C’est arrivé près de chez vous

C’est arrivé près de chez vous

Communément cantonné aux rôles comiques, Benoît Poelvoorde a pourtant été découvert dans C’est arrivé près de chez vous, avant même les carnets de monsieur Manatane. Il y fait preuve d’un talent d’interprétation tout simplement fabuleux, dans la peau d’un tueur en série. Filmé tel un documentaire, C’est arrivé près de chez vous nous montre comment la vie d’un serial killer « classique » se déroule. Sujet insolite pour film insolite, Remy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde réussissent là un véritable monument du cynisme.

Aujourd’hui, cours de meurtre.

Trois jeunes hommes décident de tourner un film amateur sur la vie quotidienne d’un tueur en série. Pour cela, ils vont suivre dans son train-train habituel un de ces hommes à la profession assassine. C’est avec cette trame de fond que débute le film. Tourné comme un documentaire dans un souci de crédibilité, ce film se révèle être un bijou d’humour noir ; et ce pour diverses raisons.

Tout d’abord, il faut savoir reconnaître le talent démesuré de l’acteur principal, Benoît Poelvoorde. On le connaissait surtout comique à travers ses nombreux films (Le boulet, Podium, Rien à déclarer, …), il se présente ici dans un genre où l’on ne l’attendait pas : le film noir. Cette vie de tueur en série dépeinte dans le film se veut extrêmement violente et provocatrice. Chaque méfait est filmé en gros plan pour laisser le spectateur observer des agonies plus ou moins longues, allant de la crise cardiaque d’une gentille grand-mère à l’étouffement d’un enfant dans sa chambre. Âmes sensibles s’abstenir, donc. L’acteur n’hésite pas à s’exécuter avec un naturel surprenant. Le voir violer une femme en période de fêtes en face du mari, tétanisé, avec un plaisir palpable est, il faut bien l’avouer, une chose assez troublante, voire choquante pour certains. Un malaise se crée alors entre les actes et la conscience de tout un chacun.

Je peux sortir ?

On cherche où sont les frontières entre la fiction et la réalité tellement l’ensemble à l’air crédible. Il semble « être » son personnage, il vit la vie de ce tueur et ressent ses émotions. Au passage, il est bien de préciser que l’acteur joue son propre rôle encadré de ses proches pour un réalisme encore accru. En bref, on observe une interprétation brillante de l’acteur qui demeure l’attrait principal du film. Toutefois, il ne faudrait pas occulter la mise en scène dans l’instauration de ce climat sombre.

Comme dit précédemment, l’œuvre a été filmée tel un documentaire et en noir et blanc. Par souci d’économie ? Pas tout à fait. Ceci donne une impression d’amateurisme à l’ensemble, certes, mais également d’authenticité d’où l’immersion du spectateur. Car oui, il faut bien l’avouer que, malgré un climat de mort permanent dans le film, le spectateur, peut-être par perversité, regarde ce film le sourire aux lèvres ! Le caméraman montre à chaque fois le meilleur plan pour observer Poelvoorde dans ses actes; ce dernier n’hésitant pas à nous donner quelques trucs et astuces pour tuer plus facilement et à nous sortir plusieurs répliques bien noires assez en décalages avec ses actions pour motiver le spectateur à sourire (et surtout à dédramatiser le film). On apprend ainsi comment lester un corps ou profiter de la vulnérabilité des personnes âgées. On devient à l’instar de l’équipe de tournage, les complices du tueur pour notre plus grand plaisir.

Une solution au chômage ?

Film troublant à souhait, C’est arrivé près de chez vous est un bijou d’originalité et de cynisme. Toutefois, il faut bien rajouter qu’il s’adresse à un public averti en raison de nombreuses scènes très crues et violentes. Mais il serait dommage de passer à côté d’un tel moment de bonheur.

Articles qui pourraient vous intéresser

Tacoma

Tacoma

The Fullbright Company ne parvient pas à renouveler la totale réussite de Gone Home avec son successeur, Tacoma. Malgré tout, s'il y a un petit truc qui reste au travers de la gorge à l'issue du dénouement, cela n'enlève en rien que le studio est parvenu encore une fois à mettre au point un univers beau et fascinant avec une exploration totalement dénuée de gameplay tout sauf ennuyeuse pour quiconque apprécierait les délires purement narratifs typés walking simulator. Bref, un jeu imparfait mais qui saura charmer un certain public..

Octahedron : Transfixed Edition

Octahedron : Transfixed Edition

Frais, dynamique et un brin addictif, Octahedron est une petite perle de plateformer comme l'on en voit rarement : accessible mais pas simple à dompter, il propose un challenge des plus léchés avec sa multitude de niveaux verticaux où une bonne dose de sang froid mais aussi d'analyse seront nécessaires pour être gravis sans encombre et jets de manette..

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu'on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l'aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu'il ne perde en justesse en terme de transmission d'émotions. Et qu'importe que l'aventure soit courte, l'intensité justifie pleinement qu'on s'y penche..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des