Valkyrie Profile : Covenant of the Plume

Valkyrie Profile : Covenant of the Plume

La notion de pacte, retranscrite par le terme anglais « covenant », semble porter bonheur aux séries de RPGs. Elle a offert aux Shadow Hearts un opus magistral et elle a offert à la série Valkyrie Profile un excellent troisième épisode, après l’immense déception scénaristique qu’aura constitué Valkyrie Profile 2 : Silmeria. Et c’est un jeu édité par Square-Enix sur DS qui n’est pas un remake ! Comme quoi, un miracle n’arrive jamais seul

Valkyrie Profile Lenneth

Valkyrie Profile Lenneth

A un moment où Square Enix n’était pas spécialement présent sur PSP, la firme japonaise annonce l’arrivée d’une suite au légendaire Valkyrie Profile sur PS2. Pour l’accompagner et faire découvrir le premier épisode aux jeunes générations, un remake est également prévu sur PSP, avec pour sous-titre Lenneth. Si ceux qui ont déjà fait la version ..

Vampire Rain

Vampire Rain

Vampire Rain avait pour un lui un fabuleux concept : la survie en milieu vampirique ; mais cela ne suffit pas à sauver le titre de la noyade. Sa technique digne d’une Xbox première du nom n’attirera déjà pas l’œil du badaud, ni même la pauvreté de son design. Artoon a pondu un titre dans lequel on s’ennuie fermement et dont on se serait bien passé. Préférez lui donc les aventures de Sam Fisher, moins occultes mais diablement plus accrocheuses et soignées

Virginia

Virginia

Si l’occasion vous est donnée de vous pencher sur Virginia se présente, n’hésitez pas. Vous en sortirez peut-être perplexe mais l’expérience se montrera marquante. Pour le fait de voir que les spécificités de la patte singulière de David Lynch fonctionne à merveille dans le cadre d’un film interactif et d’une direction artistique loin d’être commune, tant par son enrobage esthétique charmant que par son volet sonore de haute volée. Pour le coup, Variable State s’en tire avec les honneurs, même si Virginia n’est pas forcément à la hauteur de ses ambitions couillues.

Virtual Hydlide

Virtual Hydlide

Mais alors… Toutes ces lignes pour dire que nous sommes bien en présence d’un jeu tout moisi ? C’est une question de point de vue, en fait. En effet, à l’instar du le cinéma, il arrive qu’une « oeuvre » soit médiocre voir très mauvaise, mais tellement assumée et réalisée avec un tel niveau de naïveté et de sérieux qu’elle en devient hilarante. Cela peut être le cas pour Virtual Hydlide, même si cela dépend d’indulgence du spectateur qui pourra le considérer comme un nanar à l’ambiance peu ordinaire ou simplement comme une bonne grosse bouse.

Virtue’s Last Reward

Virtue’s Last Reward

Virtue’s Last Reward est un jeu puissant, de ceux qui marquent et qui font réfléchir. De ceux qui sont construits pièce par pièce, avec amour, minutie et dévotion, par une équipe de concepteurs qui a une vision tranchée et sans concession de son game-design et qui s’y tient. Une vision qui ne laisse rien au hasard, qui privilégie le récit et qui intègre mécaniques de jeu et scénario dans une cohérence et une synergie parfaites. Cette vision ne plaira pas à tout le monde. Et elle choquera même sûrement certains dans leur vision immuable de ce que doit être ou ne pas être un jeu vidéo. Mais peu importe : il est indéniable qu’elle apporte une fraîcheur bienvenue à une industrie vidéoludique de plus en plus formatée. Qu’on apprécie ou pas, Virtue’s Last Reward apporte au jeu vidéo quelque chose qui lui manque. Une raison qui s’ajoute à d’innombrables autres pour attendre avec impatience la sortie du prochain jeu de la série Zero Escape.

VVVVVV

VVVVVV

VVVVVV est un titre puissant, déstabilisant, maitrisé. Porté par des musiques dantesques et des graphismes sobres qui laissent place à un gameplay aussi facilement maitrisable que méprisable, il bouscule le classicisme du jeu de plateforme pour l’envoyer dans une autre dimension. Difficile et bourré de bonus et de clins d’œils, il plaira autant aux retrogamers qu’aux personnes soucieuses de mettre du challenge dans leur assiette. C’est comme le wasabi, ça arrache mais on en redemande toujours

Wario Land : Super Mario Land 3

Wario Land : Super Mario Land 3

Transition réussie pour le sous-titré Super Mario Land 3, qui passe la main à un héros et un univers alternatif qui encore aujourd’hui génial et rigolo. Fini le sauvetage des princesses donc, et place à l’argent, l’argent, l’argent, pour une aventure marquante aussi bien sur le plan de son univers que sur le genre du plateformer à proprement parler.

Wario Ware Touched !

Wario Ware Touched !

Wario Ware Touched ! se révèle être une excellente vitrine sur les capacités techniques de la Nintendo DS. S’il y avait bien une franchise made in Big N qui peut se targuer de s’adapter comme un gant à tout l’aspect tactile et microphonique, c’est bien Wario Ware. Mieux encore, cela lui colle à la peau comme si ça avait toujours fait partie de son identité, faisant passer ses prédécesseurs comme de vulgaires mises en bouche. Alors certes, le vilain bouffeur d’ail nous exhibe de la connerie en barre de plomb par palettes entières mais il faut reconnaître qu’il est vraiment facile de franchir le cap tant la frénésie s’avère prenante, pour ne pas dire addictive

Wartech : Senko no Ronde

Wartech : Senko no Ronde

L’originalité a du bon mais le contrecoup est la division d’opinion que cela entraîne. Le titre ne fera pas l’unanimité en raison de son type très particulier. Ce mix entre deux genres entraîne forcément une limitation des deux côtés : la liberté est moins grande que dans un shoot et les coups sont plus limités que dans un jeu de baston classique. Mais si vous accrochez au style, alors vous êtes parti pour des heures de combats interstellaires intenses

What Remains Of Edith Finch

What Remains Of Edith Finch

Soufflé. Voilà certainement dans quel état on ressort de What Remains Of Edith Finch. Giant Sparrow parvient à repousser les limites en terme de ce qu’on connaît en « simulateur de visite de manoir ». Et à briller par le même temps sur l’aspect narratif où les idées inventives et originales fusent régulièrement sans jamais qu’il ne perde en justesse en terme de transmission d’émotions. Et qu’importe que l’aventure soit courte, l’intensité justifie pleinement qu’on s’y penche.

Windjammers

Windjammers

Sous ses airs d’OVNI au sein de la ludothèque Neo Geo, Windjammers constitue très certainement l’un des titres les plus fédérateurs. Hardcore gamers ou joueurs du dimanche, tous succombent au charme immédiat du jeu. Sa durée de vie, rachitique en solo, est compensée par un mode Versus inusable. L’une des perles du monde Neo Geo