Dragons

Dragons

Toujours au coude à coude avec Pixar quand il s’agit de sortir une superproduction d’animation, Dreamworks tente chaque année de se démarquer. Bien que les films gagnent en qualité chaque année, ils doivent bien s’admettre vaincus face à des titres comme Ratatouille ou Wall-E. Dreamworks n’a jamais su atteindre le niveau de finesse, non pas technique mais spirituelle, des productions Pixar. Cette année, le studio donne sa chance au duo Chris Sanders et Dean Deblois, duo responsable de l’excellent Lilo & Stitch pour le compte de Disney. Drôle, frais et surprenant, ce dernier a su apporter du neuf dans le catalogue de la firme de Mickey. Ils sont en passe de faire de même avec Dragons.

Le pays nordique des vikings vit paisiblement dans les terres d’Islande. Isolé, le village est parfaitement autonome. Mer à proximité, terrains pour l’élevage, boutiques approvisionnées sans problème, ou presque : la région est soumise à de fréquentes attaques de dragons. Les vikings sont d’ailleurs devenus maîtres dans leur chasse. Que ce soit à coups de hâches, boucliers, catapultes ou à mains nues, leurs contre-attaques sont souvent fatales à leurs ennemis cracheurs de feu. Pourtant, au sein du village viking, un jeune garçon, Harold, fils du chef, enchaine gaffe sur gaffe. Pétri de bonne volonté, il reste incapable de se mesurer au moindre monstre. Son ingéniosité n’a d’égale que sa maladresse. Risée du village et honte de sa famille, Harold réussit pourtant à abattre un dragon, et pas n’importe lequel, une furie nocturne, un être redouté aussi bien du côté des hommes que de celui des dragons, tellement mystérieux que non illustré dans l’encyclopédie des dragons. Malgré les rires de tous, Harold part à la recherche du monstre. Blessé et donc cloué au sol, le dragon semble autant effrayé par Harold que le jeune homme ne l’est de la bête. Au fil de leurs rencontres, les deux êtres apprennent à s’apprécier et à se comprendre à tel point qu’une solide amitié naît entre deux, les amenant à voyager ensemble dans les plus hauts cieux. Evidemment, cette relation a pour conséquence de faire radicalement changé l’état d’esprit d’Harold, en parallèle entraîné à la chasse au reptile.

Cette opposition des principes se rencontre tout au long du film. D’un côté, un peuple farouchement attaché à ses préceptes, de l’autre, Harold, désireux de mettre fin à des siècles de traditions sans réels fondements. La double vision des protagonistes s’accompagne de plusieurs niveaux de lecture, autorisant n’importe quel public à découvrir Harold et Krokmou, son ami ailé (à vous de découvrir les origines de ce nom…). Tandis que Dreamworks se contentait jusqu’alors de singer Pixar, il a apparemment été décidé de prendre une nouvelle direction, plus mature, comme le confirme l’épilogue. Dragons ne conte pas uniquement les déboires d’un enfant gaffeur et socialement handicapé. Il se permet d’aller chercher des sujets plus profonds comme le rejet des originaux, l’idiot ancrage des traditions, mais encore plus tristement les sacrifices et effets qu’ils peuvent avoir sur les autres. Ne croyez pas que Dragons est un film gentillet. L’interprétation de la plupart des dialogues se fait différemment selon votre âge et vos expériences. Les scénaristes et réalisateurs ont eu ce trait de génie qui fait que plusieurs personnes peuvent regarder Dragons sans en déceler les mêmes messages. D’autant que la nation viking n’est pas si éloignée de la nôtre, de part ses réactions et ses clivages. La notion de famille est, elle aussi, fortement abordée au travers des conflits animant les discussions entre Harold et Stoïk, son père. Ceux-ci vont bien plus loin que les stéréotypés sauts d’humeur d’adolescents boutonneux ; amenant un père à renier son fils pour une divergence d’opinion. Sous ses allures de film chatoyant se cache un monstre de dénonciation. Dreamworks ne nous a pas habitués à pareil travail de fond.

