The Last Story
Appréciation 5

The Last Story est loin d’être parfait, c’est évident. Son scénario, bien que travaillé, n’en reste pas moins classique et tarde quelque peu à prendre son envol – la fin est en revanche mémorable. Sa réalisation technique – et technique uniquement – est clairement dépassée, le dénonçant comme un beau jeu Playstation 2, mais sur Wii. Choix financier et stratégique, ceci se transforme en tare dès que l’on pose les yeux dessus. Les ralentissements vont faire craquer les plus impatients, les obligeant parfois à recharger le dernier point de sauvegarde en raison d’un Game Over non mérité. Et le tout se boucle en peu de temps, juste ce qu’il faut pour développer un minimum l’histoire et la boucler dans la foulée. Certes, ces défauts ne sont pas négligeables. Mais comment ne pas être touché par la passion dont transpire The Last Story. Le souci du détail est l’expression toute désignée pour la ville de Ruli : tout y est pensé. La qualité du système de combat laisse pantois, presqu’autant que l’ambiance familiale distillée. Encore une fois, l’émotion prime dans le récit des aventures d’Elza. Peut-être que seuls les plus sensibles peuvent être atteints. En attendant, rares sont les softs à être si généreux envers le joueur. Sous ses allures techniques de petit jeu, sous ses allures logiques de blockbuster, se cache une œuvre passionnée, peaufinée et sincère. Et rien que pour cela, il mérite de tourner dans votre Wii

Résumé 5.0 Extra

The Last Story

Hironobu Sakaguchi, rêveur et fabuleux conteur, a décidé de nous offrir une nouvelle histoire dans laquelle il aurait placé tout son savoir-faire et son énergie. Après Final Fantasy et Final Fantasy VII, The Last Story est le titre qui lui a demandé le plus d’investissement. Autant dire que ce nouveau né, fruit de plusieurs années de développement et de plus vingt ans de réflexion sur le RPG, a tout du blockbuster qui risque de remettre toutes les pendules à l’heure. Si, en plus, Nintendo et son pouvoir financier s’en mêle pour choyer ce gros bébé, comment ne pas être impatient ? Il est né le divin enfant. A nous de juger.

L’histoire prend place sur l’île de Ruli. Endroit paisible au travail fleurissant, la ville centrale de Ruli est semble-t-il un havre de paix pour le citoyen moyen. C’est pourquoi une petite troupe de jeunes gens, dirigée par le taciturne Quark, débarque en ville en espérant trouver un emploi. Hébergée dans la taverne d’Uriel, elle compte six membres.


Parmi eux, se trouve Elza, un jeune homme à la coupe nomuraesque, ne rêvant que d’une chose : devenir chevalier de Ruli. Désireux de prendre une réelle revanche sur la vie, et protéger la veuve et l’orphelin – les bons sentiments sont de sortie – il fait ce qu’il peut pour perfectionner ses talents d’épéistes. Un soir, tandis qu’il se promène en ville, il tombe sur Kanan. Princesse de son état, celle-ci a déjoué la vigilance de la garde du palais pour partir à la découverte du monde. En tant que nièce du comte Arganan, gouverneur de Ruli, elle n’a que rarement l’occasion de mettre le nez dehors. Peut-être est-ce parce que son mariage imposé est imminent ; peut-être est-ce en raison de ses pouvoirs héréditaires… En tout cas, ce couple improvisé se retrouve très vite confronté à l’empire Gurg et son imposant roi, Zangurg. Ceux-ci attaquent Ruli dans le but de kidnapper Kanan. Pourquoi ? Vous le saurez en jouant à The Last Story.

Rassurez-vous, le scénario vous amènera devant complots, revanches, trahisons, mais bien évidemment aventure et amour. Rares sont les surprises mais l’ensemble se laisse suivre non sans plaisir. D’autant que Sakaguchi a parsemé son jeu de multiples dialogues annexes, souvent doublés, auprès des PNJ. L’occasion pour vous d’apprendre davantage d’anecdotes sur Ruli et de découvrir d’autres facettes aux éléments survenant en cours de jeu. Autant les scènes cinématiques vont généralement à l’essentiel, autant les discussions facultatives, si tant est que vous vous adressiez à de nombreux passants, peuvent très vite devenir imposantes. L’essentiel est de les consommer au fil de l’avancée pour découvrir avec quel soin The Last Story a été supervisé.

