfois inaudibles en combat. Cela vient achever une ambiance sonore déjà déplorable à la base, le manque criant de sons énergiques n’aidant pas à tirer les combats de leur monotonie. Un état de fait un peu pénible heureusement rattrapé en partie par la bande originale toujours au top, orchestrée avec soin et dans toutes les tonalités. Malgré cela, la question se pose alors : était-ce bien raisonnable de développer jusqu’à trois versions de Nights of Azure 2, surtout quand on sait que la version PS4 représente à elle seule plus de 60% du total des ventes physiques au Japon? Le dernier en date de Gust présente tous les symptômes du titre qui a manqué de temps pour livrer une histoire complète et un produit techniquement irréprochable. On est très content de se voir offrir des maillots de bain pour tous les personnages, mais ç’aurait été mieux si le reste du jeu avait été travaillé à fond.

Articles qui pourraient vous intéresser

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Octahedron : Transfixed Edition

Octahedron : Transfixed Edition

Frais, dynamique et un brin addictif, Octahedron est une petite perle de plateformer comme l'on en voit rarement : accessible mais pas simple à dompter, il propose un challenge des plus léchés avec sa multitude de niveaux verticaux où une bonne dose de sang froid mais aussi d'analyse seront nécessaires pour être gravis sans encombre et jets de manette..

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu'on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l'aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu'il ne perde en justesse en terme de transmission d'émotions. Et qu'importe que l'aventure soit courte, l'intensité justifie pleinement qu'on s'y penche..

3
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Ryuzaki57Vidok Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Vidok
Admin

Ouch… J’avais dans l’idée de le faire. Cependant, je n’ai pas encore fait le premier (joué 1h à peine sur Vita). Est-il possible de se lancer dans cette suite sans avoir fait le premier et ne pas être frustré ? Tu indiques que la narration de ce second volet est perfectible mais est-ce qu’elle suffit à se passer du premier ?