Mais que tous ces maux ne vous retiennent pas dans votre voyage à dos de dragon. Profitant et maîtrisant la 3D, les studios Dreamworks ont su insuffler à leur film un vent de fraîcheur qui n’a rien à envier à la superproduction de James Cameron. La danse des dragons sait tenir tête à celle des Ikrans. D’autant que les plans de caméra sont idéalement placés, immergeant le spectateur cramponné à son siège évitant chaque obstacle en même temps que ses deux héros. Les phases de vol, dynamiques à souhait, s’alternent avec les séquences d’action et les dialogues instaurant un rythme qui ne faiblit jamais, à tel point que l’heure et demi du film défilent à toute allure. Au moins aussi vite que Krokmou pourfend l’air. Mais il ne faut pas croire qu’il est l’unique représentant de la race des dragons à occuper l’écran. Les dragons-vipères – rapides et agiles – les terreurs terribles – minuscules mais teigneux – ou encore les cauchemars monstrueux – capables de s’entourer de flammes et considérés comme extrêmement dangereux – savent impressionner par leur originalité. Tous arborent des styles uniques. La recherche effectuée pour dessiner et imaginer toutes les espèces, dont une partie est rapidement abordée par Harold lors d’une lecture, requiert le respect du spectateur. L’amoureux du genre aurait certainement aimé en voir davantage ; mais l’un des nombreux points forts du film est de donner de la consistance à chacun de ses personnages. De la troupe de jeunes vikings en passant par le chef ou le forgeron, tous savent marquer les esprits. Cressida Cowell, la nouvelliste responsable de l’œuvre originale – rappelons que l’histoire de Dragons reprend celle dépeinte dans le roman How to Train Your Dragon – a su prendre les clichés à contre sens, privilégiant la lâcheté et l’intellectualisme dans le corps d’un petit rondouillard bien baraqué et le barbarisme et l’inconscience dans celui d’une frêle jeune fille.

Nous retrouvons ce contre-courant, présent dans chaque parcelle du film. Pourtant, il n’oublie pas de proposer une progression linéaire, attendue, sentant bon l’initiation progressive du héros avec son inéluctable avancée vers l’âge adulte. Les lourds propos sont embusqués derrière un amoncellement de scénettes terriblement drôles et attachantes. Les mimiques de Krokmou sont souvent à mourir de rires, tandis que les répliques blasées, mais justes, d’Harold parachèvent une œuvre comique. Le peuple viking, bien que borné, n’en demeure pas moins sympathique, avec ses coutumes, exposées une par une tout au long du film, avant l’explosion finale tant espérée mais au dénouement pas si évident. John Powell a eu la lourde de tâche d’accompagner et sublimer l’émotion grâce à ses accords. Ce grand monsieur, habitué des productions Dreamworks (FourmiZ, Chicken Run, Shrek, …), livre ici des compositions particulièrement variées, adaptées à toutes les situations. « This is Berk » amène le décor, quand « Test Drive » ne peut faire que rêver. « Romantic Flight » amène la douceur, Dragon Battle l’obscurité, Dragon training la légèreté. Si l’émotion est si bien véhiculée dans Dragons, ce n’est pas un hasard. La bande son apporte un coup de pouce vitale à la narration et à l’action, faisant oublier la salle obscure et nous propulsant sur le dos de Krokmou. Une splendeur donc, qui ne vient que confirmer l’excellence de l’édifice.

Sous ses allures de film d’animation pour enfant, Dragons surprend et prend tout le monde à contrepied. Les réalisateurs de Lilo & Stitch, sur une histoire de Cressida Cowell, réussissent une fois encore à bouleverser les idées reçues. Débordant de bons sentiments pour les plus jeunes, il aborde des thèmes plus profonds, dont certains d’actualité, pour les adultes. S’amusant à niveler chaque dialogue, autant par une insoupçonnée profondeur que par un humour décapant, le tout servi par une impeccable version française, Dragons se permet de surcroit d’offrir une réalisation technique de haute volée. L’animation est proprement bluffante et mettra tout le monde d’accord. Sa vivacité subjugue au point de ne pas voir le temps passer. La fin, pondérée de manière tout à fait inédite et emplie de symbolisme, fait réfléchir, en plus de faire retenir son souffle à une salle entière. Dreamworks a assurément passé un pallier ; allant beaucoup plus loin dans le divertissement pour tous publics, vraiment. Dragons enterre une grande partie de ce qui se fait dans le domaine de l’animation occidentale, par son équilibre à tous les niveaux, que ce soit technique, rythmique, narratif ou musical. Le scénario de base ne paie pas de mine ; à son inverse, n’hésitez pas à mettre la main au portefeuille pour découvrir une œuvre complète et fabuleusement dépaysante. Du très grand Dreamworks !

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des