Legend of Heroes Trails of Cold Steel
Appréciation 3

Fort de son système de combat de pointe, de son univers ambitieux et de son design attirant, Legend of Heroes Trails of Cold Steel avait tout pour s’installer en tant que référence sur la portable de Sony. Hélas, les pesanteurs scénaristiques et le challenge sans pitié ne pourront que diviser

Résumé 3.0 Correct

Legend of Heroes Trails of Cold Steel

SnK boxart

Je suis complètement nouveau dans la série Legend of Heroes. C’est donc avec un œil neuf que j’aborde ce Trails of Cold Steel, premier épisode de la série sur PSVita et premier épisode en 3D.

De ce que je sais, les Legend of Heroes ont toujours tourné autour d’intrigues politico-militaires, à la manière d’un Final Fantasy Type-0. C’est clairement le cas ici : jeune étudiant de son état, Rean est sélectionné pour faire son cursus dans la prestigieuse académie militaire de Thors. Et comme il a un peu de talent, il est directement intégré dans le groupe d’élite. Formé d’étudiants d’horizons et origines diverses, la «classe 7» va en plus de son cursus se voir lancée malgré elle dans des missions de sécurité nationale, ainsi que dans une confrontation avec un mal ancien.

poolCa, c’est sur le papier. En pratique, ce jeu, il a des gros problèmes de rythme. L’aventure alterne systématiquement phases scolaires et entraînement sur le terrain. La partie scolaire d’abord. C’est ce que j’ai aimé dans ce jeu, car les quêtes concernées sont relativement variées et ne manquent pas d’humour. Mais surtout, c’est l’ambiance de l’école qui fait de Legend of Heroes Trails of Cold Steel un RPG à part : il y a des dizaines de PNJs qui ont tous un petit background et une personnalité propre que l’ont découvre au fur et à mesure des quêtes et des anecdotes les concernant. C’est très semblable à l’univers de Harry Potter, et en cela ça m’a très agréablement surpris.

2013-10-05-110254On en arrive aux sorties «terrain». Et là, c’est déjà nettement moins passionnant… Les ¾ de l’histoire manquent vraiment d’un fil rouge propre à lancer le joueur dans l’aventure. Sans compter que les dialogues sont souvent trop longs vu leur caractère parfois clairement anecdotique, en plus d’êtres atrocement complexes (je joue en import depuis 6-7 ans maintenant, mais là, j’ai souffert le martyre). Le jeu évoque énormément de problèmes géopolitiques (taxes, tensions à la frontière, course aux armements, rivalité entre aristocrates et simples citoyens, etc.) et l’univers inspiré des années trente est riche et bien fichu : on retrouve vraiment l’ambiance des documentaires consacrés à l’entre-deux-guerres. Mais voilà, il n’y a pas de scènes vraiment fortes avant un bon moment. Je pense qu’on pourrait retirer 40% du texte sans que ça porte atteinte à l’histoire, tout en améliorant grandement le confort de jeu. Dans ces phases-là les quêtes sont assez laborieuses et de surcroît toujours les mêmes : je veux bien aller chercher des chats perdus ou remplacer des ampoules, il n’y a pas de sot métier, MAIS PAS PENDANT 50H PITIE!

cardsCependant, quelques mini-jeux viendront égayer les missions : un jeu de cartes, une longue quête annexe de pêche, fête foraine ou encore tests scolaires sur les thèmes abordés dans les feuilles de synthèses dispos à la bibliothèque. Ca distrait, mais l’impact sur l’aventure en générale est quasi-nul et c’est dommage.

Fort heureusement, la dernière partie de Legend of Heroes Trails of Cold Steel est beaucoup plus prenante, avec tellement de bouleversements ahurissants qui s’enchaînent qu’on se demande pourquoi ils n’ont pas été mieux répartis. N’empêche, le jeu devient alors très accrocheur et on part vraiment au combat la fleur au fusil jusqu’à la fin qui prend aux tripes, et qui y reste d’ailleurs puisque le jeu fini sur un cliffhanger qui va te pourrir la vie jusqu’à la sortie de la suite.

Parlons maintenant système de jeu. Beaucoup de quêtes ainsi que l’aventure principale vous demandent d’aller chercher telle chose ou telle personne. Sauf que tout les objectifs sont symbolisés sur la carte, et ce n’est même pas désactivable. On passe donc le plus clair de son temps à aller d’un point A à un point B. Ca m’énerve… mais laissez-moi chercher bordel, JE VEUX CHERCHER! Ajoutez à cela des chemins très linéaires à la Final Fantasy XIII, sans possibilité de revenir dans les villes/donjons visités, et vous avez un système de progression assez vieillot.

