Rally Pop
Appréciation 2

Ambitieux donc mais au contenu rachitique, Rally Pop n’occupe guère plus que quelques petites soirées un brin monotones le joueur solitaire et amusera les possesseurs de GP32, Rally Pop et GP Link – tout en double donc. Le titre est amusant, et nul doute qu’il peut amener de mémorables confrontations mais son unique mode infini l’empêche de se libérer de son statut de bouche-trou

Résumé 2.0 Passable

Rally Pop

Rally Pop est l’un des jeux de lancement de la GP 32 de Game Park et cristallise à lui seul toute l’ambition de la console et de son constructeur. Et pourtant, il ne paie pas de mine avec sa jaquette remportant haut la main le prix de la plus kawaï de la (petite) ludothèque GP32.

Un bonhomme de neige, des yeux globuleux, des couleurs chatoyantes, une petite ambiance hivernale, festive et bon enfant, Rally Pop a de quoi immédiatement attendrir. En regardant de plus près, vous vous rendrez compte que les charmants petits bambins sont en réalité des téléphones portables vivants. Oui : Rally Pop met en scène des téléphones qui mènent une guerre sans merci entre eux. C’est ainsi que vous devrez choisir un champion parmi les six protagonistes, Loopon, Drapon, Mopon, Dupon, Saipon et Copon. Vous serez ensuite téléportés, vous et votre adversaire, sur l’aire de combat. L’occasion pour vous de vous rendre compte du principe : Rally Pop est un Worms-like.

Difficile de faire moins copie conforme : chaque joueur attend son tour, le personnage peut se déplacer horizontalement ou verticalement (en tombant) sur l’aire en 2D, des bonus sont présents sur la carte et chacun dispose d’un arsenal pour déglinguer l’autre – enfin, la barre de vie de l’autre. Certaines armes sont à usage unique tandis que d’autres peuvent être utilisées à l’infini. Lancer un chat piégé vers l’adversaire ou provoquer un orage sont des actions parfaitement réalisable, mais attention aux lancers : il faut tenir compte non seulement du terrain, de l’angle d’envoi mais également du vent. Symbolisé par des flèches situées en bas de l’écran, il a une influence considérable sur la portée des attaques. Le nombre de tours n’est pas arrêté, à l’inverse des tours en eux-mêmes limités à vingt secondes. Rally Pop n’a pas de fin : le mode Single permet d’affronter un des six téléphones à l’infini dans les encore moins nombreux décors.

En quoi Rally Pop était si ambitieux ? Il dispose de deux modes supplémentaires. Le mode RF, possible via le câble GP Link, permet à deux joueurs de s’affronter. Ce qui est en soi très fort quand on sait que ledit GP Link n’est sorti que fin 2002 : tout était déjà prêt dans Rally Pop. Autre mode déjà prêt mais opérationnel uniquement en Corée du Sud : Internet. Il était en effet possible de jouer en ligne, sur GP32, dès 2001. Il fallait pour cela indiquer son numéro de téléphone et son adresse IP. Etonnant mais finalement bien peu utilisé et encore moins en Europe par les férus d’import.

Ambitieux donc mais au contenu rachitique, Rally Pop n’occupe guère plus que quelques petites soirées un brin monotones le joueur solitaire et amusera les possesseurs de GP32, Rally Pop et GP Link – tout en double donc. Le titre est amusant, et nul doute qu’il peut amener de mémorables confrontations mais son unique mode infini l’empêche de se libérer de son statut de bouche-trou.

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des