Que ce soit ces dialogues ou les protagonistes de l’histoire, tout a été travaillé. Jackal, Yuris, Manamia, Quark, tous deviennent vos amis, avec mention spéciale pour Seiren, à la fois charmante et marquante. Les auteurs ont fait en sorte que l’équipe de départ soit l’équipe de fin. Pas de réelle nouvelle recrue, mis à part de nombreux PNJ vous épaulant à l’occasion de quelques chapitres. Un système au profit d’un attachement progressif. Il faut bien comprendre que les héros se connaissent depuis longtemps, depuis leur enfance pour certains, ont vécu de lourdes pertes, et se serrent les coudes comme ils peuvent depuis lors, comme une famille. Cette famille vous emmitoufle dans ses petites querelles et rebondissements. Pour cela, The Last Story se focalise sur des faits se déroulant à Ruli ; vous ramenant ainsi fréquemment à la « maison ». Mais pas question de présenter le groupe dans son intégralité à chaque réunion : les membres mènent leur vie. Ainsi, Yuris disparaît à certains moments pour laisser sa place à Manamia, elle-même remplacée plus tard par Seiren, etc… Laissant le joueur s’accommoder à eux, petit à petit. Un climat de confiance s’installe, encore renforcé par les innombrables dialogues au sein des donjons, qui n’arrête pas la progression. A l’image d’un Final Fantasy XIII, les héros « papotent » entre eux tandis que vous vous évertuez à avancer ou chercher le moindre trésor, amenant irrémédiablement l’idée d’une petite promenade entre amis au beau milieu de lieux parfois insolites, telle une maison hantée.

Car si le récit de The Last Story se concentre sur la ville de Ruli, il faut tout de même savoir que vous visiterez toute sorte de grottes, temples et autres jardins infestés d’ennemis. La plupart se situent aux alentours de la cité, tandis que les autres vous amèneront à fouler les terres Gurg. Un navire est à votre disposition au cours de quelques chapitres, mais inutile d’imaginer le diriger sur une carte du monde. N’est pas Lost Odyssey qui veut. Sakaguchi a opté pour un système plus linéaire et plus proche de ce, une fois encore, FFXIII propose, à savoir une succession de couloirs et lieux dont l’ordre est figé. Comme vous l’avez compris, l’aventure est découpée en chapitres, chapitres pouvant couvrir soit un événement important soit un donjon. Certains s’enchainent sans temps mort, installant un rythme soutenu. Vous n’avez guère le temps de vous ennuyer dans The Last Story. Entre les quêtes annexes, assez courtes et souvent inutiles mais nombreuses, et la trame principale, prenante, vous avez toujours quelque chose à faire ou à terminer. Attention toutefois à bien achever les quêtes par chapitre, certaines n’étant plus réalisables par la suite. A l’inverse de certains RPG, il y a assez peu d’allers-retours, vous faisant prendre conscience de la perpétuelle nouveauté de ce qui survient. Les environnements ne sont pas toujours parmi les plus variés – vous ne traverserez que des classiques du genre à quelques exceptions près, à savoir caves, bateaux, châteaux, villes en flamme – mais ils possèdent tous ce même cachet, celui qui régit la charte graphique de The Last Story. Cette envie de mouvement constant se ressent également dans la traversée des lieux puisque dans Ruli : les PNJ se promènent. Rien d’aussi poussé qu’un Shenmue, mais l’impression de vie est bel et bien là. Cela se ressent aussi dans le système de combat. L’un des grands chantiers de The Last Story.

Comment allier rapidité, accessibilité et précision ? Telle est la question que tout le monde se pose depuis des années. Certains ont essayé, … et ils ont eu des problèmes. Pourtant, le fruit des expériences passées d’Hironobu Sakaguchi semble avoir muri puisqu’il permet au dernier titre de Mistwalker d’offrir l’un des meilleurs systèmes de combat du genre. En moyenne cinq personnages en combat – en moyenne car il arrive qu’il y en ait moins comme plus – des arènes à même les décors d’exploration, un placement des troupes souvent stratégiques et un seul guerrier à diriger, Elza. L’approche des combats sans transition et du style action tel un MMORPG pourraient cette fois vous faire penser à Final Fantasy XII ; pourtant, c’est une nouvelle fois au treizième volet que The Last Story tente de se référencer et de donner une claque. En réalité, le principe mélange le système des deux, en y ajoutant une composante tactique. Le mix inverse de celui pratiqué dans Archaic Sealed Heat, qui était du Tactical-RPG avec des combats J-RPG. Peu de transitions entre la phase à pied et celle de fight, certes, mais souvent un arrêt sur le positionnement des ennemis pour anticiper leurs actions et mener la meilleure offensive possible en profitant du terrain. L’occasion vous est souvent donnée de gagner de précieuses secondes et vies – chaque personnage a le droit à 5 vies avant d’être définitivement KO – en prenant le peloton ennemi à revers, ou en exterminant les archers/mages en premier. L’analyse du combat à venir, aussi succincte qu’elle soit, amène un réel côté stratégique à la fois grisant et plaisant, renforcé par les conseils de vos compagnons. Ceux-ci sont d’ailleurs indispensables pour venir à bout de certains boss, qui, à la mode old school, ne se laisseront terrasser sans un minimum d’astuce.