LauraAu niveau des combats, c’est déjà beaucoup mieux : ceux-ci sont très stratégiques et requièrent pas mal de jugeote si on veut l’emporter. Vos personnages sont libres de leurs mouvements sur l’aire de jeu comme dans un Hyperdimension Neptune Victory, et le placement est donc une variable importante si on veut attaquer et défendre correctement. Les actions sont divisées entre attaquer, skill et magie, avec des effets très très variés et une grande emphase mise sur la recherche des forces et faiblesses de l’adversaire. Faiblesses élémentaires bien sûr, mais également la résistance plus ou moins élevée en fonctions des différents types d’armes.

Par extension, l’exploitation de ces faiblesses, ainsi que votre relation vis à vis de vos camarades, permet de déclencher des actions de soutien de leur part, à la manière d’un Fire Emblem Awakening. A noter que comme dans ce denier, l’efficacité augmente avec le friend level. Le bilan est donc très satisfaisant, d’autant plus que les ennemis comme les boss agissent tous de façon très différente, relançant constamment l’intérêt des combats. La plupart des capacités de vos personnages sont organisées via un système de Quartz à équiper. Ceux-ci, s’utilisant comme des matérias de Final Fantasy VII, ajoutent non seulement des sorts mais aussi des effets de statut (lenteur, mort instantanée, etc.) aux attaques classiques ou des points de statut (HP, DEF, etc.). La colonne de droite qui décide des tours recèle aussi différents effets, qui s’applique à l’unité dont c’est le tour. Vous pouvez ainsi bénéficier de soins gratuits ou d’un tour sans consommation de MP. A l’inverse, certains donjons peu accueillants auront des malus sur certains tours (disparition, mort instantanée). C’est un peu une roulette russe, car ce système s’applique aussi bien aux alliés qu’aux ennemis.

Ema c

Cependant, deux choses m’ont fait tiquer : POURQUOI, MAIS POURQUOI MA JAUGE DE SKILL TOMBE-T-ELLE A ZERO LORSQUE LE PERSONNAGE EST KO? Déjà ça n’a rien de logique (car la barre de magie est conservée), mais c’est surtout ultra-insupportable étant donné que l’utilisation skills est capitale, bien plus que la magie (les limit breaks nécessitent tout vos skills points, et croyez-moi vous en avez besoin). La deuxième chose, c’est que même en normal ce jeu est atrocement dur. Vers la fin de l’aventure, les boss balancent des états aléatoires à tire larigot, sont appuyés par des sbires surpuissants ou revenant à l’infini, et font des attaques de zone qui pètent les dents. A sa décharge, signalons qu’après chaque défaite, Legend of Heroes Trails of Cold Steel vous permet de recommencer le combat avec les stats de l’ennemi diminuées de 10%, si bien qu’au 3e essai en général c’est parfaitement faisable. Mais quand même… qu’est-ce que j’ai dégusté…

Laura dTerminons par l’aspect technique. Je dirais… oui et non. Si le jeu est fort joli sur PSVita, la modélisation des personnages est inégale. Alisa par exemple est un peu ratée (ce qui m’embête, car c’est ma préférée), mais Sarah, Fy ou Laura par exemple sont impeccables.

D’un autre côté, les monstres sont extraordinairement bien modélisés et villes & campagne rendent comme jamais on avait vu encore sur portable. Tout cela est un peu gâché par quelques bugs de collision stupides et des déplacements dans certaines localités qui rament horriblement. En ce qui concerne la direction artistique et le character design, je ne vous cache pas que j’adore et que j’ai acheté ce jeu exprès pour ça. En revanche, elle n’est pas très présente dans le jeu lui-même qui contient peu d’artworks, en sépia de surcroît.

Articles qui pourraient vous intéresser

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Octahedron : Transfixed Edition

Octahedron : Transfixed Edition

Frais, dynamique et un brin addictif, Octahedron est une petite perle de plateformer comme l'on en voit rarement : accessible mais pas simple à dompter, il propose un challenge des plus léchés avec sa multitude de niveaux verticaux où une bonne dose de sang froid mais aussi d'analyse seront nécessaires pour être gravis sans encombre et jets de manette..

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu'on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l'aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu'il ne perde en justesse en terme de transmission d'émotions. Et qu'importe que l'aventure soit courte, l'intensité justifie pleinement qu'on s'y penche..

3
Poster un Commentaire

avatar
2000
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Ryuzaki57VidokFlikvictor Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Flikvictor
Invité

Les phases de blabla longuettes semblent être un défaut assez récurrent des LOH d’après certains retours lus ici et là. Mais l’ambiance scolaire et le charac-design bien nippon me le feront acheter cet automne.

Vidok
Admin

Intéressante critique. J’hésitais à m’y plonger. Etant donné que le jeu est gratuit pour les comptes PS+, cela ne me coûte pas grand chose de le lancer, mais j’hésite avec la sortie européenne qui approche. Maintenant, si son esthétique me tente énormément, le fait qu’il ne se passe rien de bien folichon avant un moment me freine un peu. Par contre, tu parles d’au moins 50h en laissant entendre que ça continue encore avec plein de rebondissements. Tu as mis combien de temps pour le terminer ? J’avais cru lire qu’il ne prenait « que » trente-quarante heures.