Wizard Slayer

Wizard Slayer

Difficile de ne pas apprécier ce petit shoot’em up, pétri de bonnes idées mais dont la replay value n’est malheureusement pas bien haute. Surtout vu la difficulté de le trouver – exclusivité coréenne oblige. Il fera passer un bon moment à ceux qui auront la chance et le courage de le trouver, à défaut de les occuper de longs après-midis pluvieux

Wolfenstein 3D

Wolfenstein 3D

Bien que Doom ait révolutionné le genre du FPS, le titre qui a réellement donné ses lettres de noblesse au genre est Wolfenstein 3D. Id Software, encore jeune, tente de réunir tout son savoir-faire au sein d’un même jeu. Grand bien leur en a pris. Armé uniquement d’un couteau et d’un pistolet, William J. Blazkowicz ..

World Of Final Fantasy

World Of Final Fantasy

Qui n’a jamais rêvé d’un Pokémon où l’on capturait des Pampas, des Mogs ou des Tomberrys ? Pour tous ceux qui ont eu ce genre de fantasme, nul doute que World Of Final Fantasy est fait pour eux. La fièvre de la collectionnite et du farm de l’infini chère au Pokémon-like est bel et bien présente, tout en se détachant assez de son modèle pour ne pas donner une l’impression d’en être une mauvaise copie. Le jeu aura de quoi faire passer de belles heures au fan de Final Fantasy non-allergique au design chibi qui n’aura de cesse de s’extasier du fan-service de bon ton omniprésent au sein de Grymoire. Même s’il s’énervera de la mauvaise narration de l’histoire principale, l’empêchant de considérer le titre autrement que comme un petit à-côté aussi divertissant que sympathique. A privilégier sur Playstation 4, PC, voire la future version Switch si elle est bien adaptée, pour des conditions de jeu optimales, sans ralentissements intempestifs.

Xenoblade Chronicles

Xenoblade Chronicles

Xenoblade cumule de manière à la fois humble et insolente toutes les qualités que nous puissions attendre d’un RPG japonais. Beau, long, passionnant, complet et disposant d’une bande son à toute épreuve, il se permet le luxe de figurer sur le podium des meilleurs jeux de sa génération, un jeu comme les développeurs nippons n’en font plus, serions-nous même tentés de dire

Xenoblade Chronicles 2

Xenoblade Chronicles 2

Difficile était le challenge de faire mieux que le premier épisode. Après un Xenosaga conclu dans la hâte après seulement 3 épisodes au lieu des 6 initialement prévus, Monolith Software – à ne pas confondre avec Monolith Productions, les papas de Fear et Condemned – avait à la fois surpris et rassuré les fans de ..

Xenoblade Chronicles X

Xenoblade Chronicles X

Xenoblade Chronicles X est un grand RPG… par sa superficie! Enivrant et passionnant dans sa nature sauvage, il l’est nettement moins dans d’autres aspects et on peut se demander si Monolith, trop occupé à coder les kilomètres carrée, n’a pas un peu oublié les ingrédients qui font les RPGs mythiques. Les combats médiocres, le système de soin casino et le puzzle narratif pèsent sur l’expérience de jeu. Finalement, Xenoblade Chronicles X, c’est comme Final Fantasy XIII, mais à l’envers : l’un est story-driven, sans monde à explorer, l’autre est world-driven, sans histoire à raconter. Dans les deux cas, un bon RPG avec des qualités, mais pas un titre qui fera date. Parce qu’un safari, aussi beau soit-il, ne saurait être un grand JRPG

Xenoblade X

Xenoblade X

Xenoblade X est un ovni dans la ludothèque de Monolith Software. Avec Nintendo, ils ont pris l’un des éléments de game design qui avait le plus enthousiasmé les joueurs de Xenoblade pour le sublimer, au détriment de la trame scénaristique et des personnages. Ce parti pris ne plaira pas à tout le monde. Il a beau être devenu la vitrine technologique de la Nintendo Wii U, Xenoblade X ne s’adresse pas à tous les publics. Il vise ceux qui seront capables de faire abstraction de ces défauts pour se lancer dans une aventure hors du commun, leur faisant ressentir des émotions peu courantes dans le jeu vidéo. L’un des jeux les plus impressionnants de ces dernières années, rien que ça. Un voyage unique.