Il vous faut faire confiance aux personnages qui vous entourent. Entièrement dirigés par l’I.A., ils ne peuvent pas recevoir d’ordre. Heureusement, les développeurs ont réussi une intelligence artificielle du tonnerre qui ne déçoit que rarement. Les magiciens se mettent à couvert pour lancer des sorts, sans oublier de placer des cercles de régénération bien venus. Les guerriers aiment courir partout et ne se laissent que rarement encercler. Elza peut demander l’envoi de sorts et l’utilisation de la tension, technique surpuissante amenant, selon son exécutant, soins, protection, attaque ou sort cataclysmique. Pour exécuter tout cela, AQ Interactive, Mistwalker et très certainement Nintendo ont opté pour une solution très simple, dans laquelle les attaques d’Elza se font au travers du stick analogique – suffit de pointer l’ennemi à frapper – et les commandes restantes via seulement quelques touches, le tout très instinctivement. Elza a beau être un combattant de corps à corps, il n’en oublie pas pour autant la longue distance grâce à son arbalète. Sans compter qu’il est possible d’utiliser le décor à votre avantage, que ce soit des murets – aidé par un système de couverture inspiré de Gears of War –, des ponts – dont la hauteur, en cas de chute, tuera instantanément les adversaires –, ou des objets tels que des brasiers. A tout cela, un système de Gathering, hérité du monde du MMORPG, autorise le joueur à servir de bouc émissaire pendant que ses coéquipiers reprennent des forces ou se concentrent pour un assaut massif. L’intérêt de toutes ces possibilités est d’amener plusieurs alternatives aux joueurs afin de varier toujours plus les situations. Des moments de discrétion sont même requis pour traverser des endroits-clés aux nombreux ennemis.

La montée en expérience se fait extrêmement rapidement, certains combats pouvant vous faire grimper de plusieurs niveaux d’un coup. A chaque chapitre, une sorte de pallier virtuel est présent pour éviter tout levelling qui nuirait au bon équilibre de la difficulté. Un peu à l’image de ce que proposait déjà Lost Odyssey. En cas de niveau insuffisant, à l’approche des boss, des seaux sont présents permettant d’invoquer des ennemis à loisir. Il n’est donc jamais question de vous lancer dans une quête hasardeuse et très souvent laborieuse de montée en compétences puisque celle-ci se fait presque naturellement. Certains niveaux amènent de nouvelles techniques à nos combattants. Quand celles-ci concernent Elza, un mini tutorial vous les présente à l’écrit et au travers d’une vidéo, peut-être plus explicite pour certains. A côté de cela, se débarrasser des monstres du coin vous permettra de mettre la main sur de nouveaux objets et l’argent nécessaire pour les améliorer – car il faut bien avouer que les boutiques autres que les Upgrade shops ne servent strictement à rien. Certains matériaux nécessitent d’être sacrifiés pour accroître les capacités d’une arme, ou d’une protection. The Last Story ne cherche pas à faire dans l’exhaustivité cette fois puisque une, voire deux, armes peuvent être équipées sur chaque personnage, ainsi que deux équipements défensifs, armure et jambières. Élément appréciable et finalement dans la logique de cette recherche du détail : les équipements changent totalement le look des héros ; au point de donner l’impression qu’ils changent d’habits au fil de l’aventure. Détail désormais indispensable dans tout grand RPG.

