Hyperdimension Neptunia ReBirth 2
Appréciation 4

Hyperdimension Neptunia ReBirth2 confirme son statut de meilleur épisode de la série. Débordant de contenu, beau, plus sombre et plus marquant, c’est un JRPG atypique mais furieusement prenant

Résumé 4.0 Très bon

Hyperdimension Neptunia ReBirth 2

HDN Rebirth 2 boxart

En 2011, Hyperdimension Neptunia Mk2 venait transfigurer une série née sur un premier épisode maladroit. Ce deuxième épisode n’ayant pas forcément pas besoin de remake, c’est davantage en tant que version “plus” que Hyperdimension Neptunia Rebirth 2 nous arrive sur PSVita.

L’histoire commence alors que les forces obscures de Magiquone, qui ont triomphé des héroïnes du premier volet, dominent totalement le monde parodique de Gamindustri. Alors que la situation semble perdue, ce sont les petites sœurs des déesses qui prennent les armes afin d’enrayer le mal.

Loin de ce synopsis relativement simplet, ReBirth2 est, comme Hyperdimension Neptunia Mk2 avant lui, le plus prenant et surprenant en termes de narration. C’est dans celui-ci que l’allégorie de la guerre des consoles est la plus remarquable, avec la question du piratage posée de manière plus prégnante que jamais : le jeu illustre de manière à la fois drôle et saisissante l’explosion des R4 et autres copies pirates, ainsi que leur caractère subversif (il est d’ailleurs désopilant de voir les personnages représentant les casual gamers défendre bec et ongle leur magiquone). ReBirth2 ne fait cependant pas que condamner bêtement cet état de fait et lance le débat de l’équilibre entre coût, création et accessibilité par une conversation mémorable entre Uni et Brave. Le scénario a pas mal de ramifications et le jeu dispose de pas moins de 9 fins différentes! L’une d’elle, la funeste Conquest Ending, engrenage terrible, pratiquement insoutenable, mais tellement marquante tant elle apporte en gravité, est un symbole fort. Cette fin qui a traumatisé nombre de fans a maintenant une alternative spécifique à ce remake, censée renverser le cours tragique des événements (les conditions étant drastiques, je ne l’ai pas encore vue). L’autre bon point de ReBirth2 par rapport à son modèle est que les quêtes, et surtout leur effets en termes de modifications des shares entre les 4 nations, reviennent à l’infini et cela permet de voir facilement toutes les fins en une seule partie.

sistersReBirth2 n’en est pas moins plein d’humour et apporte son lot d’events rigolos, dont un nouveau parodiant les votes de popularité des héroïnes qui est à hurler de rire. Dommage toutefois, certains (très bons) events de Hyperdimension Neptunia Mk2 sont manquants avec la disparation de Gust et NISA de la série. Le jeu parodie toujours aussi bien l’industrie du jeu vidéo même dans ses plus petits détails comme certaines tirades, les mini-personnages croisés sur la carte, le nom des skills etc. C’est aussi le plus aguicheur, car il va beaucoup plus loin dans le fan-service qu’aucun épisode avant lui : entre artworks sans aucune retenue et angles de caméra permissifs, les amateurs d’ecchi ont de quoi faire.

StellaCe nouveau Neptunia est probablement le plus riche en termes de contenu. Il propose 22 personnages (tous dans le jeu), encore une large gamme de costumes/accessoires et de nombreux défis postgame en plus des nombreuses fins. ReBirth2 ajoute un mini-jeu un peu anecdotique appelé le Nariyuki Dungeon. Celui-ci consiste a envoyer un mini-personnage du nom de Stella (qui est la personnification du développeur Felistella) dans les donjons du jeu pour looter des items, un peu à la manière du scout system de Hyperdimension Neptunia Victory. Au rang des regrets, les costumes sont nettement moins accessibles que dans ReBirth1, la plupart n’étant pas déblocables avant le dernier chapitre! De la même manière, les Oracles qui sont jouables dans ce remake ne le deviennent également qu’à la toute fin, selon des conditions encore plus difficiles que les sœurettes dans ReBirth1. Honnêtement, j’attendais que ce soit plus tôt et plus intégré dans l’histoire. Je l’ai fini en ligne droite en une trentaine d’heures, mais je pense que j’aurais besoin au moins du double pour tout boucler.

UniSi Hyperdimension Neptunia Mk2 réformait la série à l’époque par son nouveau système de combat, ce ne sera pas le cas de ReBirth2 qui reprend justement le système en vigueur depuis ce deuxième épisode sur PS3. C’est toujours du tour par tour avec déplacement libre sur l’aire de combat et le système de break emprunté à Final Fantasy XIII. Il revient avec ses qualités et ses défauts, à savoir qu’il reste suffisamment tactique mais toujours très uniforme dans le déroulement des combats. Dans ReBirth2 comme dans le premier remake, vous avez la possibilité de modifier les paramètres de difficulté à tout moment, ce qui se révèle encore une fois bien utile. Contrairement à Hyperdimension Neptunia Mk2 dont la difficulté allait décroissante, ReBirth2 fait preuve d’une bonne progressivité en la matière. C’est un progrès majeur par rapport à Hyperdimension Neptunia Mk2 : les boss de ce ReBirth2 ont mobilisé mon attention nettement plus que l’original. Le mode difficile est en outre une bonne assurance pour trouver un challenge jouissif même en cas de leveling. Dernière chose à noter, vous avez ici une équipe de 2×4 personnages : 4 en combat et autant en relais, ce qui favorise à la fois variété et stratégie.

Nepgear fTerminons par l’aspect graphique qui ne change pas fondamentalement : c’est toujours le même moteur et c’est toujours techniquement l’un des plus beaux RPGs portables qui existe. Toujours est-il qu’il est affiné par rapport à Hyperdimension Neptunia Mk2 et que certains personnages sur le retour apportent des skills visuellement classieux. Cependant, tous ces effets sont peut-être un peu trop pour le moteur du jeu puisqu’on note pas mal de ralentissements dès qu’il y a trop de choses à l’écran. Autre chose importante à noter, ReBirth2 abandonne l’expérimentation (assez ratée) des modèles 3D lors des dialogues de Hyperdimension Neptunia Mk2 pour reprendre les modèles 2D animés classiques qui font plaisir à tout le monde.

Les ajouts et changements de ce deuxième remake n’étant pas aussi importants en comparaison du premier, Hyperdimension Neptunia ReBirth 2 s’avère intéressant mais facultatif pour les possesseurs du Hyperdimension Neptunia Mk2 sur PS3, quasi-indispensable pour les autres tant il marquant sur bien des aspects.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des