Xenosaga Episode 2 – Jenseits Von Gut und Böse

Xenosaga Episode 2 – Jenseits Von Gut und Böse

Il faudra jouer à Xenosaga 2 lorsque vous entamerez cette grande trilogie du jeu vidéo. Certes, vous allez en chier, les manettes vont voler, et vous allez parfois vous ennuyer. Mais vous assisterez aussi à de grands moments, comme les évolutions des personnages et cette fin gigantesque. Et en-dehors de son importance capitale dans le scénario, il représente, malheureusement, ce qu’aurait pu être Xenosaga avec plus de temps et de moyens. Alors que son petit frère, l’enfant prodigue, sera un vrai miracle, Xenosaga 2 n’est au final qu’un épisode sacrifié

Xenosaga Episode 3 – Also Sprach Zarathustra

Xenosaga Episode 3 – Also Sprach Zarathustra

Aujourd’hui, on peut se demander où est passé cet espace d’expression et d’évasion d’une vivacité incroyable qu’a été le RPG japonais. Notre média manque sans doute d’une voix japonaise qui évoquerait la politique, la religion et la philosophie ou qui nous ferait partager le destin et les interrogations de personnages d’une grande humanité. Et tout ça en proposant un gameplay de qualité pour ne rien gâcher. Toutes ces choses, Xenosaga 3 nous les offre avec générosité. Ce jeu est un monument, d’autant plus précieux pour notre patrimoine vidéoludique qu’on semble en avoir définitivement perdu le moule

Xenosaga Episode I : Der Wille zur Macht

Xenosaga Episode I : Der Wille zur Macht

Xenosaga Episode 1 : Der Wille zur Macht est un très bon jeu et permet d’entrevoir le début de l’une des meilleures séries de RPG sur console, cela en grande partie due à son script grandiose. Un peu lent à démarrer et très linéaire, il se veut une gigantesque introduction. Il pose des bases indispensables à un voyage plein de promesses. Monolith Software accouche donc d’un titre à la technique maladroite et à la volonté certaine. Indispensable pour quiconque aimerait se plonger dans l’une des toutes meilleures séries du genre sur console

Xenosaga I.II

Xenosaga I.II

Il s’agit d’un énorme résumé d’une vingtaine d’heures des versions PS2, par conséquent, ne vous attendez pas à tout savoir, mais des révélations et des compléments sont tout de même apportés. Sa réalisation digne d’un jeu GBA peut rebuter. Les textes en japonais, sûrement trop nombreux ici par rapport aux phases de jeu, finiront de calmer les ardeurs des plus téméraires. Indispensable pour les fans, parfaitement facultatif pour les autres

Yesterday

Yesterday

Une déception. On aura beau être touché par toute la sympathie que Pendulo peut bien nous inspirer, cela ne change pas le fait que Yesterday est un coup de bâton dans l’eau. Sorti un an après son grand frère, il paraît assez net que ce dernier né a été développé trop vite. Et lorsqu’on se décide à sortir de sa zone de confort en adoptant une nouvelle approche, un délai aussi court n’est clairement pas suffisant. Trop court, trop compressé, pas assez abouti, préférez-lui sans conteste les grands noms qui ont servi cette fois d’inspiration à ses géniteurs, à savoir les premiers Broken Sword et Gabriel Knight. Une plantade qui arrive à un bien mauvais moment pour le studio espagnol qui se retrouvait déjà en pleine perte de vitesse avec l’échec commercial du non moins excellent The Next BIG Thing…