Indispensable comme la bande son du jeu, signée une fois encore par le maître Nobuo Uematsu. Les thèmes sont peut-être moins entêtants que ceux de Lost Odyssey, mais ils réussissent tout de même à conférer à The Last Story une réelle emprunte auditive. Rien que le thème principal sait en calmer plus d’un ; mais il ne faut pas oublier les excellentes compositions de combat, de scènes-clés et même la chanson du jeu, finalement très agréable. Bonds et Flying One figurent sans nul doute parmi les pistes les plus réussies qui donnent déjà très certainement envie à beaucoup de se procurer l’original sound track.

Indispensable, un peu comme ce Last Story, tout simplement. Chose que vous pourriez vous dire devant cette accumulation de bons points qui en font l’un des RPG dernière génération les plus réussis et les plus proches de l’ère 16/32bits. Malheureusement, tout n’est pas rose pour la dernière réalisation de Sakaguchi, à commencer par l’aspect technique.

Le choix de la Wii n’est très certainement pas celui de départ, cela se sent. L’ambition de The Last Story est de figurer parmi les fleurons du RPG new gen. De part son univers mature et son aventure dépaysante, il ne veut pas se contenter du statut de petit jeu au rabais. Pourtant, certains décors vous font croire tout le contraire tant les textures, immondes, vous rappellent les débuts de la PS2, pour les pires passages. Aliasing de sortie et visiblement peu enclin à rentrer chez lui, ralentissements à gogo au point de rendre certaines confrontations injouables, décors vides, The Last Story fait parfois peine à voir. Alors qu’il sait très bien nous présenter de superbes panoramas, par instant, comme le dernier donjon, véritable perle technique sur Wii. Le dernier quart du jeu semble d’ailleurs avoir été davantage travaillé que le reste. Savoir-faire amélioré ? Moteur 3D enfin dompté ? Une chose est sûre : il faut attendre les derniers couloirs pour en prendre enfin plein les yeux, quand un Xenoblade n’attend pas la première heure pour le faire. Dommage que The Last Story n’ait pas opté pour un rendu anime à l’image du titre de Monolith Software, ou de Tales of Grace, ou même Arc Rise Fantasia. Les développeurs respectifs ont bien saisi que la Wii n’avait pas les capacités pour afficher des décors réalistes crédibles. AQ Interactive, non. Il en résulte des graphismes en dent de scie, tout comme l’animation, excellente en combat – si l’on excepte encore une fois les insupportables ralentissements – et digne d’un spectacle de marionnettes au cours de cinématiques pourtant importantes. Rien de tel pour détruire l’instant dramatique décrit. Et c’est dommage puisque le character design signé Kumihiko Fujisaka n’a pas grand-chose à se reprocher… contrairement aux modèles 3D ne rendant clairement pas hommage au papier.

Tout ce théâtre de médiocrité visuelle s’étend sur à peine plus de vingt heures, trente pour réaliser les quêtes annexes, et le double en cas de New Game + pour découvrir les dernières armes et le boss ultime. Les vingt heures nécessaires à la trame principale, dans un RPG de cette envergure, risquent de faire grincer des dents. Le responsable du jeu nous a habitués à mieux. Pourtant, devant ce qui pourrait paraître comme un considérable défaut, certains joueurs peuvent y voir du pain béni. Contrairement à des ténors dépassant la cinquantaine d’heures, au rythme inconstant, The Last Story se montre plus intéressant et accrocheur. Encore une fois, sa profusion d’actions joue en sa faveur, vous amenant plus aisément à le refaire. Il faut bien avouer qu’il est difficile de voir le temps passer manette en main (ou wiimote/nunchuk, au choix). Sakaguchi a qui plus est eu l’idée d’ajouter un très bon jeu en ligne. Deux modes : un PvP (Player vs Player) de 3 contre 3 et un Rush contre les boss du jeu à 6. Une victoire octroie une montée de rang et des objets rares inaccessibles en solo. Primaire mais addictif au possible. A signaler cependant le très bon niveau des joueurs en ligne – il faut savoir que l’on récupère les armes et équipements du solo – qui n’aide pas les nouveaux venus à pratiquer les guerillas avant d’avoir visionné le générique de fin.

Au final, que dire de ce Last Story ? Qu’il est difficile de trancher. Il est loin d’être parfait, c’est évident. Son scénario, bien que travaillé, n’en reste pas moins classique et tarde quelque peu à prendre son envol – la fin est en revanche mémorable. Sa réalisation technique – et technique uniquement – est clairement dépassée, le dénonçant comme un beau jeu Playstation 2, mais sur Wii. Choix financier et stratégique, ceci se transforme en tare dès que l’on pose les yeux dessus. Les ralentissements vont faire craquer les plus impatients, les obligeant parfois à recharger le dernier point de sauvegarde en raison d’un Game Over non mérité. Et le tout se boucle en peu de temps, juste ce qu’il faut pour développer un minimum l’histoire et la boucler dans la foulée. Certes, ces défauts ne sont pas négligeables. Mais comment ne pas être touché par la passion dont transpire The Last Story. Le souci du détail est l’expression toute désignée pour la ville de Ruli : tout y est pensé. La qualité du système de combat laisse pantois, presqu’autant que l’ambiance familiale distillée. Encore une fois, l’émotion prime dans le récit des aventures d’Elza. Peut-être que seuls les plus sensibles peuvent être atteints. En attendant, rares sont les softs à être si généreux envers le joueur. Sous ses allures techniques de petit jeu, sous ses allures logiques de blockbuster, se cache une œuvre passionnée, peaufinée et sincère. Et rien que pour cela, il mérite de tourner dans votre Wii.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samurai Spirits! Pocket Fighting Series

Samurai Spirits! Pocket Fighting Series

SNK respecte son public en offrant à sa portable un deuxième jeu de baston de qualité, après King of Fighters R1. Bien pensé, plutôt joli, sans fausse note, Samurai Spirits! pourrait paraître indispensable à la ludothèque de la console si l’épisode 2 ne faisait pas tout encore mieux.

Enterre-Moi, Mon Amour

Enterre-Moi, Mon Amour

On se dit souvent qu'on joue aux jeux vidéo afin de sortir le temps de quelques heures de notre réalité. Mais il faut reconnaître qu'il est parfois de bon ton de s'adonner à un soft traitant d'une thématique réelle et grave. Des situations que l'on ne connaît pas réellement mais que l'on a tendance à vouloir juger trop vite par le même temps. Certes, cela ne fait pas du bien à l'âme mais cela se révèle particulièrement édifiant pour l'esprit. Enterre-Moi, Mon Amour, c'est ce petit jeu textuel qui nous touchera de la même manière que si l'on regarde des films tels Le Pianiste ou La Liste De Schindler qui, même si l'on n'aborde pas aux mêmes thématiques, exposent des faits que l'on se doit de connaître et d'accepter. Même si cela est difficile tant il est plus facile d'imaginer que l'Humanité est irréprochable. Cela existe, il faut le garder en tête et surtout ne pas l'oublier. Et ne pas perdre de vue non plus que ce qui peut arriver à eux aujourd'hui pourra peut-être bien nous tomber dessus demain. Triste monde....

Atlantis : Secrets d’un monde oublié

Atlantis : Secrets d'un monde oublié

Foncièrement, Atlantis : Secrets d'un monde oublié demeure assez classique dans son déroulement, avec un enchainement mêlant puzzles plutôt inspirés, exploration minutieuse et conversations plus ou moins pertinentes, pour une histoire assez convenue et sans grandes surprises qui baigne, heureusement, dans un univers graphique très réussi, et surtout dans une ambiance sonore, Cryo Interactive oblige, excellente..

6
Poster un Commentaire

avatar
2000
5 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
AkramLegyptienBababalooVidokZeroHermit Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
ZeroHermit
Invité

Tu m’excuseras, je n’ai lu pour le moment que la conclusion. ça me conforte dans l’idée que j’ai bien fait de le choper. Je vais essayer de m’y mettre dès que j’aurais bouclé ninokuni ( suis au boss de fin là )

Chapeau pour le site en tout cas ! t’as fait du beau boulôt !

Bababaloo
Invité

A peine efleuré il me plait bien ce Last Story & ton test (très bien écrit) me conforte tout comme ZeroHermit de l’avoir acheté.

Legyptien
Invité
Legyptien

Je suis dessus depuis à peu près 5H et je suis vraiment d’accord avec tout ce que tu dis pour l’instant, et surtout ce que je trouve génial dans ce jeu, c’est qu’il s’agit enfin d’un jeu next gen qui arrivent à nous servir un scénario avec un vrai rythme et pas haché comme la quasi majorité des autres production du moment ..

Akram
Invité
Akram

J’ai le jeu, j’attends d’en finir un autre avant de le commencer mais ton test donne envie et ca sent pas mal la passion contrairement à d’autres dont je ne citerais pas le nom… je commence le jeu semaine pro et je te donnerais mon avis dans tt les cas: j’ai hâte